Les petits coups de gueule – acte 2 : Le Mariage [+ Edit sur les enfants nés hors mariage des couples mixtes]

7 Oct

Je suis désolée, ça fait beaucoup de post en peu de jours, et en plus ils sont tous liés… Bref, vous êtes en train de suivre en live mes réflexions et échanges du week-end.

[Partie 1]

Dans « les pieds dans le plat » , j’ai poussé à mon tour mon coup de gueule sur la manif’ GPA/PMA/homosexualité du week-end. Mais pas que, car le truc qui me saute aux yeux c’est cette manie française « tradi » en mode Travail, Famille, Patrie qui descend dans la rue régulièrement contre les droits de leurs voisins de palier. Pourtant, je ne vois pas en quoi ces voisins de palier les empêchent de vivre. Et pourtant, leurs justifications sont claires : il me pique mes conditions de travail, voire mon travail, il me pique l’éducation de mes enfants et les valeurs de l’enfantement, et enfin il me pique ma façon de vivre dans mon pays qu’est la France. Mais j’ai toujours pas compris la corrélation directe, tant c’est naïf de penser ainsi. (Bon, c’est un peu mal résumé, mais l’idée est là, je pense que vous voyez, j’écris à l’arrach’ comme d’hab).

Après ce premier coup de gueule, je suis tombée sur les cartes mondiales et européennes de la GPA, que j’ai relayé dans cet article précédent. Les journaux ont traité de ce sujet, et une publi qui fait l’état des lieux (com’ de Kaymet) a été trouvée. Ça aide, car ça permet de savoir qui fait quoi où comment pourquoi ? et donc de se poser les questions acceptation, non acceptation, idées intéressantes, idées à ne pas retenir pour notre propre pays. Bref, au moins ça donne matière au débat, qui malheureusement dans les manif’ n’existe pas. Vraiment intéressants ces articles qui posent enfin (mais malheureusement post-manif’) les base de  « de quoi on parle ? » etc…

Et puis, de ces deux articles, de cette ambiance de « je suis contre l’autre », de ce discours politique ferme et fermé, de cette envie de dire « oh là, toi qui est contre moi, viens ici, stp, on s’assoit, on discute, on débat, on échange, on se comprend, on avance », en suite logique dedans ma tête, je vous ponds ce post sur Le Mariage

Comme je le disais à Ju’, cette stratégie « débattons en connaissance réelle de cause » marche ! Si si ! Même si on est loin du 100% d’accords évidemment, j’estime que c’est important de le faire : d’une pour ne pas se taire, de deux pour éventuellement recadrer si le discours est basé sur certains préjugés, de trois pour comprendre et avancer tout simplement.

[Partie 2]

Alors cette « stratégie », cet énervement face à des personnes qui sont contre soi, ça me rappelle tellement, mais tellement, les dernières présidentielles.

Je sais très bien que mes oreilles échauffées, mon coeur lacéré, ma tête prête à exploser a été ressentie dans la chair par une minorité de français. Et c’est bien normal. C’est le même principe que l’adhésion à la manif’ du week end, finalement, selon les stats, la majorité des français n’y a pas adhérée. Certainement car concernés de près ou de loin par ces questions, qui sait.

Mais sur d’autres sujets, sur mon sujet bouc-émissaire qu’est le rapport aux migrants, là, il y a beaucoup moins de monde qui est concerné de près ou de loin. Alors, au final, lorsqu’aux dernières présidentielles les discours se sont enflammés, oui certains ont dit « non on ne peut pas laisser passer cela » (à savoir la réduction des migrations légales (donc un truc légal, finalement, c’est légal ou pas ?), les couples mixtes pointés du doigts, etc…). Mais, pour la majorité, ce n’était pas le sujet principal de préoccupation de leur vie quotidienne, et je le comprends. Pas de soucis, je comprends. J’aimerai tant qu’il en soit de même, ne pas me sentir concernée et visée.

Du coup, cette « case lien avec les migrants/étrangers » de la société ne comportant que peu de monde in fine, les préjugés, les amalgames, les violences verbales ont fusé, notamment à droite, il faut bien l’avouer. Le centre avait un discours d’ailleurs plus pédagogique que la gauche, partie auquel j’en veux de ne pas savoir de quoi il parle, de s’en foutre allègrement (il ne faut pas se leurrer), d’avoir une pédagogie plus basse qu’une classe de maternelle.

En définitive, le mot est tellement sali qu’auj’ qui pense qu’un migrant est une personne comme vous et moi, qui a un travail, une maison, une famille, ne pose pas de soucis à la société… ? L’image a été totalement retournée sur ce mot, où l’on n’y voit plus que délinquance, « profitage », famille nombreuse, allocs, pas de travail, et confusion avec les problématiques qui peuvent exister dans certaines banlieues, etc.

Exemple typique, pas plus loin que ce week-end, en covoiturage, une jeune fille me disait (elle l’aurait jamais dit si mon homme avait été là, ça aussi c’est drôle dans mon couple) « je bossais dans le handicap dans ce quartier, mais comme c’est beaucoup de personnes migrantes et donc qui travaillent pas, du coup, le handicap c’est pas simple quand on a pas les moyens ». Je l’ai reprise sur le « et donc », car les migrants travaillent ou ne travaillent pas, tout comme des français travaillent ou ne travaillent pas, c’est pas lié à leur condition de migrants.

Un migrant n’est pas une personne sans-papier. Elle peut être en situation légale ou illégale, c’est autre chose. Un migrant c’est juste une personne qui a migré. Genre si je pars vivre ailleurs qu’en France, je serai migrante. Point.

J’aurai pu aussi la reprendre sur un « es-tu certaine que ces personnes de ce quartiers sont migrantes ou ont-elles la nationalité française ? ou à partir de quand n’est-on plus migrant ? ».

Pour ma part je suis une troisième génération de belge-pays-bas-espagne atterris en France. Suis-je plus ou moins ou pareillement migrante qu’une troisième génération de usa-congolais ou bresilien-brésilien ou biélorussie-guinée par exemple ?

