100 Jours.

7 Avr

Ce ne sera pas le plus gai des posts, mais bon, finalement ce n’est ni la première fois, ni la dernière fois que je fais des écrits et surtout des relais. J’ai réfléchi longuement, le poster ? pas le poster ? qu’y mettre ? ou commencer ? ou s’arrêter ? comment parler des 800 000 à 1 million de vies prises ? comment relayer un peu du complexe des causes ? ou seulement les conséquences ?… Sujet tellement sensible, qui plus est au regard du contexte des dernières 24 heures, que j’ai longtemps hésité à poster, et d’autant plus que je n’en suis pas légitime. Alors, ce sera juste un relai de quelques unes des mes dernières lectures et recherches. Et puis…

Très certainement parce que ça interpelle le Monde entier. Très certainement parce que j’ai foulé mes pieds dans un des pays voisins. Très certainement parce que dans ce pays voisin chaque personne rencontrée avait perdu un membre de sa famille proche ou élargie dans la région des Grands Lacs, dont les drames sont intimement liés au génocide, exils forcés, ressources et déstabilisations de la région. Très certainement parce que ces discussions et confidences je ne les oublierai jamais.

Très certainement parce qu’avant de partir dans le pays voisin, j’avais lu quelques bouquins et vu quelques films sur la sous-région. Il y a des films que j’ai stoppé, des livres que j’ai refermé avant la fin car impossible d’aller plus loin.

Assurément parce que cette région du monde je l’ai adorée autant qu’elle m’a marquée à jamais. Assurément parce que le pire pour l’Homme c’est l’indifférence et sa déshumanisation face à cet Autre. Assurément parce que « Devant le crime contre l’humanité, esclavage, Shoah, Rwanda, on ne rit pas, on fait silence ! ».

Assurément parce que ce pays aurait pu être le mien, hasard de la vie que de naitre ici, là-bas, ailleurs ou encore plus loin. Hasard de la vie que d’avoir foulé de mes pieds le grand pays voisin du petit pays aux Mille Collines.

Alors aujourd’hui, parce que demain je serai parent, et que cet enfant ne pourra négliger l’histoire individuelle et commune de ses deux pays, mais aussi de ses deux continents, je lis entre Nord et Sud, entre Sud et Nord. Je lis les plus belles réussites et les plus grands malheurs. Et aujourd’hui est un jour de malheur. Et puis comme je lis, et que j’écris ici aussi, autant relayer et donner mémoire à l’Histoire ici.

 

Il y a 20 ans, en ce 7 avril 1994, le monde avait de nouveau basculé.

Tensions. Guerre. Propagande. Conditionnement des esprits. Projet politique. Pouvoirs extrêmes. Accord d’Arusha. Milice. Ennemi. Génocide. Réconciliation. Justice.

Fin de journée d’un 6 avril il y a 20 ans, j’étais de cette planète, j’avais 10 ans. A 6300 km à peine. A juste 9 heures d’ici. Le monde bascule de nouveau dans l’incompréhension la plus totale. Éclairs mortels dans le ciel. Attentat. Embrasement du brasier à massacres déjà en marche ici sur terre. Milices. Extrêmes. Tueurs. Tués. Rescapés. La fin se met au travail au rythme de radio mille colline. Une fois de plus le Monde bascule dans la folie humaine. Orchestration sans foi, ni loi si ce n’est celle du pouvoir ultime par la haine. 

Par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide du 9 décembre 1948 de l’ONU, un  Génocide est « commis dans l’intention de détruire, tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux comme tel ».

Grandir dans un petit pays aux mille collines (cf post d’hier), vertes comme les collines de ses deux autres moitiés métisses. Être d’ici et de là-bas et vivre à côté. Être des trois à vie. Avoir grandi depuis, chanter l’histoire, son histoire et ce pays.

Etre voisins depuis toujours, déclarés ennemis le lendemain. «Nous y sommes forcés [au pardon] . Nous sommes nés sur la même colline, nous avons grandi côte à côte, et tout d’un coup, l’un a tué l’autre. Ce n’est pas comme si une armée étrangère avait envahi le pays. Il faut réapprendre à vivre ensemble». 

Ne pas avoir peur de regarder l’histoire, des prémices au Génocide : un très bon résumé ici (wiki) ou ici (RFI) ou  (Human R*ghts Wacth). Entendre le passé commun. Repartir de la création de la hiérarchisation des ethnies mise en place sous le joug colonial pour comprendre les distributions des pouvoirs légués, les injustices créées, les identités fichées, la haine insidieusement construite au fil des années dans un racisme comme arme de contrôle du pouvoir. Relire les progromes d’avant l’étincelle du 7 avril, les signaux d’alertes, le tournant de ce jour des 100 jours, l’implication des médias propagande (la radio des milles collines). Lire pour essayer de comprendre ce qui s’est passé. La justice est toujours en cours, l’histoire est encore en train de s’écrire.

Oublier, jamais. Plus jamais. A chacun d’y veiller. « Ne pas oublier le génocide au Rwanda, les victimes et écouter les survivants, c’est se souvenir que le 20ème siècle a été celui des génocides et des meurtres de masse. La communauté humaine doit s’organiser pour que l’Afrique et le monde ne soient plus endeuillés par ces logiques de morts et de destruction systématique de l’autre  » (Me Drissa Traoré, vice-président de la FIDH).

Chanter. Pour ne pas crier. Ne jamais prendre chair et sang pour acquisCommémorer 100 jours. Pour réconcilier.

Nous sommes nos propres pères
Si jeunes et pourtant si vieux, ça me fait penser, tu sais
Nous sommes nos propres mères
Si jeunes et si sérieux, mais ça va changer
On passe le temps à faire des plans pour le lendemain
Pendant que le beau temps passe et nous laisse vide et incertain
On perd trop de temps à suer et s’écorcher les mains
A quoi ça sert si on n’est pas sûr de voir demain
A rien
{Refrain}
Alors on vit chaque jour comme le dernier
Et vous feriez pareil si seulement vous saviez
Combien de fois la fin du monde nous a frôlés
Alors on vit chaque jour comme le dernier
Parce qu’on vient de loin
Quand les temps sont durs
On se dit : « Pire que notre histoire n’existe pas »
Et quand l’hiver perdure
On se dit simplement que la chaleur nous reviendra
Et c’est facile comme ça
Jour après jour
On voit combien tout est éphèmere
Alors même en amour
J’aimerai chaque reine
Comme si c’était la dernière
L’air est trop lourd
Quand on ne vit que sur des prières
Moi je savoure chaque instant
Bien avant que s’éteigne la lumière
{Refrain}
Jour après jour
On voit combien tout est éphémère
Alors vivons pendant qu’on peut encore le faire
Mes chers
{Refrain}

Imaginer un seul instant. Ça donne mal à la tête tellement c’est inimaginable, et pourtant. Et pourtant ce 20ème siècle fut tant génocidaire. Se recueillir selon ses rites par respect. Pour les victimes, les survivants, les familles décimées. Pour que les criminels soient jugés. Pour que la vérité soit faite. Pour que les éclaircissements se fassent. Pour que les horreurs puissent un jour appartenir au passé.

Dire pour ne jamais oublier. Écouter ceux qui témoignent. Lire ceux qui relayent. Comment cela est possible ? Écouter l’histoire du petit pays. Écouter notre histoire commune. Celle des Noro*t et Turquo*se, des Brug*ère et Trév*dic. Écouter pour savoir, reconnaitre, faire lumière, éviter que les histoires ne se répètent au travers de l’Histoire. Prendre le temps nécessaire pour lire les thèses des uns, celles des autres, d’autres encore. Comprendre que les zones d’ombres sont encore fortes. Que juger l’histoire permet de l’écrire, de réconcilier, d’aller de l’avant… Comprendre les prémices, les signaux, les déclencheurs, les conditionnements, les mots-clés de l’histoire du Génocide. Écouter les documentaires. Lire les livres. Voir les BD. Regarder les fictions. Rester debout grâce aux Arts.

  • Excellent documentaire radio de la radio Suisse :

    Pour écouter : http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5690249-le-rwanda-1-5.html

    Pour écouter ce super (et conseillé par le gars plus haut), vraiment excellent doc’ de qualité, fait de reporters, survivants, historiens… cliquez-ici : http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5690249-le-rwanda-1-5.html

    Extraits :

    « Un génocide où qu’il survienne c’est un projet politique. Ca peut-être vous, ça peut-être moi, ça peut-être n’importe qui en fonction de la situation ».

    « Un génocide est une entreprise d’extermination mise en œuvre par un Etat contre une partie de sa propre population. Par sa nature même, il échappe à l’entendement, et provoque la sidération et l’incompréhension. Cette incompréhension appelle elle-même le doute. Et le doute fait le lit de la négation. Dans l’inconscient collectif, des années après ce jour fatidique d’avril 1994 où le Rwanda a basculé, le génocide des Tutsis du Rwanda est encore largement perçu comme un massacre interethnique. Comme si deux camps antagonistes, mus par une haine ancestrale, c’étaient alors entre tués. La réalité est bien différente, orchestrée par une clique de responsables politiques, d’intellectuels et d’officiers supérieurs, ce génocide s’est déroulé à l’image d’une véritable chasse à court ».

  • Bande-dessinée : Dessiner pour libérer, dessiner pour témoigner, dessiner pour faire mémoire, dessiner pour apaiser, dessiner pour réconcilier. Lire et dessiner pour s’interroger sur notre histoire commune. Celle de l’ancien régime ami, basculé puis remplacé par la folie : France et Rwanda, quels liens au moment du génocide ? Kibuye. Turquo*se. Bissero. Noro*t. Grands Lacs. Réfugiés.

1 2 3 4 5 6 7 8 9

  •  Livre jeunesse : dans le livre de Ti’bout (oui, il a une collection commencée avant les essais… stoppée depuis l’attente), il y a cette page. Alors j’ai vérifié ce qu’il était noté, c’est un bon petit (trop petit) résumé.

Livre de Ti'bout

  • Musique : Corneille et son histoire (et ici et ailleurs du côté du Québec) forcément et Stromae  nous y renvoi.
  • Expo : de 100 jours, Les Hommes Debout (et en plus chez moi !). L’art contemporain pour la mémoire et la dignité des victimes du génocide.

image001

deboutDes Hommes debout, plus grands que nature, le 7 avril 2014.

  • Unes : d’Afr*scopes (avec d’ailleurs Gaël…)

Espoir. Justice Gacaca. Justice ici. Justice internationale. 20 ans après, où en sont les Mille Collines dans leur processus de réconciliation ? Espoir, le Flambeau de l’Espoir. Espoir, Être Debout. Avoir 20 ans aujourd’hui au Rwanda.

 

Projet Uprightmen (et tant d’autres) – Je suis debout

L’humanité ne peut vivre éternellement avec
dans sa cave le cadavre d’un peuple assassiné. (Jean Jaurès)

Publicités

41 Réponses to “100 Jours.”

  1. MadameHiberne 7 avril 2014 à 02:51 #

    Je dois avouer que je ne connais pas bien du tout cette page de l’histoire, ce terrible génocide. Mais tu as raison, il faut en parler, s’y intéresser, savoir ce qui a eu lieu, pourquoi, comment, qui, quand.
    On nous parlait beaucoup lorsque nous étions au collègue de notre « devoir de mémoire » concernant le génocide juif de la seconde guerre mondiale. Ça m’a toujours énormément intéressée et je viens d’ailleurs de finir de lire un essai sur le sujet (Les disparus de Daniel Mendelsohn).
    Mais l’histoire du Rwanda malheureusement je ne la connais pas. A regret parce que c’est vrai que c’est des choses que nous devrions savoir, contre lesquelles nous devrions lutter pour « plus jamais ça ».
    Bises

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:03 #

      Je ne connais pas bien non plus, je voulais en savoir plus récemment. Je m’y étais intéressée un peu, il y a longtemps, et j’ai repris tout récemment. Alors du coup, je voulais partager et relayer.
      On ne peut pas s’intéresser à tout, alors merci de me faire partager ce bouquin sur la Shoah. J’avoue qu’en lisant sur le Rwanda, j’ai un peu regarder aussi l’histoire de notre continent. Et ai toujours une incompréhension de l’absurde : comment et pourquoi haïr à ce point ? C’est difficile de lire les heures les plus sombres de l’histoire, mais c’est si important pour le présent. Après on ne peut pas tout lire, mais finalement on est bien nombreux pour relayer les connaissances, la preuve grâce à toi je viens d’avoir un conseil sur Les Disparus. Merci.
      Bisous

  2. miliette 7 avril 2014 à 06:16 #

    Je te remercie pour ce post. J’apprécie grandement que ton blog se fasse aussi le relais de d’autres causes, d’autres informations que l’on ne peut taire…

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:06 #

      Je suis très touchée par ton message. Un grand merci à toi.
      Sur nos blogs, on relaye toutes ce qui nous touche, ce qui nous parle, sur pleins de sujets divers, et ça nous donne une richesse qu’on n’aurait pu connaitre sans ces relais finalement… Merci et ravie que cela plaise. Sincèrement.

  3. julys974 7 avril 2014 à 06:27 #

    Je me souviens avoir visionné « Hôtel Rwanda » il y a quelques années avec Chéri. J’avais fini en larmes, en me disant qu’on était tous responsables de cet énorme scandale !! Malheureusement, si on remonte au-delà du 20ème siècle, on remarquera qu’en tout temps il y a eu des massacres de masse (croisades, colonisation et esclavage, etc…). Sauf qu’à l’époque, on subissait sans aucune conscience de ce qu’il se passait. Et puis, c’était normalisé !! Si on voulait prendre possession d’un territoire, ben on se l’appropriait par la force et dans le sang!!
    Les génocides du 20ème siècle ont cela de marquant qu’ils ont été énormément médiatisés, et heureusement !!! L’avènement de l’informatique et des médias a permis aux gens de prendre conscience qu’au-delà de leurs frontières il se passait des choses abominables, inacceptables… Et on a grandi avec l’exemple de la Shoah, qui coule en chacun d’entre nous puisque ce n’est pas si vieux… On a tous un aïeul qui a participé à la guerre, qu’il soit résistant ou collabo.
    Mais quid du génocide arménien, tibétin, soviétique, etc…? Finalement, personne n’en parle, alors que des millions de personnes sont mortes.
    La vérité, c’est que parfois, les gens ne veulent pas voir parce que c’est trop douloureux et qu’ils se sentent impuissants. Tout ça est si hors de contrôle pour nous, simples citoyens lambda… Aurions-nous pu changer l’histoire? Sûrement, si nous nous étions rassemblés… Mais les gouvernements divisent pour mieux régner…

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:17 #

      C’est bien vrai. Et j’ajoute que sauf qu’à l’époque l’avion n’existait pas, le monde était vaste et non pas le petit territoire qui se compte en heures d’avion aujourd’hui… Aujourd’hui on a les moyens d’agir et de savoir vite. Triste constat que ce sont les enjeux politiques et les conditions économiques qui bloquent. Le 20ème siècle est en effet génocidaire. Ça parait dingue, et pourtant. On a grandi avec cela, c’est clair. Mais parfois j’ai l’impression que certains oublient, et ça me désole autant que ça me fait peur. Je ne comprend pas comment ne pas tirer les leçons du passé, ni comment penser que cela est loin, alors que c’est si près. C’est humain d’être impuissant (la preuve par 5 en pma), mais parfois cruel en conséquences de fermer les yeux et de baisser les bras tant qu’il est encore temps. Lol, les simples citoyens lambda sont la société civile. Unie (encore faut-il qu’elle soit unie) elle est porteuse. Mais je reconnais que les enjeux de pouvoir (et politiques) sont tels qu’on met du temps à les comprendre, tellement cela peut paraitre absurde aussi parfois. Bref… L’histoire se fait, avec la mémoire. Et une bonne mémoire est toujours plus utile qu’une défaillante.

    • julys974 8 avril 2014 à 07:55 #

      Les gens oublient parce que ça les arrangent d’oublier… Pendant des décennies, les citoyens ne s’autorisaient pas à voter FN parce que précisément ils portaient une certaine culpabilité de ce qui s’était passé pendant la guerre, notamment avec le gouvernement pétainiste. Culpabilité familiale et sociale. Les survivants de la Shoah, à cette époque, faisaient la tournée des établissements scolaires pour transmettre le message du « Plus jamais ça! ». Puis les survivants se sont éteints, les uns après les autres. Et les gens ont commencé à oublier ce que la haine de l’autre pouvait engendrer. Ils ont trouvé des boucs émissaires servis sur un plateau d’argent par les gouvernements. Le bruit, l’odeur, etc… Et aujourd’hui (hier pour être précise), on voit à la télé le reportage sur une directrice d’école (putain, une instit quoi !!!) qui a mené sa campagne sous les couleurs du FN !! Et là, le constat amer c’est de se dire: il n’y a plus rien à faire que d’aller dans le mur, parce que finalement, peut-être qu’il faut qu’on touche vraiment le fond pour pouvoir se relever?
      J’ai grandi en écoutant les récits de mon arrière-grand-père qui était engagé dans la résistance. Et j’ai toujours eu une âme de résistante. Résister contre les injustices, et elles sont nombreuses !! Mais je crois qu’aujourd’hui, contrairement à toi, je commence à m’user.
      Le combat ne peut être que collectif, même si, individuellement, on peut déjà amener à la réflexion une poignée de personnes…
      Le problème qui se pose, précisément, c’est ce manque d’union !!!! Les gens n’ont plus aucun respect pour rien ni pour personne à l’heure actuelle et notre société est bien trop individualiste. Il y a un gouffre d’incompréhension entre les différentes cultures, les différentes professions, les différents statuts (ex: fertiles vs infertiles), etc… Les gens ne se comprennent plus parce qu’ils ne communiquent plus !! Chacun chez soi, chacun pour soi… Le voilà mon constat amer et c’est pour ça que me sentant bien impuissante, j’ai égoïstement envie de penser moi aussi un peu à moi avant de vouloir sauver le monde… Je me dis que si chacun travaille à son propre bonheur, peut-être qu’on arrivera à faire de ce monde un monde un peu plus heureux? En tout cas, je suis tellement fatiguée par tout ça que j’en ai perdu mon énergie…

    • Bounty Caramel 8 avril 2014 à 09:49 #

      😉
      J’ai des periodes de grandes fatigues je te rassure. Et ce n’est pas grave. Si tu n’es pas ressourcé, si tu te prends sans cesse des murs, tu t’epuises.
      Quant à ceux qui ont oublié, ces citoyens français et residents ue qui ont voté de la sorte (car les non citoyens français et ue ne peuvent voter aux municipales, donc je ne sais pas ce qu’ils pensent), forcement ca peut etre tout un chacun, et donc autant des decideurs, que des enseignants, que des employés, que des personnes de justice ou de securité, que des sans emploi, que des garants de l’etat (fonctionnaires…). Donc j’imagine bien que ca te fait mal car tu crains les derives d’education que l’instit’ donnera. Mais mieux vaut savoir que fermer les yeux. Maintenant grace aux quelques mairies, on va savoir et peut etre qu’un sursaut de memoire et de comprehension que les realités complexes ne s’eliminent pas avec des bouc emissaires reviendra. On garde espoir en l’Homme, toujours. Et quand le present nous abandonne, on lutte et se concentre pour le demain. Mais on prend soin de soi avant tout si cela est possible (note pour plus tard), sinon on s’epuise trop fort et trop longtemps. Un petit rien change tout. Bises (et j »adore toujours autant ton non epuisement du tout du tput, sinon tu n’aurais pas ecrit cela et aurait abandonner de penser). Bises

  4. Miss infertility 7 avril 2014 à 06:31 #

    Coucou Bounty et merci beaucoup pour ton article, hyper bien documenté. Tu as bien bossé ! J’en ai appris plus sur le sujet, bravo à toi de relayer des sujets qui te tiennent à coeur de manière aussi pertinente. C’est vrai qu’on a tendance à ne pas voir, à ignorer quand c’est loin de nous. Des fois je me demande si c’est pour nous protéger de toutes les horreurs qu’il peut y avoir dans le monde alors qu’on ne peut pas toujours agir, ou si c’est juste par pur égoïsme… bisous

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:24 #

      Merci la Miss ! C’est un réel soulagement de lire que cela sert, n’est pas trop hors sujet, et est lisible. Et si en plus c’est pertinent, je suis en plus flattée. Je pense qu’heureusement qu’on se concentre d’abord sur ce qui nous concerne, et si on fait chacun du mieux autour de nous, alors c’est sur l’ensemble de la planète que l’impact existe. Et si l’on est bien, on peut réagir ou aider. Reste que cela est très difficile, et que nul ne peut être certain de ses actions et dires futurs. Quant à tes interrogations, j’ose croire que ce n’est pas par égoïsme, sinon où va-t-on ?… Bises

  5. Zapppp 7 avril 2014 à 08:41 #

    Une partie de notre histoire d’humains tellement tristes et difficiles. Et pourtant si peu connue, comme beaucoup d’autres.
    Bravo pour ton article.

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:27 #

      Tu as bien dit. L’histoire de l’Humanité… est belle, espérante, cruelle et impensable aussi. Si chacun se rappelle un peu, ça fait beaucoup de mémoire. En tout cas, merci, ça me touche. Bises

  6. marivalou 7 avril 2014 à 10:47 #

    J’aime !!! (le relai, l’article ultra documenté-intéressant, les liens divers et variés, l’incitation à s’informer et surtout à réfléchir par soi-même sur les évènements de notre histoire encore si tragiquement présents). Tu peux être fière de ton article !

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:36 #

      Merci !!! J’ai hésité, vraiment. Grande crainte d’illégitimité, de non recevabilité, de « c’est loin »… Je voulais au max dire peu, mettre un max de liens pour que chacun se fasse son idée (car qui plus est tout n’est pas clair, tout est très récent). Je lis que c’est ce que tu as perçu, alors j’en suis ravie et soulagée. Quant à ta dernière phrase, elle me laisse en mode « joues rouges » car je t’assure que j’arrête pas de me dire, j’aurai plutôt dû mettre ce lien ci, dire cela comme cela, parler de ceci, enlever cet élément, préciser ceci… Vraiment Merci !

    • marivalou 8 avril 2014 à 09:34 #

      Pourquoi ne serais-tu pas « légitime » ? Parce que tu n’as pas vécu le génocide ? C’est tout le mal que je te souhaite ! Ca ne t’empêche pas d’être sensibilisée et de sensibiliser les autres à la « cause ». C’est comme si tu interdisais à un fertile de sensibiliser ses proches à la problématique de l’infertilité… De rien, et ne te reproche pas d’avoir ceci à la place de cela. Très bel article, et il est comme il est, c’est à dire parfait.

    • Bounty Caramel 8 avril 2014 à 09:55 #

      Bien dit. Tu as raison. La legitimité serait de dire je comprend vraiment (idem pour une personne fertile). En revanche, tu as raison, on peut imaginer (idem une personne fertile peut imaginer ce qu’est l’infertilité, mais ne peux la comprendre et ressentir dans tous ses aspects). J’espere que j’ai respecté ce que je viens de dire. A te lire toi et les miss, il semble que oui parce que c’etait ‘sensibiliser’. Sage miss tu as raison. Merci. Bises

  7. todropsky 7 avril 2014 à 12:23 #

    merci pour cet article documenté d’un evenement tragique de l’histoire que je connais trop peu

    bises

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:38 #

      Merci pour ton mot. On connait tous plus certains points, moins d’autres. Je ne connaissais pas jusqu’à peu. Je voulais faire partager, et suis ravie que tu ai apprécié. Des bises

  8. marieeveblog 7 avril 2014 à 13:22 #

    Un bel article! Très intéressant! Merci!
    C’est important d’en parler… pour ne pas oublier… pour éviter que ça se reproduise (même si je sais pertinemment qu’au moment où j’écris ces lignes ça se passe dans le monde, mais qu’on en parle pas, que les enjeux sont trop politiques…).
    Bises

    • marieeveblog 7 avril 2014 à 19:07 #

      Mon mari m’a fait pensé… Pour tes références, j’en ai d’autres à te proposer. Au Canada, nous avons le lieutenant-général Roméo Dallaire qui a travailler fort à attirer alerter la communauté internationale sur ce qui se passait au Rwanda (http://fr.wikipedia.org/wiki/Rom%C3%A9o_Dallaire).

      De son histoire, un livre, un documentaire puis un film (http://fr.wikipedia.org/wiki/J%27ai_serr%C3%A9_la_main_du_diable_(film,_2007)) sont nés. Bien que tous les 3 sont centrés sur l’histoire de l’homme, ça reste intéressant.

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 21:27 #

      Exact. Dallaire avait prévenu du drame à venir. Il était présent dans le cadre des Nations Unies avant, pendant et après. La MINUAR qui lui était confiée avait été réduite de 9/10ème des effectifs (270 hommes) prévus 15 jours après le début du génocide. Si j’ai bien compris, la MINUAR a ainsi eu un rôle d’observateur, témoin des drames, sans pouvoir agir, par neutralité imposée et parce que le mot génocide déclenchant la levée des forces et de la non neutralité de l’onu n’a été employé que (trop) tard (et alors que près de 80% du génocide était achevé). La MINUAR 2 a été déployée en aout, après l’opération Turquoise (actuellement de nouveau controversée, entre autre).

      C’est tellement complexe tout cela, et les jugements ne sont pas terminés. Le génocide est. Ses causes et les implications politiques sont encore pleines de zones d’ombres. Au plus on creuse, au plus cela se complexifie. Tristement, 20 ans n’est pas assez pour faire lumière. Mais comme toutes les guerres, exactions et génocides, il faut du temps. (En aparté, par exemple, aujourd’hui encore certains drames sont encore absents des livres d’histoire communes, notamment pour les guerres durant la décolonisation : le RU vient de reconnaitre les massacres au Kenya; la France est encore loin de se regarder par dignité pour elle-même, pour le Cameroun par exemple).

      Bref. Merci ! J’avais mis au moins un lien d’un journal canadien dans ce post, car je trouve qu’il est toujours intéressant de lire les journaux étrangers dans les contextes de tensions, et les articles canadiens m’ont paru très bons. Re bref, re merci, je m’en vais aller voir les liens que tu proposes, merci !

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:29 #

      Merci pour tes mots et lumières. C’est important, si important. Même si comme tu dis. Godness pourquoi est-ce si compliqué de vivre ensemble. C’est si triste. Bises

  9. ILGC 7 avril 2014 à 13:35 #

    Merci de relayer l’info ici.
    Merci pour nous et pour eux.

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:44 #

      Merci à toi de lire.
      Merci pour ton mot pour nous et eux.

  10. eve 7 avril 2014 à 17:40 #

    Merci de ton post, je suis honteuse d’en savoir si peu sur cette immonde part de l’histoire, je sais combien l’homme peut être cruel et ignoble , je voudrais tant que toute la haine du monde disparaisse.Tu as très bien fait d’écrire ton post il faut sensiiliser ,
    informer car ça passe bien trop inaperçu dans la petite vie des gens qui vont bien chez eux.bisous et il en faudrait plein des comme toi.

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:48 #

      Mais tu en sais tant sur d’autres choses, chacun sait une part, c’est l’essentiel. Et comme on a la chance de pouvoir relayer, voir et lire, alors surtout surtout n’ai pas honte. J’aimerai tant aussi. Cela me parait si simple de faire disparaitre la haine, mais dans les réalités le constat est que c’est si compliqué. En tout cas merci pour ton com’, c’est encourageant pour moi, et si plein de compréhension et d’empathie. Merci

  11. Sachka 7 avril 2014 à 19:33 #

    Merci et bravo pour ton super article. Le monde entier avait fermé les yeux et il serait temps qu’on en parle enfin, que les nouvelles générations sachent.. Merci a toi pour ce rappel au combien précieux.

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:52 #

      C’est vrai que se concentrer sur les nouvelles générations est essentiel pour l’avenir. Vraiment.
      Je suis heureuse que relayer soit si bien reçu. Et si agréablement surprise, j’avais peur que personne n’ose commenter tant le sujet est douloureux, triste et sensible. Mais finalement je suis bien bête d’avoir penser cela, car lorsque les crimes dépassent l’entendement, lorsque les souffrances dépassent les pensées, le monde est solidaire. C’est que j’espère pour aujourd’hui et demain, pour ce plus jamais. Merci à toi !

  12. Little Wife 7 avril 2014 à 20:32 #

    Bah voilà, je te faisais un long commentaire et pouf je ferme la mauvaise fenêtre… Je te disais merci de partager ces recherches avec nous, je me suis replongée dans le sujet en cliquant sur certains de tes liens. Il est des choses qui marquent, et le génocide du Rwanda m’a marquée au cours de mes études, une année, le thème des examens m’a amenée à lire beaucoup sur des sujets compliqués, celui-ci en faisait partie, la Tchétchénie aussi, entre autres.
    Merci pour cette piqure de rappel, parfois, on oublie, et il ne faut pas oublier.
    Bisous.

    • Bounty Caramel 7 avril 2014 à 22:56 #

      Arf, les fenêtres qui se ferment et effacent tout. Tant mieux si cela t’as intéressé et fait revenir sur le sujet que tu avais donc déjà étudié longuement. J’en suis ravie, vraiment. Je me demande bien dans quel cadre tu as étudié cela, car c’est peu courant me semble-t-il. Super en tout cas. Tu dois en connaitre beaucoup. Et comme tu dis « il est des choses qui marquent ». Tu as raison, il ne faut pas oublier, j’en ai des sujets à relire du coup… Bisous

  13. tittounett 8 avril 2014 à 07:53 #

    Le 20ème siècle dis-tu ? Le 21ème est très bien parti aussi je trouve … l’histoire est un éternel recommencement. A ce demander pourquoi on nous a donné un cerveau si c’est pour reproduire les mêmes erreurs au fils des ans.
    Et pourtant, comme tu dis, il aurait suffit d’un minuscule changement. Tout ne tient qu’au lieu de naissance. C ‘est si facile d’ignorer le monde dans son petit confort français. Oh tout ça c’est si loin … ! Combien sont conscients d’avoir la chance d’être né en France ? SI peu …

    • Bounty Caramel 8 avril 2014 à 09:33 #

      C’est bien vrai. Ca fait mal de voir des drames qui recommencent. Par contre je ne pense pas que tout tient du lieu de naissance, mais plutot des conditions (socio eco…). On peut etre pauvre et etre confronté aux drames où que ce soit dans le monde. Et puis si tout dependait du pays et des moyens economiques, alors ce serait penser que la moitié de la planete est malheureuse. Or je ne pense pas et ne l’ai pas vu. Chacun vit dans son contexte, et dans chaque contexte il y a des personnes en grande precarité et vulnerable, y compris ici. La France a vecu un drame similaire que 50 ans plus tot. Et certains semblent l’avoir oublié quant on voit leurs actes.
      Et malheureusement tu as raison, si raison, le 21eme siecle est lui aussi engagé dans des conflits sanglants et dramatiques pour les civils.
      Bises

  14. lamisskangourou 8 avril 2014 à 11:57 #

    Merci d’avoir relayé l’info…
    Mon papa me racontait les infos quand j’étais petite, et je me souviens de mon incompréhension face à ce drame du Rwanda,c’est une des premières fois que j’étais confrontée à la noirceur et la haine humaine…
    Plus tard, j’ai lu le jardin des larmes, superbe bouquin sur deux humanitaires vivant l’un ce génocide, l’autre le tsunami au Sri Lanka.
    J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps en le lisant, âme sensible s’abstenir… Mais c’est ce qui s’est réellement passé. Je me retrouve beaucoup dans ton âme d’idéaliste en tous cas.
    Bisous ma jolie.

    • Bounty Caramel 8 avril 2014 à 20:12 #

      C’est gentil. Merci pour eux.
      Tu te souviens, c’est fou. Je n’ai aucun souvenir de cette récente époque. Ton papa devait trouver les mots justes, jolie méthode pour éveiller, je note.
      Tes lectures ne m’étonnes pas ;-). Je prends note aussi, je ne connais ni l’un, ni l’autre (Je viens de lire le résumé, ça me parle, bon ben voila c’est commandé avec Kam*run qu’on devait racheté (on aime bien le donner)). Merci pour ce relai, car en plus sans le savoir tu réponds aux questions du moment pour ma part. Je pense qu’on souhaitait toutes deux faire le même métier, à nous deux on l’a non…
      A l’époque, je refermai les livres de témoignages, me sentant si honteuse de les refermer alors que ces personnes avant tant donné pour les écrire. Aujourd’hui je les rouvre. Je comprends bien tes larmes à ces lectures. Je me retrouve aussi en toi sur les quelques com’ et passages allusions… et tes choix sont exceptionnels. Tu as de l’or humain dans les mains. C’est exceptionnel. Bisous ma belle (et j’espère que tu te portes bien!).

  15. 28 jours et des bananes 8 avril 2014 à 12:23 #

    Merci Bounty pour cet article.
    Comme toujours tu as la main tendue vers l’Autre.
    Ton blog ne se contente jamais d’analyser ce qu’il y a autour de ton nombril uniquement. Il n’a pas pour seule vocation d’être un journal intime. Il essaye aussi d’ouvrir, d’éduquer ses lecteurs…
    Ce génocide on en n’a pas tant parlé que ça en France (et on sait un peu pourquoi).
    J’ai essayé de te retrouver un témoignage audio qui m’a bouleversé il y a quelques années. Celui de journalistes suisses qui entraient à Kigali et découvraient le génocide (les premiers journalistes à mettre un pied dans la ville depuis le début des massacres). Je n’ai pas le son sur mon ordi mais je crois que c’est ici : http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5690249-le-rwanda-1-5.html
    Malheureusement et à peu près à la même période, un autre génocide avait lieu à 2h30 d’avion de Paris.
    C’est fou !
    Bon, je ne vais pas refaire le monde ici mais merci pour ton article.
    A bientôt 🙂

    • Bounty Caramel 8 avril 2014 à 15:04 #

      Merci à toi pour ton com’. Ca me touche beaucoup. C’est vraiment vraiment gentil et cela me rassure de lire tes dires et encouragements.
      Lol pour le relai, c’est celui que j’ai mis également pour le E et dont j’ai écrit quelques extraits. On a écouté la même excellente émission, c’est marrant. Elle est vraiment de qualité.
      Dans mon précédent job je bossais avec ces pays à 2h30… mais c’était surtout ma collègue qui suivait ces dossiers, donc au final je connais peu. Tu as raison de le souligner. tous ces drames si proches en distances et heures, si dingues.
      On va pas refaire le monde, mais je vais ajouter quelques images de la bd qui pointe le doigt d’interrogation sur le « on sait pourquoi ».
      Bises

  16. molkette78 13 mai 2014 à 07:14 #

    Merci Bounty. C’est grâce à des articles comme celui-ci que, nous parents pourront en parler à nos enfants, pour leur montrer que la haine de l’autre, celui qui est différent, ne mène à rien d’autre qu’à l’horreur. Leur montrer le côté sombre de l’humanité pour qu’à aucun moment ils trouvent ça normal de se sentir supérieur à leur voisin.
    J’ai été effaré par les dernières élections en France, où les gens trouvaient juste de montrer leur mécontentement en votant pour un parti xénophobe. Je ne comprends pas comment on peut mettre un bulletin dans une urne et oublier ce que l’Histoire nous a appris sur les régimes totalitaires.

    • Bounty Caramel 13 mai 2014 à 09:05 #

      Merci pour ton com’, ça me touche. Et surtout je suis ravie de partager cela si en plus cela peut servir. Tu as une vision que je partage. Tu as raison.
      De même que toi, je ne comprend pas comment on peut reproduire des schémas de haine de l’autre alors que l’Histoire nous rappelle et nous témoigne de la violence de l’homme envers d’autres. Ca me dépasse de savoir que certains n’en tire aucune leçon, et que cela les indiffèrent. Vraiment, ça me dépasse, et me rend bien triste pour eux.
      Bises
      (PS : je ne trouve pas le lien de ton blog, en as-tu un ? )

    • molkette78 13 mai 2014 à 12:36 #

      La tolérance, le respect et le partage, ce sont les valeurs que m’ont transmises mes parents et que je transmettrai à mes enfants. Ça fait du bien de parler d’autres sujets aussi sur un blog PMA :o).
      Mon blog c’est http://dansmagalere.over-blog.com tu étais venue me rendre visite la semaine dernière et tu avais commenté mon contrôle de l’enfer…

    • Bounty Caramel 13 mai 2014 à 13:19 #

      Et puis la transmission est au coeur des sujet PMA 😉
      (bon, ok, faut pas tout ramener à la PMA ;-))
      Pfff j’avais pas reconnu ton pseudo… alors que je connais ton blog… nulle nulle nulle. En fait, c’est parce que quand on clique sur le lien « molkette78 », ça renvoie à un lien inconnu. Du coup, j’ai pas fait gaffe. Désolé. D’ailleurs faut que je te rajoute à la trop longue liste sur le côté. Bisous

Trackbacks/Pingbacks

  1. Priorité Aux Femmes Enceintes ! « Our inFertility : L'Infertilité c'est tabou, parlons-en! - 22 avril 2014

    […] sommes pour la plupart avant tout touchés par ce qui nous concerne directement. Je suis sure que Bounty a un avis intéressant sur le sujet ! Par contre, en PMA? Comment réagissent les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :