Archive | Dans mes pensées… hé hé hé ! RSS feed for this section

La claque.

27 Oct

« Tu peux réussir quoi que ce soit, passer ta journée avec des vedettes ou dans des soirées mondaines, le soir, tu rentres chez toi, rappelle Mehdi. Et tu te confrontes à la précarité et à ses gens qui ont peu d’espoir. » C’est ce qu’il nomme la « schizophrénie » des gens de banlieue « qui émergent ». Badrou enchaîne : « On sera jamais totalement dans le système. Y’a une insouciance qu’on n’a pas. » (le tout est ici)

Même si je ne suis que fraichement arrivée du côté des unes de la une 😉 (elle aime teeeeellement ça « la une »… je suis quasi sûre qu’ils ont un correspondant H24 ici… y’a tellement « d’actus » !)), je souffre d’ores et déjà des maux de Medhi et Badrou (doivent avoir bien bien mal à la tête ces deux gars lol)… je nomme « la « schizophrénie » des gens de banlieue « qui émergent ». Enfin, là dans mon cas, c’est plutôt la « schizophrénie » des gens de pas banlieue qui arrivent en banlieue et ne bosse pas en banlieue (française du moins ;-)).

Et puis l’insouciance, hein, bon entre l’autisme, la PMA, le wtf « ton mec est étranger », le re wtf « mais pourtant » il fait des études (trop) longues et le reste des bla bla bla, mon job et ses études décapantes… la vie quoi… ben l’insouciance, in fine, personne ne l’a plus à un moment donné dans sa vie, et c’est comme ça.

Bref. Le topo est simple : je sors la tête de l’eau de façon schizophrénique, oui, c’est ça en fait. Une bonne cla claque en somme.

Bosser avec les plus vulnérables au quotidien.

Chercher des sous pour mener des actions de développement social et économique. Mener des projets inclusifs. Des tout tout petits aux plus grands des grands. Accompagner tout un chacun pour lisser les inégalités.

Ailleurs surtout, ici un peu. Ca aurait pu être l’inverse, mais ma passion étant dans l’ailleurs. J’aime bosser en sans frontières, et c’est ainsi.

Parce que je suis têtue, et que je ne voulais pas lâcher mon job pour suivre mon mari…

Avoir déménagé dans un quartier très sympa, entouré de gens comme toi et moi partout (le monde quoi…), mais aussi de pauvreté une rue plus loin. Ou plutôt de personnes prises au piège et à la gorge. Comment peuvent-ils sortir de là ? Je t’assure, je suis tombée des nues en constatant à quel point mon pays, pire, sa région capitale, est cloisonné.

Assister tous les deux jours au bal « desamusé » (jaune le amusé).

Choper un RER bondé. Puis choper un train bondé. Rien de transcendant.

Observer. Lire. Cogiter.

Observer le RER bondé de gens fatigués… se levant trop tôt… pour des salaires de marde. Observer le train bondé de gens tout frais… se levant plus tard… pour des salaires décents.

Être choquée.

Être choquée. D’autant plus choquée que mon trajet du matin est dans cette ambiance schizophrène, et que mon boulot du quotidien l’est tout autant.

Et d’autant plus choquée, allez on va pas se mentir, face au constat flagrant qu’est l’uniformité (ou quasi) des couleurs de peau (et c’est la seule « différence » pétard !) associée au moyen de transport. A tel point que ça fait déjà deux fois qu’un gars m’aborde en me demandant ce que je fous là dans ce rer là, car je fais tâche. Alors que dans mon train cosy je passe incognito ou presque (ouai, presque car je bosse ni en tailleur, ni en talons), et que mes compatriotes du RER je les troque contre mes compatriotes TGV. Deux mondes ou presque (yep, presque, y’a des infiltrés jvous dit ;-), et j’en fais partie ! et puis mon homme aussi en fait 😉 !).

Être triste.

Être triste. Si triste. Si terriblement triste de voir tous ces petits et grands coincés dans des horaires à la con, des trajets trop longs, des emplois insuffisants, des logements (ah la la.. ca vaut un post entier les logements !) foutage de gueule pour des prix hallucinants…

Être contente et énervée. Contente de ne pas vivre bête et ignorante grâce à ma nouvelle citée. Énervée contre moi-même car notre souhait le plus cher est juste de nous casser.

En ce jour dramatique d’il y a 10 ans, et en tant que fraichement arrivée par ici, je m’interroge… Et comme le souligne le monsieur interviewé ce jour sur France Cult*re, ah ca oui il y en a des bâtisses, et des bâtisses, et des bâtisses toutes neuves… mais des lieux de vie ? des lieux économiques ? des lieux de savoirs ? des lieux autres que les centres commerciaux sur centres commerciaux sur centres commerciaux qui en deviennent les centres-villes tout court ? Alors les bâtisses à 4 étages plutôt que 10, certes c’est beau, mais sincèrement est ce qu’un paysage crée une dynamique sociale, citoyenne et économique ???? Est-ce qu’un horizon moins haut réduira les flagrantes inégalités ? Est-ce que du beau cache la misère ? Est-ce que vraiment c’est ce nouveau parcage qui ressoudera l’ensemble de la fracture ?

Je me questionne une fois le boulot fini pour cet ici car c’est désormais mon ambiance de voisinage (et boreal, ça se passe bien !) (même si oui, y’en a quelqu’un, perdus, qui pètent les plombs littéralement), et je tente d’agir à longueur de journée pour mon taf’ qui agit sur des questionnement similaires bien plus loin, voire complètement identiques (en particulier au Brasil), tout en sirotant des cocktails guindés de temps à autre et en longeant les murs des plus belles instances de ma République. Si avec ça tu te fais pas des noeuds au cerveau…

Bref, Silencio il parait. Dense Silencio. Il tombe bien ce lieu pour mes deux chouchous ! Il doit être terrible leur bouquin ! Elle est si juste leur phrase citée au début de ce post. Les Kids ont grave grandit, et c’est ainsi ! Merci !! Merci de m’avoir enfin fait sortir ce post de ma tête… des semaines qu’il tournicote chaque jour de rer/tgv schizophrène !

PS : 😉 aux Champs-Élysées… ça m’a bien fait marrer ce moment là pour vous (re rire jaune bien entendu)… du vécu similaire ici aussi… doit y avoir 4 ans désormais… l’histoire d’un conjoint, classe pourtant (pas touche… grrrrr….), qui n’a pas pu suivre sa chérie partie shopper à Z*ra… elle l’avait devancé, ben lui n’a pas pu rentrer…

Le dernier lundi…

24 Août

Finalement, alors que je ne cesse de dire que j’ai hâte de reprendre le boulot, faire fonctionner mes neurones autrement qu’avec des astuces puer’, voir d’autres adultes et échanger sur des trucs compliqués, papoter d’autres choses que de ma journée de maman… ben mince alors, y’a comme un petit air de « snif » qui se profile depuis ce matin… Ce dernier matin tout simple, cette dernière journée à deux, rien que toutes les deux… !

Bref, rien de transcendant. Un truc hyper banal. Un dernier jour, c’est quand même quelquechose de spécial !

A partir de demain la nounou va entrer dans nos vies. Ma fille ne sera plus qu’avec moi en journée. Et j’aurai (enfin !!!) du temps libre !

Demain, on commence l’adaptation. Et on espère fort que ca va rouler comme sur des roulettes, car la semaine prochaine toute cette jolie aparté sera terminée. Retour au taf’ !

Niveau rythme, le changement sera radical lors des prochains lundis…

Bébé se lèvera et se couchera avec son papa, alors que moi je serai entre Genop’ et FritesVille à avaler les kms sur les rails.

Plus de tétée matinale. Plus de tétée de dodo. Ce ne sera que deux jours par semaine (et heureusement !), mais il faut que ça passe…

Alors on s’est rôdé. C’était il y a deux semaines. Je me suis absentée un peu plus de 24h, la laissant s’endormir avec son père et se réveiller avec lui. Moi respirant un air d’avant La Lueur ! Air différent, bien plus savoureux, car ce petit break est des milliers de fois plus apprécié étant donné qu’aujourd’hui nous avons la chance qu’elle soit là.

Au final, La Lueur a pris son bib’, fais ses siestes et mangé sa purée (diversification amorcée depuis 15 jours !). Son rythme fonctionne comme sur du papier à musique lorsqu’il n’y a pas de bug. Merci Pantley ! Merci La Lueur !

A mon retour, mouai mouai mouai… le constat fut que je ne suis pas équipée d’un modèle « c’est la fête, ma maman est là !!!! », mais l’essentiel est ailleurs : tout le monde va bien ! et point de pleurs !!

Donc voila, en ce dernier lundi à deux, je savoure ma princesse, ne cesse de la croquer des yeux, vais lui préparer les meilleures purées du monde (bon, c’est pas des purées compliquées, faut pas dec’ non plus), et pense doucement à cette séparation qui s’amorcera dès demain avec un brin de nostalgie et beaucoup de hâte de retrouver mes collègues et mon taf’ (lol, ça va pas durer, je le sais…)!

La hantise…

21 Juil

Bon voila, aux dernières nouvelles (encore une immense big merci pour tous vos com’ extrêmement utiles !!!!), je concluais en vous disant qu’on allait causer « prochain rendez-vous médical ». Nous y sommes !

Le titre « hantise » est un peu fort… car bien plus doux qu’il y a désormais 4 ans, mais tout de même…

Avec le déménagement, je te le donne en mille… tu te doutes bien qu’il a fallu retrouver un médecin généraliste… et cet indispensable dont je me passerai volontiers… un gynéco.

Et tant qu’à faire, un/e gynéco qui s’y connait en OPK, PMA & Co…

Et là, patrata… Moi qui croyait que notre chez-nous était idéalement placé point de vue PMA étant donné que le tout beau tout neuf tout big hosto est à deux pas… Ben figures toi qu’il n’y a aucun service de PMA dans cet immense hôpital… What ???????!!!!

En plus, au vu du nombre de poussettes et moins de 3 ans qui sont présents ici (incroyable comment ma nouvelle ville est jeune !!), je trouve que c’est limite « criminel » de ne pas mettre en place un service de PMA… Imagine le truc… T’es infertile ici, ben franchement tu ne fais pas 5 mètres sans te prendre un bon coup de poignard en plein cœur… PB et petits bouts à gogo… Je n’aurai jamais survécu ici en étant dans l’attente, du moins en en ayant le choix.

Bref, in fine je me demande bien comment ça se fait qu’il n’y a point de PMA ici, à Genop’Ville. Aucune idée…

Du coup, triste de cet amer constat, j’ai regardé où était le centre PMA le plus proche, et donc potentiellement le ou la gygy qui me suivrait potentiellement à nouveau un jour (parce que bon, peut être bien que l’envie d’un second arrivera…).

Et là rebam… Quoi quoi quoi ? Aucun service spécialisé digne de ce nom dans tout le département ? Alors qu’à FritesVille on avait plusieurs possibilités, ici, quedal…

Alors oui, j’imagine bien qu’un/e gygy doit surement avoir ces compétences, et possiblement pratiquer des iac dans le privé…

Je suis donc partie à la recherche de la perle… et il semble que je l’ai trouvée… à proximité qui plus est… mais avec un bon bon délai d’attente… Du coup, j’avais pris rendez-vous en février (encore enceinte) pour le mois d’août…

Et Août… c’est demain !

Sauf que désormais… Accouchement passé, rééduc en cours (oui oui, c’est en mode tortue patapouf), je n’ai mais alors aucune aucune absolument aucune envie qu’on vienne m’embêter la fameuse caverne. Je suis complètement devenue allergique aux gynécos… c’est devenu ma hantise ! Trop vu ces dernières années, même si je ne peux que remercier ma gygy adorée !!

Alors voila, comme en plus point de retour de couches, et point de pilule, et point d’envie de second là tout de suite voire dans les 6 prochains mois… Eh bien, je vais annuler et décaler à plus tard… (si l’envie revient…).

Pour une fois, enfin !, c’est moi qui maitrise à nouveau ce que je fais de mon corps, et vraiment j’ai pas envie de me forcer… car mine de rien, les échos matinales, les inspections à gogo, les pds & co, ça laisse des vilaines traces…

Tout cela est bien entendu éminemment personnel, et j’en ai le choix… Je suis bien consciente que pour d’autres, toujours en attente, c’est un immense luxe, et oh que oui c’est bien vrai…

En attendant, on va reprendre le taf, en chercher aussi, profiter de La Lueur ! et reprofitez davantage de ce corps retrouvé et paisible !

Non mais je rêve ?!?!!!

12 Juin

Quel joli cadeau pour ce jour qui est les 3 mois de notre Lueur !

On ne pouvait pas rêver mieux ! Magnifaique !!!!

On vient d’apprendre (tout comme toi aussi j’imagine), qu’à priori elle risque d’être placée en centre de rétention si elle voyage à l’avenir au pays pour rendre visite à sa famille !

Ben oui, alors qu’une fillette de 6 ans (là on outrepasse la convention internationale des Droits de l’Enfant pour info, puisqu’en zone d’attente des mineurs isolés peuvent être détenus) rejoignait sa maman ici, ma chère PAF (police aux frontières) a estimé que la petite ne ressemblait pas à la photo du passeport et que ses papiers étaient faux. (Bizarrement moi aussi je n’avais pas la même tête sur mon passeport, mais on ne m’a jamais suspecté)

Faut-il préciser que la fillette est française (en aparté, on ne peut pas être franco-camerounais officiellement, le Cameroun ne reconnaissant pas la double nationalité), que ses parents sont français et nés en France… Ah pardon, on me glisse dans l’oreillette « qu’elle est française mais noire, oups pardon d’origine camerounaise ». Appelons un chat un chat, cessons l’hypocrisie qui caractérise tout cela. (ps 1 : il faut  combien de générations « d’origine » pour arrêter de parler d’origines, et bel et bien de nationalité ? ps 2 : un chouette article de Mme Gaou sur ces « terminologies » en se basant sur ses expériences en France et au Canada) ».

Et puis, tu sais quoi, en plus, c’est la deuxième fois en à peine quelques semaines que ça arrive ! Trop forte la PAF !! Pardon l’Etat ! (et puis, en réalité, c’est pas nouveau… car c’est sans parler des mineurs enfermés en outre mer… parce que là, c’est tellement inimaginable ce qui se passe).

Boudiou… Mais sérieux c’est ultra grave ! Tu te rends compte ? Ta fille ultra mineure voyage chez l’autre partie de sa famille, et zou à son retour elle est foutue en cellule !

Respirer… Zen…

A l’heure où je suis en train de faire le passeport de ma fille, qui forcement n’aura pas la même tête dans 1,2,3,4,5 ans…, j’apprends donc qu’elle risque d’être détenue parce qu’on ne croira ainsi pas qu’elle est française ???!!! Ah pardon on me souffle dans l’oreillette « qu’elle est métisse, donc c’est moins problématique, çà se voit qu’elle a une part blanche (oups, pardon on ne dit pas blanche, on dit française sans préciser les origines) »… Re appelons un chat un chat.

Sache aussi, que dans notre cas (enfant français et né en France d’un couple franco étranger, ce qui n’est pas le cas de cette fillette française issue d’un couple français et nés en France, donc du coup nous on est « pire »), on pourrait faire faire un certificat de nationalité française à la Lueur (yes, j’ai découvert ce truc il y a quelques années, quand notre entourage et nous même parlions bébés). Nombre de proches ayant des enfants métisses l’ont fait. Chérid’A en voit l’utilité (quoique quand il va savoir l’affaire, je pense qu’il n’y croira plus en cette certification), moi pas, ou plutôt plus. Après tout, à quoi bon ? Ce n’est pas la nationalité qui gêne, c’est la couleur, soyons clairs (oh le jeu de mot de marde lol !).

Et puis, ce certificat serait caduque si la politique change en la matière (coucou les droites qui aiment les extrêmes et celles qui jouent avec 🙂 ). Si par exemple on suit les Pays-Bas demain, ma princesse sera officiellement considérée comme française allochtone, alors que moi je suis française autochtone, et que l’homme est étranger tout court (mais s’il était français allochtone, idem, La Lueur serait allochtone bien que française, née, vivant et résidant en France, et de mère autochtone). Ainsi, la Lueur, allochtone, ne serait alors pas l’égale (mince c’est pas un des sigles de ma nation ?!!) de la fille d’amis autochtone car tous deux français autochtones depuis plus d’une génération (ou comment foutre le boreal dans une société où on est censé vivre, travailler, étudier… ensemble). Alors bien sûr, nous n’en sommes pas là en France, mais franchement y’a des jours où je pense qu’on n’en est pas si loin…

(Et pour l’anecdote finale sache que la SF de ma réeduc n’a rien trouvé de mieux que de me dire « c’est bien, elle a la peau claire » ???? WTF ???? En quoi c’est bien ??? Ca sous-entend quoi au juste ??? Que plus noir, c’est pas beau, pas cool, galère ? Non mais je rêve ! Ce genre de remarques, c’est donc parti ! Et ca a commencé à ses 2 mois et demi, so lol !).

Bref, suite à ces « faits divers gravissimes » (punaise quoi, une gamine de 6 ans, et une autre de 3 ans, enfermées seules sans leurs parents durant 5 et 4 jours !), je suis dépitée, remontée, fatiguée de ces politiques qui ne disent pas leur nom, et en colère. Déjà que mon neveu de 6 ans avait été interrogé, seul, pour venir nous rendre visite il y a 2 ans. Que je doute que ma nièce, dont je suis la marraine, et que je n’ai pas vue depuis 2010, puisse avoir le visa pour venir passer l’été cette année. Alors là c’est le pompon !! Et puis, je ne comprends toujours pas ce qui amène à traiter, suspecter, conditionner les gens en fonction de leur origines et couleurs de peau boreal ?! Je dois être bête sûrement…

 

 

Aparté : la question du blog !

2 Avr

Voyant les questionnements de plusieurs d’entre vous, la question de la poursuite du blog s’est posée. La réponse est claire depuis un bail dans ma tête. C’est oui !

Tout simplement car dans l’attente, j’arrivais à lire les pmettes enceintes et l’évolution de leurs bébés, chose qui je le reconnais aurait été surement impossible si les possibilités de tentatives s’étaient fortement amenuisées. Alors je comprends bien, et soutiens, celles et ceux qui n’arriveront plus à lire ces pages. Je vous soutiens ! Pour qu’un jour vous goutiez à la sérénité retrouvée.

Et puis, autre raison, ce blog est un blog pma, certes, mais j’ai souvent évoqué d’autres sujets qui me tiennent à coeur (bon, tu noteras mon absence de grognements face aux deux précédents dimanche… que dire, répéter encore et encore ce qui est déjà inscrit par ci et là sur ce blog… fatiguée… advienne que pourra de mon pays et de mon continent… avec ou sans moi/nous). Que ce soit sur les handicaps, les discriminations, le continent africain, les questions de développement, l’agriculture et l’alimentation… (bref, mes problématiques quotidiennes tafesques), ou sur des questions à venir plus personnelles que je pressens, telles que handicap et fratrie, relation oncle-Lueur, métissage (avec son lot de préjugés négatifs ou positifs), et… la peau métis (en devenir) de La Lueur (c’est rigolo de la voir foncer peu à peu) plus fragile que les peaux blanches, moins fragile que les peaux noires, ainsi que ses cheveux de princesse (ben ouai, je flippe de mal faire à l’avenir, alors je zieute tous les conseils possibles sur ce plan) !!!

Et enfin, car je n’ai pas dit mon dernier mot à la PMA. Le mot magique à la mater’ lors de la venue de la sage-femme pour échanger sur la contraception fut : PMA. Pas un mot de plus. Elle comprit de suite. Ouf ! Je suis donc et serais donc sans pilule ou autre moyen contraceptif jusqu’à ce que les mois se fassent trop longs et qu’un retour en pma s’impose de lui même. Pour te dire, on a déjà checké le big CHR et la clinique de Genop’Ville… et grosse déception, pas de PMA là bas, ni dans le 91 tout court (fait iech, c’est Paname qui rafle quasi tout…). Bon, ben on s’adaptera. Et peut-être que d’ici là on aura encore déménagé, et que l’on sera plus proche de Paris.

Donc voila, t’en a pas fini avec moi. T’es free de me suivre ou pas. Et surtout « on est ensemble » comme on dit au pays !