Bref, amalgame, comme d’hab’. Je ne lui en veux pas un seul instant à cette covoitureuse, c’est l’image faussée véhiculée : un migrant est une personne sans papier, sans emploi, sans qualification, parfois même on l’amalgame avec un banlieusard français de Xème génération, va comprendre… Ca fait vendre semble-t-il de monter les uns contre les autres en balançant des idées fausses.

Pourtant, vu que l’analphabétisme est faible en France et l’école obligatoire, il suffirait que chacun ouvre le dico pour se rendre compte que que c’est faux, archi faux, mal employé, que les relations de causes à effets ne sont aucunement liées. Eh ben non… on préfère les images chocs et amalgamées. Triste…

Pour en revenir au sujet du jour présidentielle/mariage/migration, un de nos amis ayant fait une trop longue longue thèse de Droit, résidant (carte de résident et non nationalité) en France depuis ses 18 ans, et ayant actuellement 47 ans, nous a toujours dit, à nous les jeunes (mon conjoint et moi), « ne vous embêtez pas avec cela, sur ce sujet, gauche et droite sont d’accord, et ce depuis toujours ». Alors on parlait de Pasqua, de Mitterrand, de Chirac et des politiciens de l’époque, des plus et des moins…, et aussi et surtout des politiques et politiciens actuels, etc… Je disais « non, je suis pas d’accord, je pense que tu as tort sur le « c’est pareil » » et j’argumentai avec mes preuves à l’appui. Aujourd’hui je dis oui, il a raison, j’avais tort. Reste que l’un des parties s’en sert verbalement, l’autre pas. L’un durcit les lois rapidement, l’autre plus lentement. Or aujourd’hui, pour durcir, il faut s’attaquer aux légaux, car sur le plan des illégaux on est déjà au max et on a déjà pas mal de contra legem (;-) Marivalou).

[Partie 3]

Donc voila, la migration, les étrangers, les mariages mixtes, ce sont des sujets dont on parle souvent dans les médias. Tout comme la PMA, la GPA, les couples homo. Mais surtout, tout comme les évènements de ce weekend, on en parle mal (par ignorance sûrement ou alors ça les arrange, j’en sais rien, je n’ose y croire). S’en est même à croire qu’il n’y a qu’un nombre infime tant de politiques que de journalistes qui a ouvert un jour les textes de lois ou même lu les propositions des candidats aux présidentielles ou même rencontré les personnes concernées.

Je sais bien que ce sujet n’est pas important. Les questions économiques à régler sont éminemment plus importantes, et apportent une paix sociale. Mais devant l’incompétence à gérer les questions économiques, acheter la paix sociale en pointant du doigt les autres, c’est bien plus efficace, et rapide.

Clairement, ce n’est pas ma préoccupation quotidienne, ou plutôt, en 2012, elle ne le serait pas devenue si on n’avait pas menacé mes droits. Alors que s’est il passé ? Un truc quasi passé incognito que voici : proposition de conditionner/d’accorder la vie des couples mixtes en France à leurs revenus et à leur m².

Comment l’ai-je suis ? Simple. Vu l’ambiance des discours sur les étrangers, ou plutôt (pas tabou, disons le clairement) sur les pas blancs, voire les musulmans (on pointe pas du doigt les étrangers blancs canadiens ou américains ou sud africains ou…, pourtant la loi est la même pour tous, et certains se retrouvent aussi en galère). Et vu que j’aime parler de ce que je sais, sinon j’écoute. Ben, tu vas rire, je me suis renseignée à fond (l’homme aussi), j’ai lu et décortiqué l’ensemble des propositions des partis politiques aux présidentielles, visualisé tous les débats publics et discours médiatisé sur le web et télé, été à différents meetings politiques… et cela pour tous les partis…. Car je souhaitai voter en étant sûre de mon choix. Bon, ok, je n’ai lu que des brides des propositions pour le FN. Par contre ma moitié a tout lu. Tu me diras ça lui sert à rien, il n’a pas le droit de vote. C’est vrai. Mais au moins ça sert à savoir comment on parle de toi, comment la vie économique et sociale va se régir selon le candidat élu, etc. Bon, sinon, j’ai pas non plus été à leur meeting juste à côté à ce partie là. Ok ok, Mea culpa.

J’ai appris plein de trucs. Je me rappelle d’un super débat où tous les partis étaient présents, sauf le FN, sur la question du handicap mental. Un débat organisé par l’Unape*, excellent. Je me rappelle des notes prises à la lecture des propositions des candidats, des heures passées à m’informer, etc… Du coup, clairement, quand on lisait les propositions qui allaient dans le sens de retirer des droits acquis, c’était facile d’en débattre avec des amis, et d’en convaincre certains que non, entre le discours et les actes, il y a bien les actes qui sont prévus, tout cela n’est pas que électoraliste.

Bref, voila donc pourquoi j’ai été stupéfaite en lisant cette proposition de « comment ne plus accorder les mêmes droits aux couples mixtes et légaux ». Tout un programme. Et je t’épargne l’ensemble des propositions sur la réduction des migrations légales (pourtant quand tu es autorisé, t’es autorisé non ? alors pourquoi vouloir chercher à enlever tes droits accordés ?), et sur les complexifications des changement de statut (lorsque tu passes de statut étudiant à salarié (conditionné au 1,5 smic en cdi ou cdd 1 an + pref’ + coût pour employeur), le risque est immense de te retrouver sans-papiers, deux de mes amis ingénieurs en ont fait les frais l’an passé, ils sont donc partis (OQTF : obligation de quitter le territoire français), dans son pays de naissance pour l’un, au Canada pour l’autre). Durant les com’ GPA, on a dérivé sur ce sujet avec Marivalou, car au final c’est la même racine : éloigner l’autre de soi, légalement. Choquant ce qu’elle a vécu. Une erreur administrative qui a failli coûter une rétention. Je suis encore retournée.

Alors pour te faire palper le schmilblick, j’ai choisi de relayer ce texte, car c’est un témoignage :

« Cher Nicolas Sarkozy, [apparté, c’était son parti qui proposait de toucher aux droits des couples mixtes, ça aurait ou être un autre parti et un autre homme politique, j’ai pas enlevé le nom, car c’est un texte écrit par un autre que moi, un témoignage quoi].

Dans une interview publiée par Le Figaro magazine sous le titre “ Mes valeurs pour la France ”, vous avez récemment placé le thème de l’immigration au cœur de votre campagne électorale et désigné la prochaine cible de votre politique de réduction de l’immigration légale : les étrangers mariés à des citoyens français.

Vous proposez en effet de soumettre l’entrée et le séjour en France des étrangers qui ont épousé un(e) ressortissant(e) français(e) à des conditions de logement et de ressources stables et suffisantes. Les citoyens français ayant des revenus faibles ou instables, ceux qui sont employés en contrat précaire, ceux qui touchent une petite retraite, ceux qui décident de vivre dans une certaine précarité pour poursuivre des études prolongées ou reprendre une formation professionnelle n’auraient donc plus le droit de mener leur vie familiale en France auprès de leur conjoint étranger !

Conditionner le respect des droits fondamentaux de vos concitoyens à leur niveau de revenu… vous avez manifestement, monsieur le Président, une étrange conception de l’égalité républicaine.

Les pauvres, plus fraudeurs que les riches ?

A cette proposition inacceptable, vous ajoutez l’indécence d’une justification fumeuse… Vous affirmez en effet qu’en imposant des conditions de logement et de ressources pour autoriser le séjour des couples franco-étrangers en France, “ nous combattrons plus efficacement la fraude ” au mariage… Mais en quoi la taille de l’appartement d’un conjoint ou sa richesse seraient-elles des indicateurs de fraudes ? Les pauvres seraient-ils plus fraudeurs que les riches ?

Nous ne sommes pas dupes monsieur le Président. Depuis des années, les conjoints de Français sont une cible de votre politique de lutte contre “ l’immigration subie ” car ils représentent une part relativement importante de l’immigration familiale que vous voulez réduire à tout prix.

Et la lutte contre les mariages de complaisance, phénomène au demeurant marginal, est un prétexte idéal pour légitimer le durcissement continu du cadre légal. Elle permet de donner à ce durcissement un objectif consensuel – rares sont ceux qui défendent l’idée que les mariages blancs ne devraient pas être combattus – qui permet de passer sous silence la politique de remise en cause plus profonde du droit de vivre en famille des couples franco-étrangers.

En application des lois que vous avez fait voter, la France expulse régulièrement des étrangers mariés à des Français, ou sur le point de le faire, alors qu’aucune fraude ne leur est reprochée ; d’autres, titulaires d’un titre de séjour d’un an sont maintenus dans une situation administrative précaire les empêchant de contracter un prêt, d’obtenir un CDI ou d’acheter un logement ; certains, mariés depuis plus de trois ans, ne sont pourtant toujours pas régularisés…

Certains devront renoncer à l’amour

Si votre proposition est adoptée, monsieur le Président, certains Français se verront obligés de quitter leur propre pays pour vivre avec la personne qu’ils ont choisie, certains autres devront renoncer à leur histoire d’amour, enfin les plus courageux et tenaces attendront de longues années avant de pouvoir satisfaire à vos exigences ou feront entrer leur conjoint étranger de façon irrégulière.

Comme le montre une nouvelle fois votre proposition, monsieur le Président, nos conjoints l’ont bien compris, ils font partie de cette immigration que vous qualifiez de “ subie ” pour bien signifier qu’il aurait été préférable qu’ils ne soient pas là.

Quant à nous, citoyens français qui nous sommes unis à des étrangers, nous comprenons bien que nous sommes pour vous des “ ennemis de l’intérieur ”, une faille dans votre politique de réduction de l’immigration, faille que vous cherchez à colmater aujourd’hui avec des conditions de logement et de ressources… et demain avec quoi ? »

Je vous invite aussi à lire si ça vous intéresse les articles de presse ci-dessous :

Je vous invite aussi à écouter les articles et lois fondamentales rappelées dans cette vidéo sur Le(S) Couple(S), L(eS) Union(S) et Le(S) Mariage(S), qui de fait aborde tant l’union mixte ou non mixte, qu’homosexuelle ou hétérosexuelle.

C’est un collectif bien connu qui la faite et qui a par ailleurs à créer un slogan « Nous sommes ici » où chaque couple (tout le monde en couple quoi) peut mettre son message et sa photo : http://amoureuxauban.net/nous-sommes-ici/

Alors voila. Choquant. Flippant même.

La « manif’ pour tous », l’approche des présidentielles, l’échec cuisant de la gauche à ce jour, la montée du FN, un discours de la droite (ou d’une certaine droite) qui ne va pas tarder à se radicaliser, un centre faible… tout cela m’évoque des craintes, nombreuses, bien légitimes au regard des propositions de 2012, qui à coup sûr (mais j’espère pas) vont de nouveau être proposées, discrètement, par les divers candidats, pour éviter les sujets qui concernent la vie quotidienne de chaque citoyen français : vivre décemment. (Enfin, il me semble)

Aux yeux d’un des candidats majoritaires, il était donc normal que je devienne une sous-citoyenne car je n’aime et n’ai pas épousé un français. Bref, il était normal qu’après son élection on me/nous retire légalement certains de nos droits, sur lesquels jamais je n’aurai imaginé qu’on nous scrute, qu’on s’insère légalement dans ma vie intime et privée pour dire si elle a le droit de séjour ou pas, qu’on contrôle et juge notre légitimité à vivre dans MON pays, notre pays. Aucun droit n’est acquis… je ne le savais pas… coup de massue… j’ai compris depuis… et j’ai aussi compris que du coup la liberté de chacun est la liberté de l’autre 😉

A partir de là, aux présidentielles de 2012, vu cette proposition et son atteinte à ma vie, tu te doutes bien que mon libre choix de vote n’existait pas.

Et pourtant, j’aimerai bien avoir la liberté totale de choisir un candidat. Et surtout, j’aimerai tant ne pas à avoir à éliminer tel ou tel candidat sur ce type de proposition de marde, mais davantage sur des propositions économiques, de gestion, de politique extérieure…

Pour quand ? A quand ? Aurais-je cette liberté aux prochaines élections ? J’anticipe, je flippe. Je vois déjà comment c’est en train de se profiler, j’ai peur. Mais soyons optimiste, peut-être qu’il n’en sera rien, que les discours seront censés… sauf si la haine de l’autre remplace l’intelligence collective.

[Partie 4]

Bref, de la PMA/GPA/homosexualité, on s’est retrouvé au mariage mixte/migrations/étrangers. Car ça me saute aux yeux. C’est le même combat : la défense des minorités. Soit des personnes, certes qui ne sont pas représentatives de la majorité, mais qui vivent au sein d’un même lieu, d’un même pays, qui sont voisins de palier.

Les points communs sont flagrants: l’acharnement de certains à faire passer pour coupable celui qui ne l’est pas. L’acharnement de certains à juger sans savoir. L’acharnement de certains à ne pas souhaiter que la différence existe. L’incapacité de certains à ne pas comprendre qu’on est tous humains, que la délinquance n’a pas de couleur, que l’amour n’a pas de frontières, que la parentalité n’a pas de normes universelles.

Parfois même c’est au sein de ton propre entourage que tu dois aussi lutter, défendre le « je suis comme tu m’a connu, comme toi, pas autre ».

Sur ce point, plus spécifiquement sur le « mariage mixte », je te laisse avec ce texte que je souhaite reblogué depuis un bail, et qui m’a tant fait rire, tant la situation a été vécu, revécu, re revécu… (j’adore cette blogueuse du froid pays : original du texte ici).

Mariage blanc, humour noir…

bride-and-groom-wearing-converse-s1Je suis en couple depuis plus de 10 ans. Ce jeune homme rencontré à la fac, je l’ai d’abord trouvé très beau, il m’a ensuite fait rire et puis nous sommes devenus amis. Un jour, il a sauté dans un avion sans prévenir et est venu me rejoindre à Montréal où j`habitais à l’époque. Il m’a déclaré sa flamme, j’ai voulu faire la fière mais j’ai fondu face à ses grands yeux pétillants. Nous avons échangé notre premier baiser sur le tarmac de l’aéroport. Depuis il y a eu un mariage, une petite fille, les jours heureux, les jours un peu moins roses, les jours où j’ai envie de l’étrangler ceux-là sont vraiment nombreux et les jours où je le regarde en me disant que c’est lui et personne d’autre. Certes il est blanc comme un cachet d’aspirine et je suis noire comme un morceau de charbon mais ça ne nous a jamais dérangés. Je suis irritée par son caractère de cochon fort, j’enrage devant le foutu tube de dentifrice qu’il laisse ouvert et je suis choquée par le nombre de gros mots qu’il peut dire quand il joue à sa PS4 de merde. Lui est dépassé par mes goûts musicaux, s’énerve parce que je confonds l’éponge pour la vaisselle avec celle pour nettoyer et est dépité par ma passion pour Doctor Who et les chaussures.

Notre différence de couleur nous ne la voyons pas, nous n’en avons jamais parlé. Vous ne nous entendrez presque jamais utiliser les expressions créatives comme «couple mixte», «mariage domino», «couple interracial» qui sont souvent utilisées dans le langage courant. Nous avons d’ailleurs eu droit plus d’une fois à des remarques (de gens qui nous rencontraient pour la première fois) parce que nous n’avions pas précisé que l’autre était «différent».

Nous avons des différences (culturelles) et une éducation très différente mais avec un  beaucoup peu de communication nous arrivons à trouver un terrain d’entente.

Bien qu’elle soit indéniablement passionnante, vous avez le droit de vous demander pour quelles raisons j’étale ainsi ma vie sur le blog.

Je vous parle de tout ça parce-que ce matin un lapin j’ai surpris une conversation entre 2 de mes collègues. Elles parlaient de moi lorsque je suis arrivée comme un cheveu sur la soupe. Il était très tôt et  croyant le bureau désert  elles vociféraient comme des phacochères. J’ai donc eu le bonheur  immense d’entendre une bonne partie du venin qui sortait de leur bouche. Elles parlaient de mon mariage. Ça les faisait rire que je me définisse souvent comme étant Africaine parce que selon elles, je ne suis qu’une bounty, une déracinée, une vendue, une complexée qui se comporte comme une blanche [aparté, dans la définition de Chérid’A, de sa famille et de moi, Bounty est à connotation plus positive : celui qui bascule de l’un à l’autre, sans renier aucunes de ses origines, d’où mon pseudo. Mais en effet, Bounty peut aussi avoir le sens décrit ici]. L’une d’entre elles (surement une sociologue émérite) a conclu qu’une Africaine, une vraie ne se serait jamais mariée avec un blanc et que ça la faisait bien rire quand je parlais de mariage d’amour. Selon elle je ne me suis surement mariée  que pour l’argent et/ ou les papiers. Elle avait honte pour moi. Je n’en demandais pas tant.

Je suis en couple depuis une dizaine d’années avec le mâle et ce n’est pas la première fois que j’entends ce genre de remarques nauséabondes. J’ai tout entendu à propos de mon couple ces dix dernières années. Je croise différents types de personnes qui ont toutes leurs théories sur le sujet Il y a :

Les experts en immigration qui concluent que c’est forcément pour les papiers.

Les sexologues du dimanche qui pensent que c’est uniquement de la perversion. Le Blanc m’aurait épousée pour assouvir des pulsions sexuelles étranges que seule la femme noire, tigresse avide de sexe peut combler.

Les militants qui me félicitent de lutter contre les discriminations et le racisme en donnant de ma personne. Ceux-là évoquent la plupart du temps  la beauté extraordinaire de Mini Gaou et concluent qu’elle est preuve indiscutable que le métissage est définitivement l’avenir de la planète.

Les économistes qui disent que ça a dû être un soulagement pour ma famille de voir un blanc arriver et les sortir de la misère rien que par sa présence quasi divine. Avec ceux-là j’ai appris que l’homme blanc a des propriétés magiques et financières. En revanche je ne dois pas trop savoir m’en servir parce que ça ne marche pas dans les magasins de chaussures…

Les sociologues incohérents qui tentent de m’expliquer qu’un homme noir qui épouse une blanche ça passe mieux que l’inverse parce que la femme noire est un temple que l’homme blanc ne devrait pas souiller. Ce sont les mots de l’un d’entre eux. Je suis un temple rien que ça…

Les psychologues de comptoirs qui disent que j’ai choisi un blanc, un ancien esclavagiste car je suis complexée et que j’ai honte d’être noire. Le mâle lui m’aurait épousée pour se dédouaner des crimes affreux commis envers les noirs par son peuple…

Les chercheurs qui me demandent d’expliquer ce que ça fait d’être marié à un blanc. L’un d’entre eux a poussé son étude jusqu’à me demander si mon homme ne me traitait pas de sale negresse durant nos disputes. J’ai été obligée d’ouvrir mon intimité (pour le bien de la science) et de lui avouer un terrible secret : parfois lorsque nous sommes très énervés il m’arrive de lui dire «va au diable espèce de connard», ce à quoi il répond amoureusement «va te faire foutre conasse»…

Plus le temps passe et plus ces commentaires  me chagrinent parce qu’à mes yeux, le monde n’évolue pas assez vite sur ce plan. À l’ère moderne où nous vivons, je suis triste de constater que le chemin est encore long. Se faire traiter de vendue, de complexée, se faire dire que « son enfant jaune banane est une menace pour la pureté de la race»  parce qu’on est tombée amoureuse d’un être humain (en 2014) c’est décevant. Mais je garde espoir, je sais qu’un jour tout ça ne sera qu’un détail car contrairement à toutes les biaatches mauvaises langues, je sais que le seul (objet) blanc que j’ai choisi à mon mariage c’était…ma robe.

Pour notre part, dans notre mariage, on y a perdu des amis et connaissances, peu, mais quelques uns quand même. Bref, les pertes tout comme pour la PMA, ces stop amicaux qui arrivent car là ça va trop loin.

En effet, bizarrement, pour certains, alors qu’ils nous ont toujours vu amoureux, qu’on a toujours été en situation légale et sans soucis (sauf les trainasses préfectorales, mais ça c’est « normal »), lorsqu’on s’est marié après plus de 4 ans d’union, on est devenu un couple qui se marie pour les papiers. Lolilo : lesquels ? On les a déjà c*nnard. Passe la porte, au revoir.

On a donc perdu des amis, qui non marié nous voyaient comme un couple, mais qui une fois marié nous voyaient comme des arnaqueurs. Ben voyons… Merci la politique, merci la presse ! Ces histoires de mariages pour les papiers vous en avez fait une norme. Et en plus vous ne dites même pas la vérité : être marié ne donne pas la nationalité, c’est faux. C’est bien plus complexe que cela.

Alors, Messieurs et Dames qui faites et défaites les opinions publiques, oserez vous un jour interviewé moi ou mon homme ? Nous qui entrons dans la case la plus classique et majoritaire des mariages, et des mariages mixtes, soit par amour. Oserez-vous un jour interviewé mon homme à son travail ? Lui qui entre dans la case la plus classique des migrants qui construisent leur vie professionnelle, familiale, sociale et économique ici ? Oserez-vous un jour imaginer que lui est autant migrant que celui dont vous diffuser l’image de détresse ou de délinquance ? Oserez-vous un jour dire que les abus, les profiteurs et les délinquants non ni origine, ni couleur… qu’ils sont justes délinquants, profiteurs ou autre, point?  Oserez vous un jour dire que la détresse, la misère, la galère n’est juste qu’une situation de détresse, incolore, inodore et qu’un coup de crasher ne résoudra pas ?

A cette idée de « penses tu que nos hommes seront un jour interviewé ? » J’en rigolais récemment avec une blogueuse car le « lolilol » c’est que nos couples, nos familles et nos hommes ne sont pas vendeurs. Pas de religion extrême, pas d’accent, pas de sous-diplômes, pas d’errance, pas d’illégal, pas de traditions fortes, bref, juste de la galère pour l’employabilité du fait de la discrimination bien réelle dans certains secteurs (faudra que je t’explique un jour notre problème), alors qu’on pense toujours qu’ils sont nés en France (d’ailleurs y’a des comiques de situation hilarants). Bref, un schéma standard tout comme l’ensemble des couples mixtes et étrangers que je connais… ceux qu’on interview jamais, car ils ne font pas assez clichés !

Mais… mais à force de ne montrer qu’une image biaisé du migrant, des étrangers, des couples mixtes, vous nous bousiller. Merci, vraiment merci, mais ça va changer, en pire ou en meilleur, je ne sais pas encore, personnellement je crains le pire, mais ça va changer. (Désolé pour la colère exprimée, je n’arrivai pas à le dire autrement là maintenant).

Tu me diras, Bounty, auj’ vous n’entrez pas dans ces rejets, alors pourquoi te préoccuper de cela. Certains, la plupart de nos amis, agissent ainsi. C’est vrai. Ca ne les concernent plus. Sauf que je/on suis pas d’accord. D’une en rapport avec la proposition de 2012 qui aurait pu passer s’il avait été élu. De deux parce que pour moi les plus aisés (ceux n’ayant pas de soucis dans la vie) doivent aider les plus démunis et vulnérables (ceux qui ont des soucis). Et de trois, parce que qui mieux que nous ou d’autres couples sans soucis peut le mieux représenter cette réalité majoritaire et qui remet à plat le vocabulaire mal employé et annule les préjugés.

Nous pourrions en effet vivre notre vie tranquillement étant donné que nous ne sommes pas vraiment concernés par tout cela, mais non, car on s’est promis que puisqu’on a une bonne situation en devenir, on sera les plus à même à se batailler contre les idées reçues et amalgames diffusés afin de réhabiliter les réalités et arrêter de stigmatiser d’autres que nous même. C’est un peu comme la PMA. Certains qui en ont terminé avec la PMA continue de mener un combat pour sa reconnaissance. Pas tout le monde, et c’est bien normal. On peut aussi avoir envie de dire stop, cela est derrière nous.

Alors, parfois, à ceux qui ne veulent ni de mon frère, ni de mon mari, ni de mon enfant, j’ai envie de leur dire ironiquement « excusez moi d’être humaine, d’être française, de travailler, de payer mes impôts, de parfois même vous aider, de penser que vous êtes comme moi… et d’en être fière, svp, excusez moi de vivre ».

EDIT : [Partie 5]

Faut le faire, auj’, j’ai lu aussi ceci, sur le statut des enfants nés hors-mariage au sein de couples franco-étrangers. Un texte issu de cette blogueuse ci. “Un parent qui ne possède pas d’acte de naissance détenu par une autorité française ne peut apparaitre sur le livret de famille de son enfant“. Marde alors ?????

Mon livret de famille amputé

livret-de-familleMonsieur le Député,

J’ai été interpellée il y a quelques jours par un article rédigé sur le blog d’une femme belge en couple avec un compagnon français. Ils ont un enfant ensemble. Elle faisait le récit de son livret de famille dans lequel le nom de son conjoint apparaît à la page « père », mais le sien n’apparaît pas à la page « mère »…

J’avais vaguement entendu parler de cette bizarrerie mais n’y avais pas vraiment prêté attention à l’époque. Cette fois-ci, j’ai sauté au plafond !

Je sais que vous êtes un élu dynamique, proche de vos concitoyens et en tant que député des Français de l’étranger, même si dans notre circonscription le mariage des couples dits « mixtes » est malheureusement souvent un passage « forcé » pour faciliter les démarches administratives et la vie commune, il arrive aussi que des couples fassent le choix de ne pas se marier et de devenir des familles… sans se préoccuper du fait qu’ils soient de deux nationalités différentes !

Un parent étranger, s’il n’est pas marié avec son conjoint français, n’a donc en l’état actuel du droit français pas « droit de séjour » sur la page « père » ou « mère » du livret de SA famille… Je file vérifier sur une source indiscutable : www.vosdroits.service-public.fr. Le site confirme bien noir sur blanc…

Aujourd’hui, et alors que les débats sur la famille sont vifs en France, beaucoup de « familles » ont donc droit à un demi-livret de famille, un livret de famille qui ne leur reconnaît que la moitié de leur famille, un livret de famille qui ne reflète pas leur réalité familiale, un livret de famille qui est amputé d’un de leur membre…

C’est une image bien sûr, mais le seul fait d’être « étranger » peut-il justifier cela ?

Alors d’accord, il doit y avoir des difficultés légales pour certifier la véracité des déclarations et des preuves apportées par le conjoint/parent étranger, je peux en convenir.

Alors d’accord, cela ne change pas les droits, l’autorité parentale, les actes de naissance, le droit à la nationalité des enfants. Cela ne change pas non plus le nom de famille que les enfants peuvent porter, ni les prestations familiales auxquelles ils peuvent prétendre ou pas. En fait cela ne change rien. Absolument rien dans la vie quotidienne de la famille. Mais c’est blessant.

C’est blessant pour l’enfant.

C’est blessant pour le parent français qui ne peut faire une place « digne » à son partenaire dans le livret de famille de son pays.

C’est blessant pour le parent étranger qui n’apparaît pas sur le livret à la page « père » ou « mère », page condamnée à rester vide… Le parent étranger n’a le droit qu’à un report de son nom dans une « mention marginale », littéralement dans la marge d’un coin de feuille du livret donc…

livret de famille page pere-mereDeux petits exemples pratiques : Imaginez le jour où vous devez inscrire votre enfant à l’école et où vous présentez un livret de famille de mère ou père célibataire alors que vous êtes une famille « normale » (je pèse mes mots)… Imaginez le jour où en cours d’instruction civique on demande aux enfants d’étudier leur propre livret de famille et que vous deviez expliquer à votre enfant pourquoi la page « père » ou « mère » est vierge, vous qui vous battez pour la tolérance, le respect, l’acceptation des différences, qui militez contre les discriminations et le racisme…

J’aimerai comprendre pourquoi, si l’on peut reporter le nom du parent étranger en mention marginale, on ne peut pas le faire sur la page « père » ou « mère » ? Comment il est possible de pouvoir transmettre son nom de famille à son enfant et ne pas pouvoir apparaître comme son « parent » sur son livret de famille ? Comment on peut être redevable d’une pension en cas de séparation du couple et ne pas être reconnu dans le livret de famille ? J’aimerai savoir comment en 2014 en France, à l’heure où le mariage n’est plus un passage « obligé » pour constituer sa famille, on ne puisse pas trouver une procédure administrative qui permette de reconnaître l’extrait d’acte de naissance étranger du parent étranger sur le livret de famille français, sachant que le second parent et les enfants sont français, sachant que le nom du parent étranger apparaît bien sur l’acte de naissance français de son enfant ?

Si je me pose ces questions, ce n’est pas pour ouvrir des droits pour l’ « étranger », mais bien pour que les familles concernées soient « symboliquement » reconnues comme telles par la France.

Avez-vous déjà été sollicité sur cette question ? Avez-vous eu à débattre de ce sujet à l’Assemblée Nationale ?

Que peut-on faire pour faire évoluer la loi et les démarches administratives en la matière ?

Je vous remercie d’avance de l’attention que vous porterez à ma requête et reste à votre entière disposition.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Deux articles de blogueuses sur le sujet :

– celui qui m’a fait sauté au plafond récemment : Ma fille n’a pas de mère de « Happy countdown, une maman belge à Paris ».

– un autre trouvé sur internet au cours de mes recherches : Livret de famille avec parent né à l’étranger de « des mômes, des livres, des casseroles, et des vélos, la vie d’une traductrice mère de famille nombreuse »

Et promis : je vous tiendrai au courant si mon Député me répond !

Désolé pour ce looooooooooooong post… en 4 parties finalement (et dont l’essentiel est l’ensemble des textes relayés):

  • Partie 1 : Manif’ GPA/PMA/homo/rejet de l’autre/droits balayés… : mon voisin de palier est un crétin et en plus il est bla bla bla, je suis contre lui, basta.
  • Partie 2 : Rejet de l’autre et Droits balayés qui nous amènent à migrations/mariages mixtes… : quelques définitions et réhabilitations.
  • Partie 3 : Migrations et mariages mixtes qui nous amènent à Mig’/Mar’Mixtes/lois/politique… : que disent et souhaitent les politiques ? les textes de lois ?
  • Partie 4 : Mig’ et Mariage qui nous amène à migrations/mariages mixtes/regard de l’entourage (qui sont amis, votants, collègues, famille, etc…) : comment l’entourage te fait changer de case ou pas ? porte un regard différent sur toi alors que tu es toujours toi ? et comment les médias biaisent les réalités ?
  • Partie 5 : Et les enfants dans toussa ? notamment ceux nés d’une union « mixte » mais hors mariage.

Si vous avez tout lu, chapeau, j’ai peine à me relire moi-même :-).

Des bises.

Publicités

23 Réponses to “Les petits coups de gueule – acte 2 : Le Mariage [+ Edit sur les enfants nés hors mariage des couples mixtes]”

  1. petiteyaye 7 octobre 2014 à 11:38 #

    j’ai pas tout lu !!!! mais je suis d’accord avec toi sur tout !!! 😉

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 11:51 #

      Lol, impossible de tout lire ! Merci !!!!
      Les essentiels c’était les articles repris sur le mariage franco-etranger, l’enfant issu d’une union non maritale ;-), et la definition du migrant.
      Des bises

  2. Little koala 7 octobre 2014 à 11:50 #

    Waouh !!!! Je ploussoie doublement . J’ai lu tout ton article . Dis donc tu es en forme aujourd’hui. Je te rejoins et je trouve aberrant amalgame fait entre émigrants , étrangers, mariages dit  » frauduleux « …
    Nous avons aussi perdu beaucoup d’amis , ma famille « no comment », et le mariage un long sujet . J’avoue que cette réalité fait un peu peur . J’attends mon homme me dire que ses collègues de formation ont osées demander si mon homme m’a cherché à l’étranger . Si je suis française car être de couleur signifie étranger. Il se justifie en disant ma femme est de nationalité française point . Nous sommes tous enfants immigrés . Je suis d’origine Mahoraise_Malgache _Comorienne. Née au Nord une Ch’tis . Qui a vécu 4ans en Belgique . Finalement , je me dis toujours que notre place au sein de la France est difficile .
    Je me rends compte que l’ignorance des personnes sont flagrantes.
    La façon de nous regardé en tant que couple mixtes. Perso je m’enfiche. Les ont dits sur les gens de couleurs . J’en rie car certaine sont pas fausse mais dans un sens fait notre richesse. Notre coté un peu sauvage . Je l’avoue je le suis parfois ;).
    Non mes sérieux allo quoi !
    Bises ma Bounty ❤
    Je suis ravi de ton article 🙂

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 11:55 #

      Sûre que ça te plairait ! Moi on ose lui demander comment il a fait pour m’avoir (apparemment on m’achète ?), papiers (mais c’est une obsession lol ! pas besoin en plus !), etc, etc… Ceux là, et ceux avec le « oui mais toi c’est pas pareil », cio, au revoir, bonsoir. Par contre on touche pas à mon droit de vivre librement ici et à nos enfants, alors là non. Des bisous !

    • Little koala 7 octobre 2014 à 12:01 #

      Je te comprends ,je suis sur cette même philosophie. C’est fou que les gens ose demander ca ! Je dis juste que l’amour n’a pas de frontière. Il doit avoir une chanson de Tiken jah Fakouly.
      Bisous

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 12:34 #

      Idem 🙂

  3. ptbichon 7 octobre 2014 à 11:58 #

    J’ai tout lu! Effectivement tu avais des choses à dire ce matin. Je comprends ton envie de coup de gueule, enfin je pense que je suis loin d’imaginer ce que ça fait, ça ne doit pas faire le même effet vu de l’extérieur et que vécu de l’intérieur.
    Les « bien-pensant » ayant un avis sur tout sont des poisons. Ma mère a eu 4 filles (et oui une hyper fertile comme mes sœurs…) , elle a toujours prit soin de notre éducation et on a toujours su se « tenir » en public et pourtant elle a plusieurs fois été arrêté dans la rue et entendu « vous savez la pilule ça existe » WTF!!! Bref des gens qui se permette de juger et d’émettre ces jugements sans réfléchir ça me hérisse le poil…
    Je découvre par ton texte ces propositions du programme 2012, je me rends compte que excédée j’avais lu certaines choses en diagonal. Je serai plus attentive en 2017, merci pour cette prise de conscience.
    Bisous.

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 12:33 #

      J’avais posé ma matinée pour le reposer… ben ça donne ça lol. Un genre de 2h pour disserter. Conclusion, je suis pas reposée, mais ma tête ne bouillonne plus ! C’est bien ça !
      Mince alors, ça existe ce genre de remarque ? Je savais pas, mais c’est fou. Merci de me tenir informée !
      Comme je dis souvent, tant que ces des paroles, même racistes, je m’en fous. Mais par contre quand ça devient de la discrimination, légale en plus, alors là je m’en fous plus du tout car ça impacte réellement dans ma vie (alors que le mot, une fois ta route passée, c’est fini). Grosso modo c’est comme si entre le discours (pitoyable, on est d’accord) reçu par ta mère, et l’acte légal de lui imposer une stérilisation, il y a avait à choisir. Ben je choisi de me faire insulter, mais pas de devenir une sous-citoyenne, une sous-personne, etc. Je refuse qu’on touche réellement, légalement, à ma personne si c’est pour m’enlever une partie de moi qui a le droit d’exister pour d’autres. (Et voila comment on retombe sur la similarité avec la PMA).
      Si ça peut servir pour 2017, yes ! C’était franchement impossible de savoir sans être touché de près ou de loin, concerné(e). Bref, et rebelotte, on retombe sur le même truc que la PMA/GPA.
      Enfin bon… Etre attentif et écouter ce qui sont concernés reste mon leit-motiv’. Merci de m’avoir ouvert les yeux sur le regard et les dires portés à des familles nombreuses et de filles.
      Des bisous

  4. julys974 7 octobre 2014 à 13:37 #

    J’avoue que j’ai eu les yeux fatiguée à la lecture du point final. Mais j’ai moi aussi tout lu !! Que dire? Je crois que le problème, c’est qu’on n’agit que quand on se sent concerné… Nous-mêmes ne dérogeons sans doute pas à cette règle. C’est sans doute ce qui explique que tellement de personnes semblent s’en cogner de tous ces débats de société. Evidemment, beaucoup se sentent concernés notamment par l’euthanasie, parce que c’est un sujet qui touche tout le monde: le droit de mourir dans la dignité. Mais le droit de naître ou de vivre dans la dignité, on s’en tamponne n’est-ce pas?
    Que dire de nos politiques? Je te trouve bien courageuse d’avoir tout lu et d’être allée à des meetings: j’aurais eu la nausée…
    J’ai longtemps été une grande idéaliste. Voter était pour moi sinon un droit, surtout un devoir et une obligation !! Par respect pour ces minorités qui ne peuvent pas voter ou pour toutes ces femmes qui se sont longtemps battues en leur temps. Aujourd’hui, j’ai un peu changé de discours.
    Je ne crois plus en rien ni personne et comme toi, je suis très pessimiste sur la suite de l’histoire de France…
    Notre passé n’a pas toujours été glorieux et il y a fort à parier pour que notre avenir ne le soit pas davantage… J’en frémis d’avance…
    Et j’avoue, sur mon caillou, je me sens égoïstement bien protégée… Je me suis toujours constituée avocate de la veuve et de l’orphelin. Protéger les minorités, c’est une de mes obligations morales. Mais parfois je suis usée et fatiguée…
    Il y a tellement à faire !!! Et tant de minorités… Ne sommes-nous pas tous minoritaires finalement? Et si on ne faisait plus de clivage entre minorités et majorité, mais qu’on raisonnait en tant qu’unité !! Qu’est-ce que ça changerait? Tout !! Absolument TOUT !!
    Sauf que les politiques des dernières décennies ont creusé notre tombe, en divisant le peuple pour mieux régner.
    Aujourd’hui, c’est chacun sa marde… Parce que tout le monde se débat pour (sur)vivre. On court tous après notre propre bonheur, au lieu de se mettre en quête du bonheur collectif…
    Et la conséquence, c’est qu’on ne s’est jamais senti aussi seuls et isolés !! Quel triste constat…
    Je crois de plus en plus qu’il faut accepter l’idée d’aller dans le mur… On y va de manière irrévocable de toute façon, alors allons y gaiment !!
    Peut-être que c’est encore la seule solution pour faire tabula rasa du passé et tout recommencer?
    Il fut un temps où le peuple français savait se révolter contre l’ingérence, la soumission et l’injustice.
    2 révolutions, dont une qui a coûté la vie à un de nos rois !! On est encore l’un des seuls peuple à avoir trucidé son monarque !! A l’étranger, cet épisode de notre histoire fait frémir…
    Et pourtant, aujourd’hui, on est devenu un peuple résigné, qui se démène pour continuer d’avancer…
    Je crois que les médias ne sont pas étrangers à cet état de fait. Ils lobotomisent complètement la ménagère de moins de 50 ans et ses compatriotes, en nous assommant d’images de plus en plus négatives et réductrices.
    En ce moment, ils ne parlent que des anti PMA/GPA et de ces jeunes qui fuient la France pour aller faire le Djihad. La conséquence c’est que ça donne des idées à tous les gamins un peu paumés qui ne se sentent ni d’ici ni d’ailleurs et qui donc vont dans un lieu où on les accueillera à bras ouvert pour les utiliser comme de vulgaires pantins au nom de ses ambitions personnels de conquête du monde…
    C’est effrayant !!
    Marine Le Pen est complètement légitimée et les 2 clowns de gauche et de droite qui ont été présidents sont de moins en moins crédibles, l’un étant si peu charismatique et l’autre tellement escroc…
    Bref, il y a du boulot !!! Je crois qu’il faut réussir à voir aussi les belles choses de ce monde, sans quoi on va tous péter les plombs…

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 13:42 #

      Merci pour ton com’ ! Je partage tout ! tout ! tout !
      Des bisous
      (yes, j’ai fait court !)

    • julys974 7 octobre 2014 à 13:48 #

      Ah ben nan !!! Je suis méga frustrée là !! Je m’attendais à une réponse en 4 parties… 😉

  5. babunda 7 octobre 2014 à 13:54 #

    J’ai tout lu 😉 Et je te remercie vraiment de m’éclairer sur ces sujets! J’avoue que même si je ne suis pas dans votre situation (« mariage mixte » moi non plus je n’aime pas cette expression!) je me pose beaucoup de questions sur les droits et les devoirs de ceux qui m’entourent. Malgré ce long post, tu ne m’as pas perdu, et j’ai appris beaucoup (j’ai même été choquée par certains passages), tu as les idées claires et tu retranscris à merveille 😉

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 18:42 #

      Courageuse ! Je rougis face à ta dernière phrase, mince alors, on va dire que ce sont les tripes et les vécus qui parlent 🙂
      A t’intéresser aux droits et devoirs des personnes qui nous entourent, tu dois en connaitre des choses ! C’est chouette !
      Des bisous

  6. miliette 7 octobre 2014 à 15:28 #

    Non mais le coup du livret de famille là déjà je suis scandalisée…

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 15:35 #

      Si là déjà t’es scandalisée, ben t’as pas fini…
      Ah bah alors sur le coup des conditions des mariages mixtes qu’ils voulaient durcir (revenus, taille logement), tu t’es évanouie alors ? Lol
      Des bises

    • miliette 7 octobre 2014 à 15:38 #

      En vrai j’ai pas tout lu. J’y vais par petits bouts. Je me préserve tu vois !

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 15:47 #

      Non mais moi même je me suis pas relue lol 😉
      Lol se préserver, jsuis un peu kamikaze de mon côté, c’est pas malin malin, je sais…
      Juste un conseil, lis juste ce que je n’ai pas écrit, sois ce qui est en gris (pres’ 2012/mariage mixte, mariage mixte/entourage, enfants/couple franco étranger non marié), y’en a qui ont l’esprit de synthèse ! (pas moi…)
      Des bises

  7. ILGC 7 octobre 2014 à 17:40 #

    Pfiou ! Je me le garde de côté pour mes prochains jours d’arrêt :-).

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 18:15 #

      Lol, tu fais bien ! (l’essentiel est en gris, les articles relayés :-)). Des bisous

  8. larmesameres 7 octobre 2014 à 18:11 #

    Je ne comprends pas pourquoi pour tant de gens il « faut » préciser la couleur, la nationalité etc d’un amour… je crois que je vis dans un monde qui n’existe pas.

    • Bounty Caramel 7 octobre 2014 à 18:17 #

      Bonne question, toi aussi t’as ton adresse chez le Monde de Maya ? Il existe ce monde, si si, c’est possible ! Des bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :