Les pieds dans le plat (ou aller au casse-pipes)

6 Oct

(Lol, sont marrantes ces expressions quand même).

J’avais encore rien écrit sur l’épisode soufflé de ce week-end. Fallait que ça cogite… Et puis, je souhaite ouvrir un peu le machin-chose.

En effet, comme souvent, je trouve, par expérience personnelle, que les histoires de rejet ont toujours les mêmes fondements. Le préjugé. Le souhait de rester stoïque face aux changements. L’incapacité à accepter l’autre tel qu’il est. Une vieille rengaine en somme qui s’adapte à autant de sujets qu’il existe de sujets. Rien de bien neuf quoi. Tellement peu original.

Je pourrai décrire cela en ces mots-ci aussi, ce serait un peu la définition du préjugé : moi je sais plus que toi qui le vit, moi je sais mais je n’en ai jamais fait l’expérience, ni ne me suis même penché sur l’existant, et puis de toute façon je n’ai rien investigué, et quand bien même, je ne suis pas toi, donc ça ne me concerne pas, et puis bah t’en qu’à faire je ne veux pas de toi dans mon champ de vision à moi parce qu’il parait que tu es comme ci, comme ça, pas comme moi.

Alors pour ne pas faire redite, et pour élargir, je vous ai choisi un jeu de mot… et notre ancienne devise (bonne question d’ailleurs : est-elle ancienne ?) .

Un soufflé. Oui oui. Un truc qui monte vite fait en mayonnaise, et se ratatine vite fait ensuite. Bref, une manif qui, aux dires des sondages, ne recueille pas une majorité. Pas très très emmerdant du coup… sauf… sauf si : elle donne des mauvaises idées, amalgames les dires, amplifie les préjugés, ment/joue sur les lois et les techniques utilisées contre laquelle elle lutte, donne des à-propos et des à-priori, créé des idées reçues, a pour but d’exclure ce qui n’est pas cmoi et de le faire valoir coute que coute que coute que coute, fait bloquer des droits…. Ah la la la… j’y tiens aux droits de liberté pour vivre.

Un soufflet. Oui oui. Une claque. Une gifle. Une baffe. Mais mais pourquoi ça recommence cette idée de ne voir en l’autre que la différence ? et en quoi c’est emmerdant la différence ? et en quoi c’est forcément moins bien que soi ? et puis… et puis rejeter sur des bases communes, à savoir que le fondement même est le même des deux côtés : vivre heureux, donner de l’amour à des enfants, du mieux possible, le plus affectueusement possible. Comprends pas.

Un sous-flem’. Oui oui. Flemmardise… Innovation nulle niveau discours et pancartes. Utilisation des enfants pour rendre l’image jolie. Communication rose et bleu. Du déjà vu. Manque de fraicheur tout ça.

Un sous-fait. Oui oui. Déjà fait. Fait et refait? Mais c’est quand qu’on avance ? On trépigne, on patauge là !!! Débattons ensemble au moins !

Un sous-fifre. Oui oui. Sous-fifres de l’ordre établi. Des manifestants, sans doute pas méchants et avec plein de bonté sur pleins de points, j’en doute même pas un instant, mais avec qui je diverge clairement sur la notion de l’ordre établi, notamment de la pensée unique de la famille. Clairement je suis pour la vie en général, les vies donc. La différence existant depuis la nuit des temps, je ne vois pas pourquoi une façon de vivre devrait être LA bonne, et cela même si elle était majoritaire. Un peu de souplesse svp. Un peu d’acceptation. Un peu de tolérance. Enfin, bon, ça me semble logique. C’est d’ailleurs pour cette raison, celle que les vies qu’elle qu’elle soit sont précieuses, que je me reconnais dans les fois non religieuses et religieuses (et non dans les discours dogmatiques qui parfois sont anachroniques, pesants, etc….) (et j’ai mis « les » volontairement).

Un suffixe. Oui oui. Lourd… -ement. Lourdement. Ça devient lourdement gavant de voir défiler à chaque saison des personnes qui sont contre l’existence posée, la vie simple et sans problème de certaines personnes qui vivent dans le même pays qu’elle même et qui ne sont aucunement délinquantes, criminelles, ou que sais-je encore. Finalement, je me demande si les défilés saisonniers ne sont pas justes simplistes et toujours branchés sur les mêmes ondes : Travail, Famille, Patrie. 

C’est un peu cru de mettre les pieds dans le plat ainsi… mais je trouve l’analogisme avec notre ancienne devise (d’un temps révolu ? en mouvement ? passé ? en transition ?…) pas si mauvaise à vrai dire :

Travail : mon travail à moi est intouchable (et tant pis si les autres travailleurs sont bloqués dans leur propre business… les autres qui n’ont pas le même boulot que moi z’avait qu’à ci, z’avait qu’à ça…). Mais quelle lutte pour tous, quelle inclusion sociale, quelle intégration non intégrante, applauze !

Famille : ma famille à moi devrait être un exemple universel (les autres qui n’éduquent pas comme moi, ne font pas leurs enfants comme moi, ils z’avait qu’à ci, z’avait qu’à ça…). Mais quelle lutte pour tous, quelle inclusion sociale, quelle intégration non intégrante, applauze !

Patrie : ma patrie à moi devrait être comme moi (les autres qui me ressemblent pas z’avait qu’à ci, z’avait qu’à ça…). Mais quelle lutte pour tous, quelle inclusion sociale, quelle intégration non intégrante, applauze !

Bref, on en sort quand ?

C’est quand que le Monde sera uni ?

Tsss… Me dit pas que je suis utopique, c’est ce père là qui l’a dit : « Je voudrais que tu gardes, ma grande fille, confiance en l’humanité » ! Oui oui oui !!!

A force de dire « Les autres, les autres, c’est pas moi c’est les autres… «  on se convainc que c’est l’autre qui nous empêche de vivre… Et pourtant… Sa vie n’impacte en rien sur la mienne : la crise de mon entreprise qui donnera mon chômage, mon ado qui fera sa crise et me détestera, ma nation dont les fondements avancent parce que le monde avancent depuis quelques siècles déjà, ce n’est pas l’autre qui en est responsable, et donc bouc-émissaire. Trop fastoche de charger ainsi un autre que soit. Quel manque de réalisme !

Alors pourquoi ? Qu’elle est cette peur irrationnelle, parfois fantasque, de l’autre ? Ca ma fait un peu penser au refrain de cette chanson ci, dont j’aime beaucoup l’auteur.

Et puis tout cela, tout ce rejet en « moi à ta place je ferai pas ci, pas ça », cette incapacité à se mettre à la place de, à imaginer que l’autre c’est moi, à ressentir le fait que j’aurai pu vivre la réalité de cet autre que moi, ben sincèrement, ça me fait aussi penser à ces mots-ci, de cet auteur trop trop fort que je surkiffe.

Publicités

13 Réponses to “Les pieds dans le plat (ou aller au casse-pipes)”

  1. julys974 6 octobre 2014 à 11:32 #

    J’adore Abd Al Malik et je surkiffe cette chanson de Brel !! Quant à JJG et cette chanson, ils ont bercé mon enfance… Que de nostalgie… Bien choisie, vraiment… L’autre, c’est moi: tu as tout dit !! C’est précisément ce manque d’empathie qui me fait mal aujourd’hui… Mais on ne doit pas laisser penser que c’est la majorité. Oui, c’est dangereux parce qu’en attendant, les médias leur font la part belle. Mais ça soulève malgré tout un débat puisque les médias diffusent aussi des reportages sur les familles homoparentales… Le chemin est encore long, mais un jour sûrement, on avancera…
    Ce matin, j’ai été gagné par la haine devant mon écran. Je leur ai souhaité à tous ces ignorants de vivre un jour l’infertilité !! Eux, ou leurs enfants… Mais j’ai compris que leur intolérance ne devait pas laisser place à la haine… Ca ne règle rien pas vrai? Bisous et vraiment, applauze à toi de te battre avec tant de vigueur contre toutes ces injustices, bien trop nombreuses…

    • Bounty Caramel 6 octobre 2014 à 15:58 #

      Tout pareil !!! Le Ces gens là de Brel <3, Abd Al Malik ❤ (et en plus bô gosse, enfin moi je kiffe ! chut…) (ps : il sort le film de son bouquin en décembre!)), JJG méga ❤ (l'avantage avec mon homme c'est que JJG n'a pas traversé totalement les frontières, et du coup, je lui en fait et refait écouté, et donc moi avec, ca c'est cool !).
      Mais oui on avancera ma Ju', car si on avance pas on stagne ou on recule (et généralement ça finit mal).
      Pas regardé les écrans ce matin, ouf semble-t-il… Et comme tu dis, ça ne règle rien, même si je suis bel et bien la première à réagir de la sorte, je l'avoue. Quand c'est trop, c'est trop parfois…
      Des bisous, pleins de bisous
      (PS : j'ai pas de mérite lol, j'ai pas fait exprès d'être confronté au handicap, au racisme, à un autre truc, et à la pma dans ma vie perso, sans tout cela, j'aurai très bien pu être une gens-foutistes qui n'accorde des droits qu'à ses semblables parce que bla bla bli bla bla bla).
      Re kiss ❤

  2. Zapette 6 octobre 2014 à 13:06 #

    En voilà de jolies expressions remises au gout du jour! Bien dit.

    • Bounty Caramel 6 octobre 2014 à 15:58 #

      C’est vrai ! J’ai réussi à les sortir ! Je dis merci non ?
      Des bisous

  3. madamepimpin 6 octobre 2014 à 13:11 #

    Bounty présidente. Comme tu les tournes en ridicule ces pantins mal cortiqués : j’adore. Et j’adore ce Les Autres.

    • Bounty Caramel 6 octobre 2014 à 15:59 #

      Lol, t’as le même humour un chouillat parle à ma main toi aussi, et vlan dans ta face, sans blague 😉
      Des bisous et des doubles bisous aux jujus

  4. lamisskangourou 6 octobre 2014 à 13:29 #

    Ben si je suis Miss Univers, tu n’es pas mal non plus Miss l’idéaliste 🙂
    J’ai adoré cette chanson, que je ne connaissais pas, merci de ton partage.
    Et merci pour tes mots, si soigneusement choisis et si justes.
    Des bisous

    • Bounty Caramel 6 octobre 2014 à 16:02 #

      Lol 😉
      J’adore ses chansons en général (particulièrement Ma Jolie : tu danses, car c’est dansant. t’écoutes, et bim tu te prends une claque face aux paroles)., j’aime beaucoup son attitude posée et sa personne aussi. Bref.
      J’ai fait ça à l’arrach’, si ça plait je suis ravie !
      Des bisous
      Et ps : qu’est ce que j’adore ton post du jour

  5. ILGC 6 octobre 2014 à 19:47 #

    On reconnaît bien là le style Bounty !
    Tout est bien dit.

    • Bounty Caramel 6 octobre 2014 à 19:51 #

      Flatteuse va 🙂
      (J’ai du rouge aux joues, et c’est pas le maquillage, ça chauffe, merci <3)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pour informer, la carte (ou "les yeux en face des trous") | Ti'punch contre Ti'bout ! - 6 octobre 2014

    […] faire suite au post du jour "les pieds dans le plat", voici "les yeux en face des trous"… voici la carte quoi […]

  2. Les petits coups de gueule – acte 2 : Le Mariage | Ti'punch contre Ti'bout ! - 7 octobre 2014

    […] "les pieds dans le plat" , j’ai poussé à mon tour mon coup de gueule sur la manif’ GPA/PMA/homosexualité du […]

  3. Les petits coups de gueule – acte 2 : Le Mariage [+ Edit sur les enfants nés hors mariage des couples mixtes] | Ti'punch contre Ti'bout ! - 7 octobre 2014

    […] "les pieds dans le plat" , j’ai poussé à mon tour mon coup de gueule sur la manif’ GPA/PMA/homosexualité du […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :