Un week-end en Autodérision

21 Mai

Promis, demain ou après-demain, je te parlerai de PMA. En attendant, je fais diversion, je parle d’autres choses, et pis voila. Donc avant de parler PMA, petit retour en arrière sur le week-end précédent. Du coup, je vais te parler de mes coups de coeur et découvertes littéraires désopilantes du week-end, ainsi que de mes autres amusements ordinaires (donc DNLP si tu m’entends, je suis une personne ordinaire, aux journées ordinaires, aux soirées ordinaires, et qui aimerait bien avoir une famille ordinaire bordal ! Je t’avais demandé ordinaire et non pas extraordinaire comme méthode de conception, oyé, y’a quelqu’un là dedans ?!?!!!!)

Ce week-end (enfin, non, t’as pas rêvé, je te rassure, on est bien au milieu de la semaine), j’étais dans le Sud (enfin, pour moi, c’est le Suuud!), et il faisait plus froid que dans le Nord (et gna !). Si si, c’est vrai. Bon, y’avait du vent on va dire, et ce vent, il était pas chaud. Donc il faisait froid. Je disais donc, ce week-end, j’ai rejoins AmouràMoi pour son last day à Montagne City ! oui oui oui !!! Ce ne sera désormais plus que 220 km entre lui et moi !!! Clap clap clap !!!

Pour m’amener là bas, vendredi dernier, je me suis donc levée tôt pour choper un train (ou plutôt la place number 2 qu’une demoiselle avait mis en vente sur le machin à bons plans que vous connaissez tou(te)s). J’ai papoté durant les 3h30 de trajet, non stop, avec cette jolie jeune femme, à peu près du même âge, qui avait un joli piercing (je suis jalouse des piercings depuis), originaire de FenottesCity, et qui kiffe FriteVille désormais (et voila, suffit d’y aller, et vous y reviendrez!). On a parlé de tout et de rien, sauf des « bébés qui fleurissent chez leurs amis »(la seule et unique phrase, le pied!). J’ai trouvé l’expression si jolie, que je te la partage et je te souhaite pleins de bouquets de fleurs bien fleuris. Le temps du trajet est ainsi vite vite passé, on s’est dit bye bye et pis voila. J’ai ensuite filé dans mon second train tout en envoyant des pensées à une FenotteBlogueuse et son mini baby, et suis arrivée sur l’heure du midi à MontagneCity.

En attendant Chérid’A, j’ai croisé un de ses potes qui avait séché. Je le tacle un peu « c’est pas beau de sécher », et il m’explique la raison de son absence à la dernière journée. Aie aie aie… bordal de pref’ et de Dir*cte… son stage est en train de foirer pour une histoire administrative, alors que la big entreprise (qui produit d’ailleurs Clomard) le veut et veut le garder. Joie de la paperasse et du découragement encouragé, ça risque d’être bien bien compliqué, pour ne pas dire foutu, et pourtant il avait déjà commencé à bosser (et en plus j’aurai pu le briefer MisterPharmacien sur le Clomard, arf, enfin…). Le problème ne se pose pas maintenant, mais à partir du mois d’août, sauf que les démarches se font maintenant, et que ça coince (si tu savais pourquoi, tu te dirais hein quoi ?!?!!! et je te répondrais ben si…), alors que jusqu’ici c’est tout tout réglo. En une phrase, la paperasse n’aime pas les cas particulier. Je lui file du coup une de mes contacts sur le sujet, là on touche au juridique, il va falloir s’armer. Enfin voila, les cas particuliers sont les individus eux-mêmes (des gens, des humains, des semblables en résumé), à force de vouloir faire rentrer tout le monde dans une case, ça coince. J’espère de tout mon cœur que « demain » il en rira, plutôt qu’en pleurera.

Chérid’A est ensuite arrivé, son pote  m’avait dit que je pouvais lui dire, et uniquement à ma moitié (soit pas aux autres collègues, bonjour l’ambiance), car il n’a confiance qu’en lui (et donc moi) sur ce sujet. Punaise, je suis flattée. Disons qu’on s’est bien bien entrainé, et qu’on est en fin de parcours d’entrainement tout beau, tout lisse, tout propre, avant d’être tranquille pendant 10 ans (si rien ne change d’ici 10 ans) (verdict à l’automne, oui, oui, c’est looong). On a changé de sujet, on est parti manger, puis moi je suis partie me balader.

L’après-midi a été cool !!!!!!! Soleil, soleil, vent, soleil !!! Ballade, shopping fringues (il manque toujours un truc, non ?), shopping bouquins ! Que du bon !!

Squattage à la Fn*c pour la zic’ et les bd, mais aussi lecture des 4ème de couv’ de tous les derniers bouquins sortis au rayon « littérature africa*ne » et qu’on pourra mettre sur ce blog ci.  Je zieute, lis et lis. Bon, allez, je me bouge car l’envie de tous les acheter me démange, alors je file à l’autre librairie, une plus petite, où je préfère dépenser (mais pas sans compter). Direction donc la petite librairie que j’adore ! Et là, oh surprise ! Y’a la Madame en rouge, zou, why not, dédicace et picture avec Miss Rouman*f (c’est la première fois que je fais ça, j’envoie la photo à Chérid’A en cours, oui, c’est pas cool, lui bosse et moi je me marre… et j’étais même pas au courant de la polémique découverte en écrivant ce post, bref pas compris, enfin si, buzz tweeté trop rapide, sans recul et stupide, bref, je partage ce point de vue ). Casedédi sous le bras, je pars ensuite à la recherche des bouquins que je veux acheter, celui passer à la téloch’ et celui lu dans mon cosmo (allié de mes longs trajets !).  Je choppe Cong* Inc (j’avais adoré Mathémat*ques Congola*ses que j’avais lu à l’époque alors que je résidais dans ce pays, alors go !), et son interview la semaine passée à La grande libra*rie m’a convaincue en mode « il faut le lire » (même si je vois bien dans quel style cash et sarcastique ce sera écrit).

Je passe ensuite au rayon humour pour aller chercher le petit bouquin vu dans mon mag’ de nana (enfin, y’a peut-être des gars qui lisent, si non, franchement, un conseil, lisez les mags qui trainent, peut-être que vous nous comprendrez mieux parfois, surtout si on a corné la page et qu’on a laissé le mag’ trainer dans les toilettes, chercher pas, c’est volontaire, c’est pour que vous lisiez). Je chope dans le rayon l’autodérision dans toute sa splendeur « Comment savo*r si vous êtes noir? » relayé dans de nombreux médias dont celui-ci, celui-ci, et celui-ci. Tiens, y’a même un Facebo*k.

csn

En résumé, elles disent l’essentiel dans cette vidéo. Top chrono, ce sont 7 min d’interview sur France *nfo sur leur idée fantastique : un livre décapant en mode humour auto-dérisoire et situations quotidiennes.

Je fini mes emplettes. Ai sous le bras mes 3 bouquins, dont le cacedédi à l’homme. Passage en caisse, allégement de la CB, et retour à patte pour aller cherche ma moitié. On part ensuite se balader, on papote, il ouvre le petit cadeau! Trop content ! Deux bouquins qui font déconnecter ! On lit la cacedédi (je n’avais pas lu avant, moi aussi je veux goûter à la surprise), on feuillette vite fait, puis on passe au petit bouquin jaune, on ouvre, on lit et on ne le lâche pas pendant 1 heure, plier en deux, morts de rire…

Morts de rire !!!!!!! (on devait avoir l’air bête se marrer de la sorte, larmes aux yeux à l’appui, juste en lisant un bouquin sur un banc). Convaincus et pliés en deux, tant les situations nous parlent à tous les deux : lui, son enfance et sa famille, moi, adulte et mes familles qui m’ont accueillies durant des mois (soit 2 ans en cumulé), mais aussi nous et sa/notre famille, spéciale casedédi à ma belle-mère pitch vanille-caramel-chocolat-piment. Ah la la, autodérision à fond, on avait les joues qui chauffaient, les larmes qui coulaient, les zygomatiques figés et qui tressautaient tant les situations racontées sont « trop ça », énormes, cocasses, géantes, et réelles. En summum, pas de bébés dans le bouquin ! La cerise sur le gâteau !

Plus qu’un livre humoristique de lutte contre les préjugés et le racisme ordinaire (aka inconscient) (ça fait partie du bouquin, mais pas que, vraiment pas que, et grandement tant mieux, et c’est loin d’être l’essence du bouquin je trouve), c’est un petit livre qui relate les anecdotes et situations diverses et variées de l’enfance, la famille, les voyages au pays, le travail, l’école, la télé, la cuisine, les potes, les soirées, la beaugossité… en mode réaliste et second degré, et avec l’image de déjà vu qui tourne en fond dans la tête (on se repasse les scènes vécues quoi). Trop bon !

Et puis, finalement, ce bouquin, c’est vraiment un recueil de moments mémorables avec ses souvenirs, mes souvenirs et nos souvenirs. Du congel’ à acheter en urgence car Mâmi (surnom pour la mère par chez lui, à ne pas confondre dans la prononciation avec Mamie, d’ailleurs mon neveu de 6 ans m’avait bien fait la leçon sur ce coup là, moi et ma mauvaise prononciation, il en avait marre que je surnomme « grand-mère » sa mère) est arrivée avec 40 kg de bouffe du pays (en vrai, on a dû aller acheter un grand congelo en urgence), des bagages en excédent puissance 2 à l’aéroport pour le retour au pays (en vrai, on a toujours une valise vide en plus pour le au cas-où la compagnie ne veut pas négocier), en passant par les « tchiiippp » et autres onomatopées que je maitrise désormais (si si ! y’a même mon homme qui se fout de ma poire pas plus loin que cet aprem’ au tel). Mais aussi les questions cons, les préjugés ordinaires, les racismes inconscients (ci-après, quelques uns de nos vécus) « c’est pas comme Armel, toi t’as pas l’accent » (ben en fait si sauf que l’accent y’en a pas un, mais des… et le mien il est pas fort selon tes références, c’est comme l’accent du Sud, l’accent de Paris, l’accent du Nord, alors imagine à l’échelle d’un continent le nombre d’accents !), « ton prénom c’est pas David (inventé, mais idem), c’est pas possible, tu viens d’Afrique, c’est pas Mamadou plutôt et du coup t’ose pas me le dire » (euh ?!!!?!) « t’avais des chaussures petit? » (quadruple euhh ??!!?!! et là t’as juste envie de boycotter toutes les télés qui montrent soit le cliché, soit le cliché), « t’as eu le bac ? » (au cas où tu l’aurai pas remarqué on est tous deux sur les bancs de la fac, devine…). Et enfin, et surtout, les délires et situations du quotidien : les kilos de crème pour la peau si fragile au froid et au vent (soit les ¾ de l’année ici) (et donc l’incompréhension marketing des Niv*a&co), quand pour moi les kilos de crème sont réservés à la chaleur et au sec (soit ¼ de l’année), les bakchich à la douane (alors que moi je passe tranquille), les humoristes qui nous font marrer (Patson, Claudia & Co), les expressions, et je t’en passe… que du vécu ! Que du bon !

On a tellement aimé, j’ai tellement aimé que je voulais le faire partager (même si je suis bien consciente que comme souvent il y a des situations qu’il faut vivre pour en comprendre l’essence et le drôlissime (ou pas), tiens tiens, tout comme la PMA). D’ailleurs, samedi, en remontant sur FriteVille, je l’ai refilé à la covoitureuse. On papotait de Fanny, Admiral, Kim, E sy Kennenga… (mon homme étant largué, pffff, même combat que pour la Kizomba). Puis on a parlé Canada (elle en revenait et j’y avais travaillé un peu), études, boulot. Puis on en est venu aux situations vécues et cocasses avec le recul (mais pas toujours sur le coup). Alors, je lui ai passé le bouquin, et elle était morte de rire. La miss venait de Gwada, et  même combat (la plupart des anecdotes lui parlait), elle était morte de rire. Je le file demain à un collègue qui me le réclame et qui sera plié à coup sûr. Et puis et puis, voila, j’en parle ici aussi, parce que bon, y’a rien de relou, rien de méchant, juste des énormes fous rires devant les situations si drôles, bêtes ou so classique de cette vie entre deux (ou plus encore) pays, voire même « au pays ». Et puis surtout, comme le dit la 4ème de couv’, l’objectif de ce livre : décrisper les zygomatiques tout en nous faisant réfléchir. Et si, finalement, nous n’étions pas si différents les uns des autres ?

Je souhaite donc un grand succès à ce petit bouquin plein d’humour et d’autodérision. Décrisper les mâchoires n’amène que du bon !

(Je précise quand même que c’est pas sponsorisé, on va finir par le croire tant j’ai aimé).

Et pour clore, voici donc quelques extraits :

Chapitre télévision
–  »T’es énervé(e) parce que le Noir sort toujours avec la Noire dans le film américain (comme s’ils ne pouvaient pas se mélanger). »
–  »Quand ta mère t’as sorti ça, t’as compris que c’était plus la peine de regarder des films avec elle : “L’acteur là il est très fort, il ne meurt jamais.” »
–  »4 novembre 2008, date inoubliable, Barack Obama est élu président. Le jour J : vous vous êtes tous appelés à 5 h du matin ! Le jour suivant : tes potes blancs t’envoyaient texto sur texto “Bravo, t’es contente ?!” »

Harry

Chapitre école
–  »Le best of de ton prof c’est quand, au lendemain de la diffusion de Fatou la Malienne, il te demande devant toute la classe : “Ça se passe comme ça chez toi aussi ? Explique-nous… »

cours géo

Chapitre bled
– ‘‘L’aéroport en France : tu crains les excédents de bagages alors que d’autres ne savent même ce que c’est ! »
–  »Les remarques aberrantes à ton retour : “oh te revoilà, je me suis demandé si on allait pas te marier de force !” ?!?!!?? Tu t’es cru dans Fatou la Malienne… ?! »

congel

Chapitre beauté
–  »Tu ne comprends toujours pas pourquoi il n’y a pas de (vrais) Noirs (foncés ou plus typés) dans les publicités Mixa, Nivea ou Klorane, alors que ce sont clairement les premiers consommateurs de ces produits ! »
–  »Malgré les défrisages, tu as beau déboîter ton cou tant que tu veux, tes cheveux s’en foutent : ils restent figés ! »

Chapitre cuisine

bouffe

Chapitre boulot
–  »A la suite de la victoire d’Obama, tu as tellement pris confiance en toi que tu es allé(e) sur monster.com pour trouver un poste à plus hautes responsabilités. »
–  »Tes collègues ne peuvent s’empêcher de te comparer à Michelle Obama pour son élégance. »

boulot

Chapitre soirée
–  »Si tu dis que tu n’aimes pas danser, alors on te dit “Quoi ? T’es noir et tu sais pas danser ! Non mais allô quoi !!! »

Et les grands moments de solitude… et bien plus encore dans ce bouquin !

solitude moment

 

 
Publicités

24 Réponses to “Un week-end en Autodérision”

  1. Lisette 21 mai 2014 à 20:36 #

    Tout plein de bisous ma chère Michèle Obama 😛 ça fait du bien de lire ces légèretés ! Même si dans le fond tout ne l’est pas 🙂

  2. miliette 21 mai 2014 à 21:01 #

    Jolis tes ongles !! J’avais zieuté ce livre aussi 🙂
    Bises !

    • Bounty Caramel 21 mai 2014 à 21:09 #

      Lol, j’adore trop ce vernis !!!
      Sympa hein ?!
      Bisous

  3. ILGC 22 mai 2014 à 07:28 #

    Lol
    Ce livre regorge des malheureux clichés qui pourraient se transposer aux asiatiques aussi ;).
    Comme tous les asiatiques sont des chinois, tous les asiatiques se ressemblent etc…
    Ça me fait penser au film actuel : qu’est ce qu’on a fait au bon dieu ?
    Bisous

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 07:52 #

      Oui, bien vrai. Mon conjoint et son collègue (métis eurasien) ont justement discuter de cela hier car une maladresse (vu la personne c’est une maladresse) de ce genre a été faite vendredi dernier, lorsque son collègue donnait cours. Enfin…
      Mais surtout je te promet que ça va au-dela de cela (et tant mieux). Comme c’est un bouquin écrit par les principales concernées, ça parle des situations du quotidien (heureuses, joyeuses, clichées…), sous l’angle de l’humour « auto dérision », c’est en cela que c’est génial ! Car ça renvoi à ton histoire, au décalage, à ce « des deux »… C’est vraiment excellent.
      Ce sont les situations vécues, les différences culturelles (genre l’organisation du mariage etc…) qui sont relatées, c’est vraiment tordant, tant du a vu, vécu et revécu ces situations.
      Quant au film, je t’avoue que j’y suis pas allée, pour 2 raisons : la première étant que j’ai pas trop envie d’entendre ce que j’entends déjà, et la deuxième, pour moi rien n’égale l’original « Guess who’s coming to diner… » : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19444488&cfilm=12693.html
      A voir absolument !
      Des bisous

  4. marie 22 mai 2014 à 08:45 #

    Merci pour toutes ces références de lecture. Tu es mieux que la grande librairie, beaucoup + marrante !
    Marie maman de Raphaël made in RDC

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 09:25 #

      Merci aux deux filles surtout ! Moi à part faire transiter les infos et raconter ma life, je fais pas grand chose ! Ca me tombe dessus, alors je raconte, car y’a des situations marrantes franchement !
      Le pays d’origine de ton fils me parle beaucoup beaucoup beaucoup. J’espère qu’il se porte au mieux et que le grand Bonheur est chez vous !
      Bisous

  5. Biquette 22 mai 2014 à 09:15 #

    Te voilà donc notre Michelle OPaMA de la blogosphère… Merci pour ce fou rire au petit matin. Quel qu’en soit l’objet, les clichés et préjugés ont la vie dure.
    Gros Bisous

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 09:20 #

      Hé hé ! HoPeMA, ça le fait !
      Merci d’avoir rit !
      « Quel qu’en soit l’objet, les clichés et préjugés ont la vie dure », par expérience, carrément d’accord !
      Des bises and Hope 🙂

  6. molkette78 22 mai 2014 à 10:02 #

    Michelle PPaMa et HoPeMa très bon !!
    Tu as raison les clichés restent des clichés, les personnes non concernées ne peuvent qu’imaginer donc ils sont forcément à coté de la plaque. Bon après il y a aussi des gens très très bêtes et très étroits d’esprit…

    • molkette78 22 mai 2014 à 10:02 #

      Pfff et je fais une faute de frappe en prime… OPaMa

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 10:18 #

      Lol, y’a des PMA partout !!!
      Allez, dans la version real life (soit française), ce serait plutôt Noah pour le plus connu.
      Bien entendu, il y a maladresses, clichés, préjugés, racismes. Ce ne sont pas les mêmes degrés. C’est l’intention, le fond de la pensée qui compte avant tout.
      Le bouquin parle avant tout des situations quotidiennes (ces barrages discriminants en font partie, mais pas que bien heureusement!), c’est ça qui est drôle !
      Bisous

  7. compoteen 22 mai 2014 à 13:39 #

    Bah voilà, demain vais encore faire une rafle a la librairie! Tu m’as trop donné envie de lire cette pépite jaune 🙂
    C’est clair que les clichés ont la vie dure et pour tout finalement…pfff la nature humaine….
    En tous cas te lire m’a fait rire et sourire et pour ça: merciiiiiiiiiii!!!
    Plein de bécots!!!

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 14:26 #

      Ton portefeuille va m’adorer ! (En vrai, il est trop pas cher ce petit bouquin). Disons qu’elles relatent des scènes de vie, ce qui inclut des situations où il y a eu des clichés, mais aussi des situations trop drôles (genre la télé et les scènes d’amour, les onomatopées des parents, etc.). Bon, après avec Chéri d’A on est pas d’accord avec la def’ de Bounty (on le surnommait Bounty petit, parce que dans Bounty y’a pas le côté rejet, mais plus le côté « être des deux » (genre reverse)).
      Et si je t’ai fais sourire et rire (et t’ai fait oublier pour quelques secondes la PMA), alors je suis ravie !!!!!!
      Bizoo

  8. Choubakette 22 mai 2014 à 14:05 #

    N’empêche le blaireau qui a écrit cette daube bourrée de clichés, et ben le pire c’est qu’il va être riche parce que y’en a qui vont l’acheter pour le lire au 1er degré et d’autres au 2ème degré… Finalement, il est ptêtre pas si con…

    • Choubakette 22 mai 2014 à 14:06 #

      Ps: manucure nickel, j’suis bluffée

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 14:19 #

      Lol, quelle daube ? 😉 T’aurais pas lu en mode rapide mon texte toi 😉
      Je disais justement que c’était top !!! Et j’espère qu’elles vont devenir richissimes ! Top, car écrit par deux jeunes femmes concernées, et qui relatent le vécu du quotidien, avec les préjugés, les déboires, les situations cocasses, les trucs trop drôles ! Auto dérision !
      Y’a plus de tabous, voila ! En fait, de mon point de vue, y’a aucun clichés, y’a juste du relaté/des faits/des situations de vie, et quand on a vécu la situation maintes et maintes fois, désormais on se marre tellement c’est prévisible.
      Elles sont brillantes ces deux jeunes femmes, vraiment !
      PS : On a dit Belle et Digne en PMA ! Manucure = the soupape par ici !
      Et toi c’est quoi ?
      (Bon je dis ça, mais là j’en ai pas… je vais y remédier)

    • Choubakette 22 mai 2014 à 14:27 #

      Ah oui, j’ai lu en diagonale, tu as raison, mais si c’est de l’autodérision j’adhère à 100%… Dans le cas contraire, excuse moi, mais je suis un peu vénère contre les préjugés (à la con)… Ra pas de soupape, à part emmerder mon lapin et mon geek. Mais je rêverai d’avoir tes ongles. (toi aussi, comme foresti, tu dragues avec tes cuticules?)

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 14:32 #

      Lol, t’en fait pas, j’avais deviné. L’interview des deux filles est très bien, tu verras !
      Ben idem. Les préjugés c’est une chose, mais les préjugés qui t’empêchent de mener une vie « normale » comme un humain « normal » (parce que discrimination à l’emploi, au logement… soit ce qu’on vit en ce moment), là c’est carrément la marde, et ça peut aller loin.
      Pov’ Geek… Pov’ Lapin… (Bon, je fais idem, je te rassure). Heureusement qu’on a un blog hein ?!
      Pour les ongles, carrément de la drague (et pourtant je les trouvent pas terribles mes ongles si tu savais… la conséquence de les avoir rongés durant des années).
      Bises

  9. MadamePatience 22 mai 2014 à 14:08 #

    Bonjour La belle. Je découvre tout juste ton blog, voila que je me balade, découvre tes frasques à toi aussi et tombe sur ce dernier article qui m’a beaucoup fait rire. Je pensais pas rigoler autant pendant la lecture d’un blog PMA ! Alors je voulais juste te dire deux choses :
    1) MERCI. Parce que des copinautes de galères c’est aussi ça. Faire rire même dans la merde. Et ça, ça n’a pas de prix.
    2) COURAGE. Tu comptes une alliés de plus à ton palmarès, (tu n’en n’avais peut etre pas besoin mais on est jamais trop) et te suivrais désormais avec plaisir!
    Mme Patience (lacigogneenvrac@wordpress.com)

    • Bounty Caramel 22 mai 2014 à 14:41 #

      Idem, je découvre le tien ! Si cela t’as fait rire, c’est formidable ! Ça permet de parler d’autres choses que des trucs qui vont pas. Une vrai soupape ! Et puis, j’espère qu’un jour on pourra faire de l’autodérision sur nos vécus pma (évidemment, pas sur tout non plus), signe que cela aura été digéré et accepté, et qu’on aura trouvé comme vivre avec tout cela. Qui sait… Je le souhaite en tout cas.
      Une alliée de plus c’est toujours toujours précieux, même si en même temps c’est triste car cela signifie qu’elle sait… qu’elle vit la même chose… qu’elle galère…
      PS : tu sais que mon premier pseudo (qui ne m’allait pas du tout du tout) était vertupatience… d’où le vertupatience@yahoo.fr. depuis, je l’ai abandonné, car bon, vraiment, qu’est ce ça m’allait pas… Chapeau à toi, la Patience est ton alliée !
      Bisous

  10. 28 jours et des bananes 26 mai 2014 à 11:52 #

    Je crois que tu résumes bien… c’est un peu comme la PMA, tant que nous ne sommes pas vraiment concernés, on ne peut que vaguement imaginer le quotidien, les préjugés, le racisme ordinaire.
    Gros bisous

    • Bounty Caramel 28 mai 2014 à 08:18 #

      Et toi, avec cette phrase, t’as tout bien et encore mieux résumé !
      Et c’est donc pour cela qu’il est important (enfin je pense, étant donné que les réalités ne doivent pas être des tabous) d’en parler ! Tout comme la PMA ! Tout comme tout !
      Bisous Princesse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :