Tag Archives: OPK

Témoignage : « Un peu de moi » (alias ma copbampinauteanonyme)

31 Oct

Je n’irais pas jusqu’à dire que la PMA m’a permis de faire de belles rencontres… mais si quand même… J’aurai bien entendu préféré rencontrer ces personnes dans un autre cadre que l’attente et la douleur, mais ça s’est fait ainsi, et demain j’espère que des liens resteront et que chacun sera en train de gouter au Bonheur.

Parmi ces rencontres, ma coéquipière Bamp avec qui les points communs sont si nombreux : ovaires de foutaises dénommées opk, écho des 12 sa catastrophe alors que quelques jours avant tout allait bien, mais aussi ville, formation et école sup’ en commun (mais pas même métier, ça aurait été flippant de tout faire pareil…) !

Enfin bref… voila voila. Et puisqu’elle n’a pas de blog, je lui ai prêté cette page ! Elle est modeste, jette des fleurs alors qu’elle devrait les recevoir, elle écrit merveilleusement bien, a eu un parcours si long et si difficile, et elle est drôle même dans le pire. Je ne sais pas comment elle fait d’ailleurs. J’admire. En tout cas j’espère que ça donnera Espoir à nombre d’entre vous. Je lui file la main pour répondre à vos com’. C’est sa page, son témoignage.

Merci à toi ma belle ❤ !!

Ahhh ma petite Bounty ! J’ai mis du temps à me décider à écrire. Je ne suis pas dotée de capacités rédactionnelles de qualité (comme l’aurait dit mon prof de français du lycée). Je suis également impressionnée par tes écrits traitant de sujets propres à nous faire réfléchir – toujours dans un style drôle et/ou touchant. C’est donc avec un peu d’appréhension que je commence ces lignes.

Néanmoins et puisque tu penses que cela peut être une bonne idée voici donc notre histoire de PMette et PMec :

Novembre 2001: Rencontre: ouhaouhhhh.

Juillet 2008: Début des essais 100% naturels. Avec 100% confiance.

2010-2011: État des lieux: Mademoiselle est OPK et Monsieur a des spermatozoïdes anormaux et peu mobiles: un doublé gagnant. Clomid: 3 cycles: marche pas. 1 IAC: marche pas non plus. « Vu votre cas (petite parenthèse ! WTF !!! notre cas,… tu sais ce qu’il te dit notre cas… on sent que ça se corse) on va passer directement à la FIV, ça ne vous embête pas? » => « Euh » => « Très bien ».

Novembre 2011: FIV1: 1 embryon avec une bonne tête. On y croit. Y’a pas de raison que ça ne fonctionne pas. Ben si : loupé. C’est dommage parce qu’on était comme qui dirait « confiant ».

Février 2012: FIV2: 2 embryons de compétition! Si si! La biologiste dira même « vous, on ne vous reverra plus! ». En fait si…et pas plus tard que dans 3 mois. A partir de là, on commence quand même à douter. Tiens « FIV2 », ça fait la moitié de FIV 4. Ça fait un peu comme si dans sa semaine de boulot on atteignait le fameux « mercredi midi » nous permettant la bascule vers le weekend – sauf que là, on se dirigerait vers le lundi à la place du vendredi (or, tout le monde sait que « vendredi c’est permis ». Quoi ça marche aussi avec lundi ??? ).

Mai 2012: FIV3: ben non: zéro complet: pas d’embryons sympathiques (en gros : c’est même pas la peine d’envisager un transfert car « ça vous ferait perdre une tentative ». Euh on est dans un jeu vidéo ? On a des options stratégiques à sélectionner ? On coche où ? (bon sang ça devient plus complexe que Candy Crucheeee). « On remet le couvert après les vacances alors? » => « oui, mais alors après un drilling fin Août » => »Ok » (jusque là on pourra dire qu’on est assez conciliant…on nous propose, on acquiesce. En fait, j’ai l’impression qu’on aura toujours préféré « faire confiance » dans notre centre, dans les protocoles…, malgré les remarques de notre entourage nous incitant à aller « voir ailleurs » (plus facile à dire qu’à faire, c’est une décision difficile me semble-t-il avec beaucoup de « et si »).

Bon , concernant le drilling, on s’est quand même posé pas mal de questions : « pourquoi seulement maintenant ? », « est-ce bien utile ? »…

… Et là les recherches internet ont commencé : doctichose, familuche, … avec des mots clés divers et variés incluant principalement le mot « drilling ? » et bien sûr le fameux combo « chances de succès après drilling ». Vous pouvez aisément remarquer le choix judicieux de l’usage du point d’exclamation derrière le mot « drilling » ….en effet : qu’on se le dise bien, notre centre PMA mise beaucoup sur la compréhension rapide de ses patient(e)s. Un couple seul (enfin ne généralisons pas… disons notre couple ) n’était pas suffisamment armé pour écouter, prendre des notes, faire répéter dans le temps imparti lors d’une première séance visant à expliquer le déroulement d’une FIV (conseil pour toi, qui va entamer une FIV : sois sûr de te munir, d’un calepin, dictaphone, caméra, pied de caméra,…Tu peux également prévoir pour la salle d’attente des magasines récents si tu veux éviter de te refarcir les informations portant sur le début de quinquennat de François H. ou encore l’horoscope de 2010 ). Si comme moi, vous êtes lent(e)s d’esprit, pas de problème : les tutoriaux youtoobe avec musique appropriée vous permettent de vous familiariser avec les techniques de piquage notamment. Exemple :

Août 2012: drilling… on sonne à la porte… Chez nous en l’occurrence ça ne sonne pas longtemps…retour des kystes 2 mois plus tard. Ben mince, statistiquement parlant j’avais normalement 50% de chance de retrouver des cycles normaux après le drilling. A ce moment précis, nous sentons que nous sommes bien partis pour être du mauvais côté des stats. Nous commençons pour tout dire à baisser les bras. Notre centre PMA nous sentant, comme qui dirait, légèrement pessimistes (le terme est faible), nous propose de remonter à cheval (pour poursuivre le parallèle, le cheval ne m’a jamais trop inspiré : trop grand, trop rapide. Je préfère le poney shetland ou à la rigueur le cheval de trait qui me semblent plus « accessibles », plus « sympathoches ». Mais bon nous comprenons vite si nous ne voulons pas nous laisser rattraper par la décrépitude, il nous faut, tel le facteur à l’approche des fêtes de Noël, presser le pas… Ce sera donc la chevauchée fantastique sur un pur sang => les réjouissances : une FIV pour novembre !.

Novembre 2012: FIV3 le retour: 7 embryons!! The dream comes true! Merci Drilling alors? Transfert de 2 embryons: loupé. Mais… pour la première fois nous avons l’opportunité de congeler des embryons : nous sommes ravis. Il semble que pour la première fois nous puissions nous diriger vers du positif !

Février 2013: FIV3BisTEC1: 2 embryons transférés : pas de bol: loupé. Arrrhhhh !!!!!!!

Avril 2013: FIV3TEC2: 2 embryons transférés : ++++!! Youpi! Mais…surprise surprise: Urgences: GIEU (Grossesse Intra Extra Utérine : 1 cas/30 000 à priori). Arrêt à 6SA. La chance dans notre malheur : afin d’essayer d’envisager l’évolution de l’embryon intra utérin, nous sommes restés plusieurs jours sous observation (autant dire également que le terme « observation » prend tout son sens quand l’ensemble des internes de la mater à le droit de me rendre visite rapport au faible % de chance pour eux de retomber sur « un tel cas »), ce qui a permis de voir un arrêt simultané des 2 embryons et diminution spontanée des bêtas : donc pas d’opération ni traitement médicamenteux.

Juin 2013 : FIV3TEC3: 1 embryon transféré : ++++!! Youpi bis ! Départ en Inde pour le boulot, douleur de GEU => hôpital (toujours en Inde, si si…). Découvertes :

  • du système médical à l’international
  • de l’arrêt de la grossesse

Août 2013 : stim simple (« pour voir ») : ++++!! Youpi (en un peu plus modéré quand même que le youpi précédent) : écho à 9 SA : tout va bien, on se détend : heureux chanceux, vous rejoignez le parcours normal. Echo à 12 SA (Novembre 2013)  par un échographiste « normal » : « Madame, Monsieur, c’est fini. Vous  pouvez récupérer vos clichés à la sortie»…..

Vous remarquerez que mes derniers paragraphes se rapportant à l’année 2013 sont moins enjoués que tous ceux se rapportant aux années précédentes. Tout simplement parce que cela ne nous a plus fait sourire.

Au début mon mari et moi découvrions, nous étions tellement confiants. Nous sommes passés par des moments difficiles mais nous réussissions à conserver une bonne mine notamment vis-à-vis de nos familles, amis, collègues. Pour le peu de personnes qui « savaient », nous étions même je crois « peu encombrants ». Bizarre d’utiliser ce terme mais c’est celui qui me vient le premier à l’esprit…nous tâchions en effet de tourner les choses de manière positive, de dédramatiser la situation….

Je dirais que tout à basculé en 2013 : comment continuer à garder cette bipolarité : souriant vers l’extérieur, tristes et affaiblis dans l’intimité. Nous avons cette chance d’avoir toujours pu compter l’un sur l’autre. Mais bon sang !!! …Toutes ces étapes nous ont durablement changé !

Parmi ce qui me touche tout particulièrement aujourd’hui, je crois ainsi lors de cette année avoir perdu :

  • pour une grand part la confiance en moi : « je ne suis pas capable de …». Au boulot cela se manifeste par le fait de me taire lorsque d’autres proposent des idées avec lesquelles je ne suis pas d’accord. Je ne parviens plus à exprimer mes pensées de manière cohérente et argumentée. Une petite pichenette et hop, le château de carte s’écroule et moi avec.
  • … des amis. D’annulations de soirées en report de weekends, d’enthousiasme parfois limité lors d’annonces de naissances à l’oubli des anniversaires des enfants, nous n’avons pas dû mettre toutes les chances de notre côté pour conserver ces amitiés.

Mais avec le recul, je pense aussi avoir notamment gagné :

  • un amour plus solide que jamais. Je compare toujours notre couple à une balançoire à bascule. Nous avons toujours tâché d’amener celle-ci à l’équilibre. Je dois dire que dans les moments difficiles, Vincent a toujours donné l’impulsion permettant de nous faire remonter vers le haut.
  • une meilleure connaissance
  • le droit de tourner 7 fois ma langue dans ma bouche avant de dire des phrases toute faites qui nous rassurent dans notre capacité à intervenir vite pour essayer de contrer le malheur d’autrui mais qui au final sont inaudibles par une personne en détresse.

Avec ce descriptif de mon parcours je ne souhaite pas donner de faux espoirs car je sais combien je n’aurais pas su entendre des messages d’encouragement l’an passé. Aujourd’hui, suite à une stim simple, nous attendons un petit qui devrait voir le jour début décembre. Cette échéance me rassure, (tellement de peurs ont émaillé le début de cette grossesse) et me donne enfin la possibilité de jeter un regard en arrière et repasser au travers des étapes de notre parcours.

Aucun parcours n’est comparable et ne devrait être comparé. Tant que la science fera des découvertes, tant que le ou les dieux garderont leurs mystères, nous pourrons estimer que dans chaque parcours se cache une part de chance (de rencontrer les « bons « docteurs, d’avoir les « bons » traitements, que l’embryon se niche au creux de nous….) et requiert une bonne dose d’endurance.

Quelqu’un de très proche nous avait dit l’an dernier: « les épreuves sont à la hauteur de la force des personnes qui les vivent ». J’aime y croire. Et quand je vous lis, car je peux vous l’avouer maintenant, je vous lis dans l’ombre très assidument, je vois de très belles personnes avec des doutes, des faiblesses mais également des ressources et beaucoup de force.

Croyez en vous !

Je vous embrasse FORT !!!!!!!

Un journée ordinaire

19 Mai

– 5h : réveil de Chéri’A qui part pour la semaine

– 7h30 : mon reveil

– 8h20 : départ pour le boulot

– 8h50 : arrivée au boulot « bonjour, bonjour, bonjour »… (ne pas regarder le ventre de collègue enceinte, ne pas regarder le ventre de collègue enceinte (gamin métis forcément… europe-asie…), ne pas regarder le ventre de collègue enceinte, ne pas regarder le ventre de collègue enceinte, ne pas regarder le ventre de collègue enceinte)

– 9h : ouverture de la boite mail, un message nommé « enfin là! »…  collègue loin loin, et tout prêt en ce moment, a accouchée de son bonhomme eu en C1… pfff de la relativité du mot « enfin »… le gamin est métis (europe-afrique…), forcément… mais quel manque d’originalité sérieux (monde pro et perso, tout pareil… europe-afrique ou europe-asie ou europe-europe ou europe-amérique latine… bon il me manque europe-amérique du nord, y’a pas un candidat chez les blogeuses ? ah ben si, trouvé !… bon et europe-océanie ? y’a qui ?) (autodérision hein !!… vis ma vie multiculti !) .

Bref, ne le prend pas mal, mais forcément j’identifie davantage ti’bout (hé hé !!! Bouty… TyBou !) à un gamin métis. Conclusion, le couteau fait un tour de plus dans la plaie.

Et puis, bordal de chez bordal, la demoiselle désormais maman est arrivée au boulot 2 ans après moi, et donc 2 ans après mon arrêt de pilule… pfff « enfin là »… mouai mouai mouai…

– 9h05 : texto à Chérid’A… screugnxxxgreuxxxdhhgtgfkhhhrxxxx… je suis dans un nid à grossesses, sauf moi… (pour rappel toutes mes nouvelles collègues ont été ou sont enceintes, sauf moi… et même mon seul et unique nouveau collègue a fait idem (enfin sa femme hein))

– 9h et des brouettes : bla bla bla dans les couloirs et dans mon bureau partagé sur « accouchement, enceinte, grossesse »…

– 9h30 : tempes qui chauffent… rrrrr… zveux me casser… t’façon boulot à FriteVille + vivre (ensemble) à GrandeVille + pma à GrandeVille en version fiv (que d’optimisme!), ça tiendra pas pour 2015… zieutage des sites d’emplois… oyé oyé ! une annonce, go !

– 11h00 : CV relooké, LM finalisée

(Je précise tout de même qu’entre deux je bosse , oui oui, je fais plusieurs choses en même temps, vive les cerveaux 1000 à l’heure et surtout l’apprentissage PMA qui te permet de connecter tes neurones avec plusieurs idées et réflexions en même temps  !)

– 11h30 : tout est envoyé en priant, croisant les doigts, implorant, etc… postulé : ckeck.

– 13h30 : pause midi et coucou à ma moitié (notre cerveau sera pleins de tumeurs demain, la faute à la vie à distance, et donc au téléphone qui l’accompagne, youpi ! grâce à nous la médecine de demain sera proactive (à défaut d’être nous même procréatifs)) 

– 16h : le boss veut me voir… on discute bla bla bla-ville du sud (celle qui est trop belle trop bien trop géniale)- bla bla bla conférence bla bla bla (pour moi ce déplacement de début juin sera, je te le rappelle, en mode mission puregon-pharmacie… because fait pas du tout moins de 25°C là ! ça tiendra pas la journée et soirée out du frigo ma came, ni même dans le mini thermos (et j’ai pas envie de me coltiner le big thermos dans une valise à crapahuter dans les déplacements et les terrasses de la ville où je vais… avant d’aller me poser chez une pote de là-bas et de squatter son frigo) (mais bon, c’est résolu, je vais trouver une gentille pharmacie)

– 16h10 : on discute aussi nouveaux projets… on discute investigation à mener par moi dans deux nouveaux pays… (on doit en choisir un seul) (mon activisme à fonctionner, il a choisi les lieux que je connais le mieux, sauf que depuis je suis en train de me rétracter au vue du combo stressant que j’avais sous-estimé… bref, je me rétracte sur le plan C : PMA à GrandeVille + vivre à GrandeVille + nouveau poste avec grosse responsabilité à FriteVille + et longs et lointaines missions à MillionsVilles). (Faudrait que je pense à vous dire le détail car vous devez rien comprendre mes pauvres) (mais bon, vous êtes supers balèzes, donc vous comprenez tout !!!!).

  • réaction 1 (dans la tête) : ouohhhoooooh super !!!! archi méga super !!!!!!!!!!!
  • reaction 2 (dans la tête) : oh mardasse… je fais comment moi si je suis prise ailleurs, sérieux je fais comment ?!?!?! je vais quand même pas planter le boss sur une ouverture de projet que j’aurai réalisé, je peux pas marder comme ça, ça se fait pas, et c’est pas comme si c’était pas mon second pays et mon troisième de cœur (oui,j’ai beaucoup de <3), et tous les gens qu’on peut toucher avec ce projet, non mais je peux pas me désengager… je dis que j’hésite, je dis ? je dis pas ? putain Bounty, tu ne peux pas être sûre de toi par moment sérieux ?!?!!!! bullshit de pma va.
  • réaction 3 (dans la tête) : respire, de toute façon tes candidatures sont déjà envoyées… il ne t’a pas encore demandé de te positionner… juste d’investiguer… okay ? okay !… fonce tête baissée, et on en reparlera en temps et en heure…
  • réaction 4 (celle visible et dégagée après un laps de temps de 30-45 sec, soit bien trop long pour que ce soit ma réaction normale et usuelle) : smile (toujours toujours faire un smile… celui-là il était trop léger, arf… théâtre Bounty, théâtre !) et neutralité (faire la mi-mou mi-happy avec les lèvres en équateur). Pas d’enthousiasme exubérant (ce qui ne me ressemble pas, et donc rend suspect), pas d’onomatopées, pas de « ah oui, superbe idée !»…. mais un « ok, je vois cela…, mais dans ville 1 bla bla bla… mais dans ville 2 bla bla bla…» (et quand je sors des mais, c’est que y’a anguille sous roche…)

– 16h20 : le boss me propose une lointaine mission pour fin juillet… soit le mois de iac 3 ou 2 ter (sait-on jamais…)… en bonne pmette je ne peux pas dire un « super génial oh oui! » direct, non non, il faut réfléchir aux impasses et obstacles made in pma… or ne pas sauter de joie, c’est pas moi, ça me rend suspecte… :

  • réaction 1 (dans la tête) : putain de pma… le calendrier, je veux voir le calendrier… calcule, calcule… (ouf ce sera saison des pluies, il fera pas trop chaud pour le puregon… ah mais non, mieux !!! je serais en dpo !)
  • réaction 2 (dans la tête) : je calcule dans ma tête, ouf ça colle… je serais en dpo (genre entre 5 et 10) si iac 2bis n’a pas fonctionné.
  • réaction 3 (lui en attente de ma réponse, et voyant ma tête en pleine réflexion calcul et dates) : « ça peut aller, ça marche » (en mode réponse non exultée)
  • réaction 4 (dans la tête) : lui, voyant ma tête non exultée et entendant mon « ça peut aller », me dit alors « vous avez repris ? si y’a un souci de dates, ne t’en fais pas » : que dire ? dire ? pas dire ?
  • réaction 5 (dans la tête) : mardasse de pma de bullshit de job fucking pma
  • réaction 6 (dans la tête) : t’façon je suis grillée… shit… bon, Bounty Bounty… alors autant lâcher le morceau vu qu’il sait pour la pma (mais que j’ai dit que je ne souhaitais plus en parler) et qu’il vient de voir ma tronche de calculatrice de calendrier…
  • réaction 8 (lâchage du gros morceaux en vrai de vrai – mais qu’est ce qui m’a pris ?!) : « ben… je vais être honnête… (alors quand je dis « je vais être honnête, c’est que vraiment je te lâche tout tout tout et direct, sans détour)… ça va aller sur cette date, si je ne suis pas enceinte, car j’aurai la réponse là (en montrant une gros cercle bien large sur fin jui/début juillet) »  (et dans ma tête, la suite de la phrase était… « mais quelle couinasse quand j’y repense, intimité j’avais dit, mouarf mouarf mouarf… » et « car si je suis enceinte, ben non, je ne pourrai pas, car mon homme va m’attacher et moi aussi toute seule, et il est hors de question d’aller faire 10 heures de vols et 8 heures de routes pas tip top en 5 jours »… S’en est suivi…une réponse attentionnée du boss « ok, bon je préférerai que tu annules la mission alors »… (mais Oh Mais PourKoi ?!)

Analyse de sa réaction : en fait c’est cool, c’est trop cool, et en même temps ça me saoule, car je me sens coupable de faire possiblement faire foirer les projets pro… Entre mes annulations possibles de missions et mon possible départ du taf’ si une opportunité à Grande Ville se créée (on peut toujours rêver)… sans passer par les absences et retards pmesques… ben voilà, y’en fallait pas plus pour que je me sente fautive encore plus. S’il avait râlé, n’était pas cool, avait fait un « pfff tu me diras quand tu sauras », au moins j’aurai pu pester, je pourrai « claquer » la porte en disant « Fuck » si j’étais embauchée ailleurs ou si j’abandonnais le poste en interne (plan C). Mais à être gentil, je peux pas penser cela, je ne peux pas dire cela, je peux pas… Mardasse… j’ai pas du tout envie de paraître pour la fille qui fait un coup foireux dans le dos et sur laquelle on peut pas compter… et toussa à cause de ces foutues OMPK.

NB : initialement, cette mission était prévue en octobre, mais il l’a avancé… j’avais prévu off pma en octobre… d’où le bousculage de plans… mais ça m’arrange quand même car ça m’évitera de passer H24 avec collègue retournée au boulot en octobre avec son nouveau-né trop choupi.

  • réaction 9 (en vrai j’ai dit çà) : « merci de votre compréhension, mais on peut caler la date sans soucis, peut-être juste prendre une annulation sur le billet au cas où ». Et puis on a reparlé du pro, soit du contenu de la mission, toujours toujours finir en smile et sur le pro.

 

Résumé PMA :

IAC 2 bis :

  • démarrage : 4 ou 5 juin, soit à la date de la perte de jumeau 1 il y a 1 an, et en plein le jour du déplacement donc SOS gentille pharmacienne (ça c’est easy) et se dire « c’est juste une coïncidence ».
  • monito à éviter le long week-end du 9 juin
  • iac autour du 10-13 juin (ce que je vise…)
  • clôture : autour du 1er juillet, soit à la date de la perte de jumeau 2 il y a 1 an, et en plein dans la session annuelle pro où femmes enceintes et le fameux nouveau-né seront présent (no comment…), et se dire « c’est juste une coïncidence ».

 Si IAC 2 bis ne fonctionne pas (ou a été annulée), alors IAC 3 :

IAC 3 :

  • démarrage : début juillet
  • iac à éviter le week-end du 14 juillet
  • iac avant ou après le 14 juillet
  • départ loin loin avec déplacements et fatigue à prévoir (et certainement quelques nids de poules) autour de dpo 6 à 10 (autant te dire que je préfère dpo 10) (bullshit pma m’empêche de m’enjailler et de sauter de joie pour ce déplacement, mardasse de pma, mais vraiment)
  • clôture : fin juillet/début août (et probablement quand je serai encore loin loin loin)

Résumé taf’ :

  • Vivre ensemble aisément : trouver (et c’est hard!) un taf’ à Grande Ville (cf 11h30 et pas que)
  • ou Ne pas vivre ensemble : rester au taf’ de Frites Ville (et peut-être bénéficier du plan C, soit un nouveau job en interne correspondant à mes compétences et envie de base)
  • ou Vivre ensemble à Grande Ville et travailler à Frites Ville : mais combien de temps tiendra-t-on ce rythme si en plus la PMA déménage à Grande Ville, et que j’ai ce nouveau poste qui nécessite de nombreux et lointains déplacements ?… actuellement, c’est l’option choisie si pas de taf’ trouvé à Grande Ville d’ici 2015 (et plus on avance, plsu ça approche).

Moralité :

Bon jamais 2 sans 3, donc c’est quoi le prochain obstacle ?

Et après ça on te dit qu’il faut pas y penser ? Ben voyons…

Moralité : Foncer tête baissée.

Plus que 10 jours.

13 Mai

Décidément, je n’aime pas cette pause. Très certainement parce que c’est une pause qui fait passer de technique A (stim’) à technique B (iac). J’ai hâte de refaire des piqures, voire des prises de sang, mais pas hâte du tout du tout de refaire des échos et autres examens gynecos. Une vraie droguée.

Le gros point positif du moment : plus de pikouzes, plus d’acné. Le gros point négatif : patienter (sans Chérid’A à la maison, sans projet pro concret (ils se cassent la tronche, m’enfin rien n’est encore joué), avec une collègue enceinte dans le bureau en face, et l’ensemble des collègues parents désormais… vive les discussions enfants ou enfants ou bébés à la pause du midi, entre deux discussions pro, etc… mais bon, je fais diversifier les sujets, et suis assez douée).

Me morfondant donc devant mon pc (en mode pffff l’attente et sans inspiration lumineuse), j’ai été jeté un coup d’oeil sur mon maxi (perso) calendrier excel. Celui-ci est composé de j1-prévision iac-stim’ échouées passées-distance avec mon homme-billet de train-rendez vous tafesques-jours fériés-etc.

calendrier

Grâce à ce calendrier (je suis quasi certaine que toi aussi tu en as un !), l’iac à venir est calée pour la semaine du 10 juin.  Ça a du bon d’être OPK en longue aménorrhée quelquefois, car « grâce » à ces foutus OPK, je peux commander mon démarrage de j1… et donc mon IAC ! Et donc là ! Que vois-je aujourd’hui ! Enfin un truc positif ! Plus que 10 jours !

Savoir qu’il ne reste plus que 10 jours me met (enfin!) en joie ! Dans 10 jours, l’opération IAC 2 bis (ouai, direct du 2 bis pour la compta sécu), équivalente à l’opération C4#G2, va se lancer !!!

Au programme (si le j1 ne me fait pas une surprise avant) :

dans 10 jours : reprise du duphaston !!

– dans le même temps, afin de repartir en iac : (spermo + pds) pour l’homme + (pds + prélèvement) (vérification que l’uréaplasma de nov/décembre s’est fait la malle) pour moi.

– dans 10 jours + 10 jours : fin du duphaston !

– dans 10 jours + 11 ou 12 jours : j1 !

– dans 10 jours + 11/12 jours + 8/16 jours : IAC 2 bis !!!

– dans 10 jours + 11/12 jours + 8/16 jours + 15 jours : J’espère satisfaire mon homme (et moi même) qui me glissait à l’oreille avant-hier « j’aimerai qu’on soit coincé chez nous cet été »… que des déplacements vacanciers loins au (grand) soleil soient niet de niet… que les rêves et projections abondent de nouveau en concret.

J’ai eu (et ai toujours) du mal à avaler le coup du mal expliqué, le coup du on repart en iac, le coup du le mode d’obtention de G1 n’a pas marché pour G2. Malgré tout, il faut digérer et avancer. C’est un peu comme si je me sentais sur de nouvelles lignes de courses, en train d’attendre que le starter parte, et après avoir testé et épuisé les lignes d’à côté.

Je m’apprête donc à tester cette nouvelle ligne, en espérant qu’elle soit plus efficace et porteuse de rêve, et me permettra de franchir la ligne d’arrivée.

J’espère que le top départ n’aboutira pas à une longue endurance sur la ligne des iac. Si ça peut marcher dès la première, je suis open.

Je sais cependant qu’il faut mesurer les espoirs tout en les maintenant bien haut tout de même. C’est le prix à payer en PMA : espérer toujours et fort, avec endurance et persévérance, sans se casser la tronche trop violemment sur le pavé. Alors, on va placer l’espoir bien haut et le cultiver, tout en mettant des tapis et coussins moelleux sur le pavé.

Affaire à suivre comme on dit. Plus que 10 jours à l’esprit !

ligne

Le démarrage c’est pour quand ? + Edit

12 Avr

3 contrôles plus tard, je suis en régression.

En ce j16, j’ai « les ovaires bloqués » et je fais « un genre de résistance au Puregon » dixit le médecin échographe de ce matin.

Elle est bien bonne celle-là !

A 10 mm samedi dernier, les fofos sont restés à 10 mm mardi, pour passer à 7 mm aujourd’hui.

GygyPMA adorée (j’hésite à rayer adorée…), qui n’a pas daigné augmenter la dose puregonseque jusqu’à présent, devrait a intérêt m’augmenter la concentration de Kaymet à m’injecter désormais (désolé la miss, mais j’adore le nouveau pseudo du puregon, c’est plein d’espoir en plus !).

Les n’OPK… c’est un peu la loi de l’emmerdement ovulatoire maximum…

C’est pas que je kiffe de faire des iac, mais quand même, jvoudrais bien avoir droit à une deuxième pleine d’espoir…

Or plus les jours de stim’ s’allongent, plus ma tendance à penser que mes ovaires sont des feignasses pourries s’accroit, plus je doute d’un résultat joyeux pour cette iac 2…

Et dire que le démarrage folliculaire n’a pas encore commencé, ça promet…

Mais bon, sur ces mots, ne t’inquiètes pas je vais bien ! même très bien ! ça me fait même tristement marrer cette situation ovarienne ubuesque !

C’est juste que 15 jours de pikouzes plus tard, j’ai juste la sensation de ne pas encore avoir démarré cette iac 2…

Bref… J’attends que ça commence… qu’un fofo (ou deux rêvons grandement) se pointe… tout en me puregonnant…

Enfin voilà… Rien de neuf… que du « laborieux » (dixit gygypma au sujet de la longue stim’ de l’iac 1)…

C’était quoi déjà le mot ? Ah oui, Endurance

EDIT : Yes ! On double la dose de Puregon et on contrôle dans 4 jours ! Et, ayant vidé toutes les cartouches prescrites de Puregon, la gentille sage-femme me faxe mon ordonnance perso dans ma pharmacie ! Si ça c’est pas la classe ! (Par contre, la chute hormonale a suscité une menace de mycose, comme pour iac 1, et ça c’est pas du tout la classe…)

Immobilisme + Glams’ EDIT

4 Mar

On ne parlera plus de troupeaux, troupes et berger…

Au mieux on parlera de non pas un mais des Boris.

On va surtout parler d’immobilisme.

C’est fou ça, tu passes le week-end à bouger, à rencontrer des supers nanas à Paris (c’est très impressionnant de voir les blogueuses  en vrai, ça fait quelque chose, ça en est même émouvant, et c’est vachement intimidant aussi tiens, mais qu’est ce que c’est bon !), à te goupiller des timing de bougeotte pile poil adaptés aux pikouzes, à boire du pinard avec ton mec et à refaire le monde en même temps, à te balader… Bref. Tu bouges tes fesses tout le week-end, et le dedans de tes fesses, il te réponds « c’est à moi que tu parles ?!… mouahahah ».

Donc voila, à j18, à monito 4… RAS, idem, que neni, 0 yota d’action dans le dedans de moi.

C’est pas comme si j’avais une IAC à faire, des rendez vous pro qui sont en train de sauter, des arrivées en retard au taf qui je sens commence  à m’auto culpabiliser (mon boss ne dit rien, c’est moi qui me dit toute seule… quand même… ça commence à abuser… ouaich… je sais faut que j’y travaille sérieusement car vu comme c’est parti…).

Bref. On va passer de l’éloge de la démocraltruiste à l’éloge de l’immobilisme.

J’ai un magnifique follicule à 14mm à droite, comme vendredi.

J’ai un magnifique follicule à 12 mm à droite, comme vendredi.

J’ai un magnifique follicule à 11 mm à droite, ah non pas comme vendredi. Y’a eu du switch entre la gauche et la droite. C’est drôle ce changement de bord quand on y pense. Ça prouve bien qu’ils savent pas ce qu’il veut ce fofo de 11 ! Bon, du moment qu’il est décidé, ça va.

Je n’ai plus aucun magnifique fofo à gauche (en vrai j’ai ai une bonne vingtaine à moins de 10mm), basta le 11 mm de vendredi.

Et j’ai toujours un fin, mais doux (flattons le), endomètre à 5,5 mm, comme vendredi.

(Ah oui, j’ai eu les résultats oestradiol des 3 derniers monito… des mini montagnes russes… 50/75/66… cherchez l’erreur… régression au 3ème contrôle… faut croire qu’ils s’y plaisent ces fofos dans mon dedans de moi… tranquille les gars, vous voulez pas un ti’punch tant qu’on y est ?).

Après 17 jours de piqures, la stagnation est en marche. C’est la crise chez mes ovaires !

Alors, après les avoir enguirlandés la semaine passée, cette fois ci optons pour la méthode « flattons les » !

Mes chers petits, croissez ! Venez gouter aux joies de la fécondation ! Libérez vous de vos torpeurs ! Respirez à pleins je-ne-sais-pas-quoi ! Encouragez le winner en devenir ! Osez rêver d’un avenir radieux tout une vie durant !

Bon. Trêve de plaisanterie. J’espère que gygy va m’augmenter la dose, car ça commence à devenir long…

… et puis 4 prises de sang en peu de temps… c’est pas vraiment ce que kiffe le plus mes bras…

Enfin on pourra trouver autant d’arguments qu’on veut, je m’en fiche, je voudrais juste réaliser cette insé !!! Je disais quoi déjà la dernière fois, ah oui… « J’ai hâte ! »… On va changer hein… pour « Patience, ça viendra ! »

EDIT : Yes !!! On ajoute un cran au Puregon ! Recontrôle jeudi matin !

Mais…

… car il y a un mais… devine qui est en train de se découvrir et se taper une mycose ?… On dit quoi ? Mmmh… c’est d’un glamour ! ça faisait longtemps, j’avais même oublié que ça existait… merci mes hormones chamboulées de me le rappeler, c’est la grande classe à quelques jours de l’iac…

Bon serieusement, vous feriez quoi à ma place ? ça vous est déjà arrivé avant une intense conception amoureuse ?