Comment ma journée « rebondir » s’est transformée en « subir »

22 Fév

La journée avait bien commencée. Pomponnée, maquillée, sous mon meilleur jour. Une bonne humeur matinale au boulot. Une niack redoutable du fait de la perspective d’aller me vendre en live là où je souhaite bosser.

Mais avant d’aller parcourir les 200 bornes pour Grande Ville, un déjeuner avec une amie dont je n’ai eu de news orales depuis ma FC de juillet. Nous avions échangé quelques mails, puis plus rien. Elle est de passage ici, l’occasion de se voir sur l’heure du midi.

On se retrouve toutes deux, heureuses. On a 40 minutes devant nous pour se raconter nos vies. Elle me raconte où elle en est niveau projet tafesque (soutenance imminente et départ loin loin loin soon), et moi de même lui expliquant que cet aprem’ « j’ose » : je vais aller montrer ma tête là où j’ai postulé la semaine passée, car j’y ai dégoté une mini rencontre avec une des collaboratrices de cette boite grâce à mon tout petit réseau. J’ai hâte. Je suis dans une énergie positive !

On papote, on papote…. et elle m’annonce qu’elle est enceinte de 5 mois et demi (elle était en robe ample, je n’avais rien vu). Elle s’est mariée il y a 5 mois. Enceinte en C1. Et bam dans ta face. Finalement, voila pourquoi elle ne répondait plus au téléphone. Au fond, cela m’avait traversé l’esprit, mais juste traversé. Je lui dis que je suis heureuse pour eux. Je le suis mais bordal quoi j’ai le coeur déchiré.

D’un seul coup je sens que mon énergie et ma bonne humeur ont pris un coup, un coup de folie. Je suis à plat. Je n’ai que 3 heures pour m’en remettre.

On se quitte. Bisous bisous. Je smile en mode smile face. Je dois me reconnectée avec mon énergie du matin. Je n’y arrive pas. J’envoie deux textos, l’un à ma moitié, l’autre à une perle (croisages de doigts pour elle aujourd’hui). Je lis leurs réponses, respire, consume quelques clops, inspire, respire. Je file à la voiture et pars pour GrandeVille.

J’arrive au lieu de mon peut-être futur taf’ sur Grande Ville. Je rencontre mon contact, elle semble blasée de son job, ça commence mal. Sa responsable à qui je voulais re-remettre mon CV en main propre est absente, tant pis (enfin à moitié). On discute de nos jobs, de mes projets, de mon bilan de compétence, de nos « entreprises », du poste auquel j’ai postulé. Déception, poste survendu, et en plus poste dont le recrutement sera prioritairement basé sur le nom de ta formation (et non pas sur le fait que cela fait 5 ans que tu as l’expérience de ce taf’). Et re bam dans ta face. Je déteste les recrutements basé sur la catégorisation des personnes par leur formation plutôt que par leurs compétences et savoirs. Mon profil est « atypique », j’ai pris des voies secondaires plutôt que principales (tiens donc comme pour « faire » un enfant), ça passe ou ça casse. Tant pis. Elle remettra tout de même mon CV à sa responsable en charge du recrutement. Au final, je ne sais pas trop si c’est elle qui est dépitée, ou le job qui est « dépitant ». La discussion « amicale » avec ma peut-être (ou pas) future collègue se clôture.

Je file à l’autre bout de la ville rejoindre un couple d’amis avant de repartir dans ma ville. J’arrive. Le café est sympa, ça va être chouette. Je les rejoins à la table, les verres de bière sont vides. Je suis en retard… On se fait la bise. Je le félicite car je suis heureuse pour lui : depuis 4 mois, ca y est, il a décroché le job rêvé.  Il me dit qu’il y a d’autres bonnes nouvelles. Mon coeur se décroche, et il avait raison. Sa conjointe est enceinte de 3,5 mois. Re re bam dans ta face. Ma journée bonheurs est devenue une journée malheurs.

Mais, mais… et ?? éhhhééééé ?… et la bière pourquoi la porte-t-elle à ses lèvres alors ? Rien à foutre qu’elle fasse 2,5°C, pourquoi cette bouteille de bière est-elle vidée ? Pourquoi la boit-elle ? T’es enceinte bordal, t’es enceinte devant moi, je dis rien, je souris, je bois un jus et tu bois de la bière ?!?!. Y’aurait pas comme un problème là?  T’es la deuxième grossesse que j’apprends aujourd’hui, là je peux plus, vraiment je peux plus.

Je file aux toilettes. Texto à Chéri, texto à sauveuse. Marde, ma batterie est en train de me lâcher et j’ai des cov’ à tel ensuite. J’éteins mon portable. Je les rejoins on papote de nos boulots, on bosse tous dans la même branche. Elle est déçue que je cherche du taf’ à GrandeVille, car ça fait une concurrente de plus qui cherche dans ce secteur hyper concurrentiel. J’ai envie de lui dire, mais toi t’es enceinte et en moins de C6, donc si job il y a, c’est pour moi, la ferme. Évidemment, je lui répond pas cela, je lui dis que « non, tinkiet, on cherche pas tout à fait dans le même style de job, allez courage ça va le faire ».

Mais aux plaintes de leur dureté du moment chez eux (laquelle d’ailleurs, pas compris, pas même échelle de dureté), j’ouvre ma grande gueule bouche gentiment pour leur sous-entendre « allez, courage ». A la question « Et vous quoi de neuf, des galères aussi « , j’évoque notre vécu actuel de distance et de sacrifices (hors pma car ils ne savent as que nous souhaitons un enfant). Çà au moins je peux le dire sous la rigolade « Ah ben nous, là c’est chaud, y’a la formation à financer, et puis on est entre 3 villes jusque mai/juin, et ensuite la distance se réduira à 2 villes, sauf si je trouve un job à GrandeVille avant ! Mais ça va, on s’accroche ! ». Ils ne disent rien, ben oui, c’est toujours aussi dur chez vous ? Puis on repapote, je leur file des tuyaux, ils m’en filent aussi. On papote, on rit, je smile. J’ai mon coeur qui s’accroche. Je suis la reine de l’esbrouffe aujourd’hui.

L’apéro se termine, je dois repartir. On se quitte et on se dit à bientôt (dans ma tête c’est pas de si tôt). Je repars à ma voiture, rallume mon portable. Je lis les textos reçus, celui de Chérid’A me fend le coeur, lui-même a mal de ces annonces en 1 seule petite journée qui devait être celle d’un redépart. Puis je lis le texto de la miss, un si fort réconfort, un soutien sans faille, les mots puissants qui consolent. Mes yeux se larment d’émotion. Je grille un clop. Me ressaisit. Allez ma belle, dans 3 heures tu es chez toi, là tu pourras craquer, pas avant.

Je file avec ma voiture au lieu de rencontre, suis heureuse de retrouver mes covoitureurs, ouf des nouvelles têtes ! Ouf des discussions autres ! Ouf pas d’annonces de grossesse. 2 heures plus tard, on arrive dans ma ville. Je dépose tout le monde et file chez moi. Je suis soulagée d’arrivée, et les larmes en Pourquoi commencent à couler.

Ce jour qui devait être mon renouveau de projets tafesques, mon renouveau tout court, et devenu juste horrible. Point de larmes ne sont sorties avant le retour at home. J’ai été forte. Mais quand même ! Pourquoi ce taf’ est-il moins beau que dans mes rêves ? Pourquoi les critères de recrutement se basent sur cette xxx de formation qui n’est pas la mienne, même si depuis j’en ai acquis les compétences? Pourquoi toi qui es enceinte de 3,5 mois, tu bois de la bière sous mon nez ? Pourquoi elle, elle est enceinte et n’a pas osé me le dire avant ses 5,5  mois ? Pourquoi vous êtes enceinte si facilement ? Qu’est ce que vous avez de plus que nous ? Pourquoi en plus vous vivez ensemble et avez des taf’ qui vous sourit ? Pourquoi à toutes ces annonces du bonheur j’ai applaudi, et n’ai rien dit sur nous, car nous c’est triste ? Pour les bonheurs des autres me sont-ils arrivés tous en une seule journée, aujourd’hui, alors que je voulais que ce jour soit beau et renouveau ? C’est quoi ce bordal ? .

Mais malgré toutes ces pensées et ce cœur déchiré, auquel s’est ajouté l’hospitalisation des mes 2 grands-parents (hospi  programmée pour l’un, non programmée pour l’autre), je me suis montrée souriante, aimable, attentive, gentille et j’ai dit que j’étais heureuse pour leur bonheur. De nos malheurs, je n’ai dit mot. J’en suis a regretté d’avoir repris contact avec ces deux ami(e)s l’an passé (après des années d’éloignements géographiques). Pour quel résultat au final : 6 mois de reprise de contact, bim, 2 grossesses et vie ensemble et tafesque heureuse. Je n’arrive plus à en parler, parler de nos soucis fait fuir. Ceux qui savent ne demandent plus, cela traine depuis trop longtemps, eux en moins de deux ils sont devenus parents, ont avancé dans la vie, là où on stagne, voire là où on recule, aussi.

Je sais qu’ici je suis écoutée et comprise, et cela me fait un bien fou. Comment aurais-je fait sans vous ?

Au final, une journée de marde avec, malgré tout l’enthousiasme au top du top, un flop d’enthousiasme au fil de la journée compte tenu des 2 grossesses annoncées (et moi qui pensait que j’en avais fini), un job qui ne matchera certainement pas, mes 2 grands-parents hospitalisés, et puis aussi les annonces de réussite tafesque et no distance de ces couples qui attendent en plus un bébé (tu me diras c’est moi qui suis pas dans le schéma banal, c’est vrai, et c’est pour cela que le schéma de la réussite me renvoi à nos échecs). Toute cette réussite me semble intouchable, inatteignable, ou alors si loin.

Arrivée chez moi, j’appelle mon homme (à l’autre bout de la France) que je n’ai pas eu de vive voix depuis ce midi. Il est désolé. Il me dit des mots doux, il aurait souhaité être présent pour me soutenir, il le fait par sa voix à distance et c’est déjà une chance (merci Mister Téléphone). A moi qui lui dit que j’ai du faire un truc ignoble dans une autre vie, Chérid’A me répond et me confie qu’il est certain que si on galère tant aujourd’hui c’est que Demain sera magnifique.

Publicités

49 Réponses to “Comment ma journée « rebondir » s’est transformée en « subir »”

  1. MadameHiberne 22 février 2014 à 06:26 #

    Je ne doute pas que demain sera magnifique. Mais j’aimerais que demain soit là, juste à côté, qu’il se présente dans qq semaines, mois, qu’il te permette de ne plus vivre de telle journée.
    Je te fais un gros câlin Bounty.

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:23 #

      Merci la miss, on s’accroche pour vérifier cela.
      Bisous

  2. Zapppp 22 février 2014 à 07:05 #

    Et bien, quelle journée affreuse…
    Je vois bien ces moments, où tous les soucis se mettent à peser une tonne sur nos épaules. Alors qu’on voit les autres si légers. C’est si facile pour eux.
    Mais la phrase de ton chéri est très belle et je veux y croire.
    Plein de bisous Bounty

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:24 #

      La totale, balèze non ?!
      Merci la miss, bisous

  3. Zabou 22 février 2014 à 07:54 #

    Ma pauvre, quelle journée de marde comme tu dis, c’est affreux toutes ces annonces de grossesses qui nous pourrisse la vie… Mais comme te dis ton homme, bientôt ce sera ton tour et tu auras ta revanche sur la vie… Ce qui me dégoûte comme vous toutes c’est que nous on fait tout pour l’avoir ce bébé pendant que d’autres ne se rendent même pas compte de la chance qu’ils ont !!! Courage ma bounty je suis de tout coeur avec toi !!!

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:27 #

      C’est clair, juste le jour qui était pour moi, non mais juste ce jour là quoi.
      J’espère que mon homme a raison, j’avoue que j’ai du mal à y croire, avant le bébé il y avait des autres galères, 10 ans pour en venir à bout, une autre à vie. Même mon psy n’ose pas me dire « avoir une vie normale/classique » car il sait que depuis mes 3 ans le mot normal est rayé, et pourtant je m’emploie à tout tout mettre en oeuvre pour faire des jolis sparadraps, une énergie folle, qui paye pas (ou comme dit Chérid’A « pas encore »).
      Quant aux grossesses en claquant des doigts, elles ne sont pas vécues pareils, c’est clair.
      Bisous et un grand merci

  4. Lily 22 février 2014 à 08:10 #

    Mais quelle horreur cette journée ! Je t’admire d’avoir réussi à faire bonne figure.
    Je retiens aussi que ton chéri est un amour. Il sait dire les mots qu’il faut. Et joliment en plus.
    Bisous ma Bounty !
    Lily.

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:30 #

      Ouia, j’ai fait fort. J’avais bien dit dans mon post précédent que je savais que je pouvais faire pire, ben voila. J’ai éussi à tenir je ne sais comment (ah ben si, j’ai tout enchainé sans pause, et sans être seule à aucun moment).
      Merci pour mon homme, encore heureux qu’il est là.
      Bisous Lily

  5. Miss infertility 22 février 2014 à 08:31 #

    Ma pauvre, quelle journée. Demain sera magnifique, oui, ton tour viendra. Et avec un homme pareil à tes côtés tu as une chance inouïe.
    Les autres ont peut être d’autres galères dont nous n’avons pas forcément conscience? Ils n’ont pas forcément un couple soudé comme le votre? Et ils ne savourent pas leur chance. Mon mari me dit toujours, « on s’en fout des autres, on est nous ». Même si c’est difficile à faire…
    As tu d’autres pistes pour le taff? Ca serait une grande étape si tu pouvais régler ça…
    Gros bisous et bon courage

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:37 #

      Envie dire oui, mon tour viendra, et on verra. Bref, on vera, on espère que ça tournera dans le sens positif.
      Heureusement qu’il a la sagesse mon chéri (lol le « à mes côtés » enfin 800 bornes quand même lol, jrigole hein, la distance c’est juste pas drôle par moment, mais on le vit bien souvent, car comme c’est pour ce fameux « magnifique Demain »).
      T’es mignonne d’essayer de leur trouver des excuses, mais c’est deux couples sont ultra soudés, solides et forts. Rapé. Peut-être sur d’autres plans. On est nous, c’est joliment dit. J’aime beaucoup !
      Pas beaucoup d’autres pistes pour le taff’, on verra bien. Je postule aux annonces et réseaute. La moyenne doit être de 6-10 annonces par an, et depuis la crise, ils bloquent sur le nom de diplôme (le must have du french cv… enfin tu vois de quoi je parle je pense ;-)).
      Bisous

  6. monpetitoeuf 22 février 2014 à 08:56 #

    Quelle journée …. Garde en mémoire la belle phrase de ton cheri il a raison ! Je t’embrasse fort

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:37 #

      Je l’espère. L’avenir nous le dira, mais si l’avenir est pleins de galères, peu importe si nous sommes toujours soudés. Bisous

  7. Biquette 22 février 2014 à 09:05 #

    Oh la poisse…
    Je réfléchissais à ta recherche de boulot et je me disais que l’une d’entre nous avait peut-être un réseau bien développé dans ton domaine et pourrait t’aider. Un article protégé à ce sujet?
    La phrase de ton chéri déchire en tout cas!!!
    Gros bisous

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:41 #

      Lol, la bonne idée ! Why not ? Je vais y songer (mais protégé à max car là le ni vu ni sous entendu ni connu sera finito). J’y songe. Précieux conseil Biquette, merci !
      Merci pour le Chéri, qui a ajouter que la vie fait bien les choses, car comme notre Demain sera Magnifique, on aura vécu des épreuves de vie qui nous auront fait grandir et nous permettront d’être bons, conscients des épreuves des autres, des autres tout court.
      Bisous

    • Bounty Caramel 24 février 2014 à 21:01 #

      Eh ben voila, done !
      Merci de l’idée, après tout, pourquoi pas…
      (Bon, je suis restée subtile, mais on comprend finalement je pense, enfin j’espère)

  8. unecigogneegaree 22 février 2014 à 09:17 #

    Demain sera magnifique… Voici la seule et unique conclusion à retenir de cette p** de journée. C’est clair que des journées comme ça, on ne peut qu’avoir l’impression que le sort s’acharne, mais quand vous aurez trouvé votre bonheur, tafesque, vie communesque et bébéesque, ben vous pourrez le HURLER sur les toits. Nan mais !! Courage, demain n’est ni plus si loin, des bisous

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:42 #

      C’est clair, épuisée, littéralement épuisée en rentrant chez moi. Heureusement que le tel existe et que j’ai pu appeler mon homme.
      Merci pour les Cris de joies de demain que tu nous espères !
      Des bisous

  9. damelapin 22 février 2014 à 09:48 #

    C’est sûr que demain sera merveilleux, il a raison ton homme. Et l’autre enceinte de 3,5 mois en cherchant du taf? Dis toi que c’est toi qui aura plus de chances de trouver! Mais oui, journée très pourrie, j’espere que ton weekend sera meilleur. Bisous

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:44 #

      Je l’espère, trop d’années (bien avant la pma) de galère, ça épuise un Homme. Quant à elle, tant mieux si elle trouve, mais pas mon taf’ bordal. Le WE sera meilleur, solo auj’, et belle rencontre demain sur (de retour) GrdeVille (j’avais dit que les kms et moi c’est du bla bla… ben voila). Bisous

  10. laqueteduplus 22 février 2014 à 10:00 #

    Je suis tellement désolée de la journée de marde que tu as passé…quand ça se cumule comme ça, ça fait vraiment beaucoup… tu as été très forte de ne pas craquer plus tôt en tout cas… je te fais pleins de bisous de réconfort et surtout j’aime la conclusion de ton homme !! je suis sure qu’il a raison !!!

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:47 #

      Merci ma belle. Cumul, j’aurai du compter les points tiens. Jtavoue que je suis même étonnée de ne pas avoir crever sur la route.
      Je me suis pour la première fois impressionnée moi même par mon masque. Avant je déballais, maintenant le trop c’est trop fait que j’y arrive plus. Pas envie de faire pitié.
      Quant à l’homme, il a toujours la phrase qui faut. J’espère qu’il a raison.
      Je te remercie fort pour tes encouragements !
      Bisous

  11. marivalou 22 février 2014 à 10:11 #

    « Je suis heureuse pour elle, mais j’ai le coeur déchiré ». Chaque annonce de grossesse fait ça, et je crois que c’est impossible à comprendre pour les « autres ». Tiens, à ta place, j’aurai pris une bière triple et lui aurai fumé au nez. Histoire de dire « jesuispasenceintemaisjassumenonmais ». Ton chéri à très très très raison : demain sera tellement merveilleux que vous saurez plus quoi en faire de tout ce bonheur.
    Et Biquette a peut-être raison, quelqu’un parmi nous aurait p’tet un réseau de relation dans GrandeVille dans ton domaine ? Qui sait ?

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:48 #

      C’est clair, ça fait toujours ça. Lol pour la bière triple (niet 2 heures de route après et migraine).
      Mon Chéri a je l’espère raison, l’avenir nous le dira.
      Je retiens la proposition de Biquette, qui sait en effet.
      Bisous

  12. ILGC 22 février 2014 à 11:18 #

    Bisous Bounty, tu t’en es bien sortie de cette put*** de journée ! Sois en fière.
    Les autres, au final, on s’en fou.
    L’essentiel c’est vous deux.
    J’espère qu’aujourd’hui est déjà un meilleur jour et que le magnifique est pour tout bientôt.

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:49 #

      Merci la miss. Tes mots sont hyper réconfortants.
      Aujourd’hui ca va, j’ai un tête aux yeux gonfls, mais ca va la journée d’hier est terminée.
      Bisous

  13. Ginette 22 février 2014 à 11:26 #

    Effectivement le genre de journée où tu te demandes ce que tu as pu faire dans une vie antérieure pour devoir subir autant de mardes … 😦
    Tu aurais dû dire avec un grand sourire à la copine enceinte de 3 mois 1/2, avec ton plus grand sourire et un air naïf :  » T’as pas peur du syndrome de l’alcoolisation foetale ? » – bon, je te l’accorde, ça aurait certainement plombé l’ambiance – mais au moins ça l’aurait peut-être fait réfléchir 2 minutes …. (ah je sais, j’suis méchante :o) )

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 12:57 #

      Exactement ça. Je me demande bien.
      Je t’avoue que je l’aurai certainement fait avant, mais là j’étais trop naze et dépitée que c’était « laisse tomber, de toute façon elle sait très bien que c’est pas bon, c’est leur problème, pas le mien, j’en ai déjà suffisamment de mon côté ».
      Jamais j’aurai cru dans ma vie avoir des proches qui s’autorisent une bière, même légère. Jamais. Je connais le handicap par coeur personnellement. Et, j’ai travaillé avec des personnes ayant suivi l’alcoolisation foetale lorsque j’étais au Canada. Alors bordal jamais oh combien jamais j’aurai pensé que des personnes censées et qui n’ont pas de problèmes (elle a fait de longues études, a eu des jobs passionnants, et épanoui et leur couple est solide, bref toda va bene) puisent prendre des risques inconsidérés, être égoïste de la sorte, minimiser les impacts. Du coup, je trouve cela tellement fou, tellement insensé, que j’ai laissé tombé et n’ai rien dit. Ils savent très très bien. Ils n’ont aucune excuse. D’autres pourraient en avoir par de vrais difficultés, de vrais problèmes, mais pas elle. Alors c’est juste dégueulasse. Vla.
      Bref, tu vois bien qu’avec tout ça sur le coeur, si j’avais parlé ça aurait fini au clash. J’avais plus d’énergie, c’était la deuxième annonce de la journée, j’étais épuisée moralement, marre de sauver ceux qui n’ont pas besoin d’être aidé. (En écrivant je me rend compte que je suis bien vénère quand même, pfff… y’a trop à dire sur cette journée).
      Bisous

  14. Boule de Mousse 22 février 2014 à 11:33 #

    En fait j’allais dire exactement ce que ton homme a dit… Parfois il y a des moments vraiment difficiles pour que l’avenir soit meilleur. .. je sais c’est nul de dire ça. Sur le moment ça fait bien rigoler… mais parfois c’est vraiment vrai… il y a quelques temps tu te posais la question de savoir quel chemin prendre ? Taff, pma… etc… la vie fait parfois bien les choses. .. si tu n’as pas ce job peut être y a t il une raison… une BONNE raison… j’ai toujours essayé de me raccrocher à ce genre de choses. Il faut bien tenir. Mais souvent, ça se vérifie. La vie n’est pas toujours une garce même si trop souvent elle nous blesse sauvagement. Désolée pour cette triste journée. Je te souhaite de bien meilleurs très vite. Courage. Bisous

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 13:07 #

      Merci ma jolie Boule (bien bien ronde d’ailleurs ;-)!)
      J’espère que l’homme a raison. Après j’ai du mal à y croire, car comme je l’expliquai à Zabou, je ressens un peu du si il n’y avait eu que la pma… Si les galères n’avaient pas commencé bien bien avant, peut-être que j’aurai plus d’énergie. Peut-être que je croirais profondément en ce que dit mon homme. Pas que j’y crois pas, mais je veux voir pour y croire.
      C’est loin d’être nul de dire cela, c’est ce que je pense aussi au fond. Je me dis que c’est un cadeau de nous faire galérer autant, que forcément c’est pour que demain nous puissions faire des choses merveilleuses pour d’autres. Au fond, c’est ce que je pense. Mais j’aimerai bien que ça se vérifie… passer à l’étape donner encore plus car n’ayant pas mes propres soucis, ou du moins c’est soucis étant assumés et ayant trouvé des possibles solutions.
      Quant à quel chemin prendre, on a la même façon de penser. Je me suis dit que le signe envoyé était immense là quand même, si ça ce veut pas dire « stop, tu vas trop vite, retente quelques cycles d’essai », ben j’ai pas compris. (Bref, face à ce sentiment de BONNE raison, et face à l’épuisement, décision prise avec mon homme de gruger mon cycle et d’avancer ainsi la reprise… j’ai pris du duphaston aujourd’hui).
      Si les signes envoyés sont tels, si celui auquel je crois me dit que « non non tu te plantes de chemin Bounty », et bien ok, j’accepte, et avec Joie. Grande ville sera peut-être pour un peu plus tard, ne précipitons pas les choses, reprenons le chemin de la recherche des nos espoirs entre Frite et Montagnes Cities. En espérant tout de même que ce soit le bon chemin cette fois-ci.
      Merci la miss. Et des bisous

  15. missimpatiente 22 février 2014 à 11:50 #

    Ah la la… j’ai eu le cœur serré pour toi en lisant cet article. Quelle journée difficile. J’adore la belle conclusion de ton homme, il faut essayer de se raccrocher à ça même si sur le moment c’est très dur. J’espère que petit à petit les choses vont se simplifier pour vous et qu’enfin la roue tournera. Bises.

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 13:09 #

      Quelle journée, c’est clair…
      Promis, je m’accroche. J’ai écrit cela hier soir en rentrant, ça va mieux aujourd’hui. C’est juste, quand même, faut le faire non ?!
      J’espère aussi que la simplicité va venir, même si comme disait mas psy, vous, la simplicité depuis votre petite enfance, vous ne connaissais pas. Ben oui… « Normal et simple » c’est pas mon mot fétiche, il n’empêche que j’ai toujours tout fait pour y aspirer ! J’espère que c’est devant !
      Bisous

  16. Milie 22 février 2014 à 12:06 #

    Après la pluie le beau temps… Il le faut, mais c’est sûr que d’ici la le temps paraît s’étirer inutilement…

    Ps : je rejoins Biquette pour le taf.
    Bises

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 13:10 #

      C’est clair… c’est loooooooonggggg. POur Biquette j’y songe, pas décidée encore.
      Bisous et lerci !

  17. MissDream 22 février 2014 à 16:33 #

    Après une journée comme ça j’aurais fini dans un bon bain avec musique et bougie puis un bon film en sirotant une délicieuse tisane et enfin au lit en me répétant « demain est un autre jour » jusqu’à endormissement. bisous

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 17:34 #

      Lol, bonne idée, mais je t’avoue qu’avec près de 500 bornes dans la journée, c’était plutot bon repas et dodo 😉
      Demain est un autre jour, ce demain m’a fait dire, après discussion avec Chéri, que bon, on va reprendre plus vite le duphaston pour recommencer plus vite un essai, car si ça veut pas pour GrdeVille, ça veut pas. Et puis, on verra.
      Merci, j’appliquerai tes conseils à l’occas’
      Bises

  18. julys974 22 février 2014 à 16:42 #

    Arf… Je compatis !! Je sors d’une formation en psychogénéalogie extrêmement éprouvante donc je suis moi-même trop vidée pour trouver les mots justes, mais sache que je pense à toi !! Plein de bisous de réconfort.

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 17:35 #

      Alalala… Je me doute bien que c’est éprouvant (une raison pour laquelle c’est niet ici d’ailleurs). Bien du courage à toi pour t’en remettre. C’est toujours bouleversant de se replonger dans la psychogénéalogie. Bisous

  19. MonPtitSeb 22 février 2014 à 18:31 #

    Hello miss. Que dire si ce n’est que je comprends ce que tu ressens. Je n’arrête pas d’entendre mes collègues se plaindre de devoir se lever la nuit pour les gosses, de devoir vendre leur coupé sport pour une familiale, de ne plus pouvoir jouer à la console, de devoir aller chez Disney avec les grands car il faut courir partout. Parfois j’ai envie de mettre des baffes … mais je n’en fais rien … je rentre chez moi et je pleure. Qu’ai-je fait pour mériter cela ? Je ne fume pas, je ne bois pas d’alcool, je fais du sport, … Pourquoi l’autre con qui fume 3 paquets par jour, se murge tous les week-end et fait du sport devant sa télé et papa du premier coup ? Pourquoi ma copine va-t-elle subit tous ces traitements par ce que j’ai une OATs ? J’en ai marre … envie de hurler, pleurer, tout casser… je tiens pour elle mais parfois c’est au dessus de mes forces. Biz

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 22:52 #

      Ben t’as tout dit. Why ?…
      Les plaintes parce que les enfants sont là, j’avoue que j’ai vraiment du mal, oui c’est parfois pas simple, mais c’est quand même avant tout du bonheur. A l’heure de la contraception free et de la connaissance fine en matière de procréation, personne n’oblige personne a avoir des enfants. Donc le coupé à vendre, et disney, faut pas déconner, c’était prévu et choisi.
      Je lis que ‘tu n’en fait rien’, je me trompe où cela sous-entend que vous n’en avez pas parlé à vos proches ? Parfois certains peuvent comprendre et soutenir, et ça aide.
      Tu n’as pas à culpabiliser. C’est un projet de couple, celui de vous deux. Et en PMA, comme dans la vie de couple, on ne fait qu’un. C’est votre OATS, ce sont nos OPK, c’est notre infertilité (même si dans les faits biologiques, c’est pas tout à fait ça, dans la tête ça l’est).
      La colère et les larmes sont les accompagnants de ce parcours, j’espère que tu trouvera un exutoire pour les libérer (enfin, jsuis bête en disant cela, la preuve en est par ton blog !).
      Je pense que souvent vous, nos hommes, vous montrer fort, trop fort, avec « je tiens pour elle ». C’est pas parce que nous on craque et on rouspète ouvertement, que vous devez absolument tenir bon coûte que coûte. Parfois même ça nous rassure que vous craquiez. C’est toujours difficile de craquer, mais y’a des stades où ca devient presque vital… Enfin, pffffff comme on dit.
      Des bises

  20. Marie-Eve 22 février 2014 à 20:06 #

    Journée terrible, j’ai partagé ta peine en lisant ton article ;-(

    Chéri d’A a raison, demain sera magnifique, mais ça n’allège pas la douleur d’aujourd’hui malheureusement…

    N’hésite pas à squatter chez nous si tu passes des entretiens d’embauche trop tôt ou trop tard pour venir de loin/y retourner tu seras bien accueillie.
    C’est franchement dommage que tu n’aies pas pu voir directement la responsable, parce que même avec un parcours atypique, en face à face, tu as toutes tes chances : tu es belle (pas seulement au sens physique du terme, une belle personne quoi), convaincante, lumineuse, ça se voit que tu es intelligente et que tes compétences et talents sont nombreux. Il reste un espoir que ton CV les intéresse tout de même.

    J’espère que Grande Ville saura vite t’accueillir avec un boulot passionnant.

    Gros bisous

    Marie-Eve

    • Bounty Caramel 22 février 2014 à 23:00 #

      Flatteuse va ! Et diplomate en plus avec ton « demain sera magnifique, mais ça n’allège pas la douleur d’aujourd’hui malheureusement »!
      C’est en effet dommage que je n’ai pu voir la responsable. Il reste encore un espoir, c’est sur. Mais je t’avoue que j’ai été un peu déçu aussi, cette possible future collègue (ex collègue d’une ex collègue à moi) avait vraiment l’air d’en baver et d’être en partie en désaccord avec les directives. A voir…
      Le truc marrant que je n’ai pas dit, c’est que le lieu est en face de la première réunion qui a vu naitre Bamp il y a 1 an. C’est dingue !
      Re re 1000 mercis pour ta proposition, je la garde en tête ! Promis ! Là j’avais besoin de retourner sur FriteVille pour aujourd’hui, mais si besoin une prochaine fois, je te fais signe !
      On va continuer à avancer sur le chemin tafesque et pmesque, on verra bien la suite !
      (Avec tout mes !, ça prouve que j’ai commencé à digérer un peu la journée d’hier…!)
      Enfin voila, merci à toi !!!
      Bisous !!!

  21. to drop sky 25 février 2014 à 12:03 #

    oh!! pfouuu…
    2 annonces de gossesses dans la meme journée, cette journée qui était speciale pour toi… c’est la merde!! je te comprend tellement! tu as été forte ma belle et tu n’as pas craqué devant eux …

    je t’embrasse

    ps: que est le mot de passe? en mp
    merci

    • Bounty Caramel 25 février 2014 à 12:23 #

      C’est clair, c’était quand même fort 2 annonces + bof boulot, pas mal du tout, et tout ça entre 13h et 20h, pas mal non ?!
      Bref, j’ai pas craqué, j’ai craqué après…
      PS : Quant au mdp… vla mon mail : vertupatience@yahoo.fr
      (attention, y’a une majuscule au début)
      Bisous

  22. Mél ✿ ʕ • ᴥ • ʔ 27 février 2014 à 19:00 #

    Je me permets pour une fois de te laisser un petit com. Bien que je survole beaucoup de blog de personnes en difficultés pour procréer (désolé j’aime pas le termes infertiles, j’aime pas mettre les gens dans des cases et/ou les cataloguer), je ne laisse que très rarement de com.
    Aujourd’hui, je voulais juste te dire que ton chéri a bien raison en te disant que  » si vous galérez tant aujourd’hui c’est que demain sera magnifique ». Je sais d’expérience (+ de 75cycles pour enfin être enceinte de mini lapinou 1- je dis +c75 car après avoir entamer la 6eme année, j’ai arrêté de compter) que c’est très difficile a croire lorsque l’on est en essai bébé et que rien ne se passe comme prévu, ni pour le travail, ni pour la vie privée, ni la famille, etc… Mais même si c’est difficile, voir impossible, il faut aussi essayer de positiver, même si ce n’est que pour une petite chose, il faut apprendre a t’en réjouir, car plus tu auras des idées positives et plus tu te sentiras mieux, plus forte pour affronter les aléas de la vie. Il m’a fallu des années, je l’avoue pour arriver de nouveaux a me réjouir pour mes proches lorsque ces derniers m’annonçaient des naissances. Même encore aujourd’hui certains ont peur de partager avec nous leur annonce de grossesse mais je sais que c’est surtout par peur de nous blesser mon zhom et moi. Toi tu as l’impression que rien a été pour cette journée, pourtant moi je vois que tu as fait un effort énorme en allant a un entretien même si ton moral n’était plus au beau fixe, tu n’as pas lâché, et ça c’est super positif. Autre point positif, tu as un homme en or et semble -t-il une très bonne amie qui sait te réconforter. Oui il y a eu des – aussi mais bon il faut vite les oublier (même si plus facile a dire qu’a faire) alors courage!! Dis toi que la roue tourne toujours, surtout si on y croit et qu’on provoque sa chance!!!
    je te souhaite pleins de choses positives pour ta vie future!!!!

    ps: Je sais aussi que c’est très dur de voir des gens ne pas faire attention a eux ou a leur bébé in-utero en picolant ou fumant ou autres parfois bien pire, mais malheureusement on ne peut pas changer le monde (seul), ni les gens, ils sont encore maitre de leurs vies et de leurs corps. Après pense a toi et pas autres. Quand tu tomberas enceinte tu feras au mieux pour toi et ton mini mais en attendant ne te mines pas pour les autres, dis toi qu’ils n’en valent pas la peine. Pense a toi, ton homme, a ceux qui t’aime et te soutiennent, Encore une fois courage !!!

    A très bientôt

    • Bounty Caramel 27 février 2014 à 21:55 #

      Bonjour Mel, merci pour ce premier commentaire et merci pour ton petit mot ! C’est adorable ! Ne t’en fait pas le moral est remonter.
      Il y aura toujours ce pourquoi malgré tout ? Pourquoi ça marche si facilement pour d’autres ? Pourquoi la FC à 3 mois alors que la miss boit devant moi ? Ca reste injuste. Je pense aussi que nos proches auront toujours une retenu des annonces envers nous désormais, j’aimerai juste qu’ils évitent les mots déplacés, ce qui serait une preuve d’intérêt. Au final, ce n’est pas grâve si les injustices se réparent, si le lendemain est meilleur, mais pour le constater, il nous faut de la patience, et mettre comme tu le dit si bien toutes les chances de notre côté, à la hauteur du possible, et que réellement l’avenir « répare », donne et apaise, ainsi de nouveau je serais en plus grande capacité pour donner à mon tour.
      Ce sont de précieux conseils, merci !
      Bises (et merci !)

  23. odileke 28 février 2014 à 07:25 #

    Bounty, les couples en attente de bébé autour de nous sont insupportables… manque de délicatesse souvent : « et vous, c’est quand votre tour ? », ou au contraire, un silence pesant… ils ont de plus l’impression d’être les premiers au monde à devenir parents… quand on sait qu’il suffit (en pure théorie) de tirer un coup pour faire un enfant, ça fait rire, on a envie de leur dire qu’ils sont juste normaux, qu’ils se reproduisent comme tous les membres de l’espèce humaine…
    Je crois que le pire, c’est quand ils nous demandent délicatement de participer à leur top 5 des prénoms : là, tu as carrément envie de leur dire que tu es contre les prénoms, et que si tu avais un gosse, tu ne lui en donnerais pas, c’est trop banal !
    🙂
    Trève de plaisanterie, je suis désolée de ta journée infernale, j’espère que ton chéri sera bientôt à tes côtés, et je compte en centimètres, et je t’embrasse bien fort.

    • Bounty Caramel 28 février 2014 à 08:26 #

      Ah le coup des prénoms tu y as eu droit ?! My godness… Ouf, préserver de ce côté.
      C’était une étrange journée, c’est clair. Je regrette quand même qu’elle m’ait annoncé sa grossesse de visu à 5 mois et demain, peut-être aurais-je mieux gérer si cela avait été au téléphone, à la même date que tout le monde, soit 2 mois avant. Donc, direct, gestion différente pour ma part. C’est une bonne intention, je suis contente pour elle (et dégoutée pour moi). Que d’ambivalences… C’est chiant l’attente d’enfant, y’a pas à tergiverser, ça biaise tout.
      Silence pesant comme tu dis… Comme tu dis, il n’y a rien d’extraordinaire à procréer naturellement (tout comme il n’y a rien d’extraordinaire à avoir la capacité de voir, entendre…). C’est quand le manque est là que l’on se rend compte que la vie c’est quand même extraordinaire et bien fait le plus souvent, et accompagner ceux pour qui c’est plus compliqué, c’est quand même pas si compliqué… C’est pour cela que j’en ai parlé trop souvent, ça me semblait évident, j’ai appris que ça ne l’étais pas, tout le monde ne s’intéresse pas forcément à l’autre (et j’ai du mal avec ces proches là). Les deux qui m’ont annoncé n’étaient pas dans ce registre, bien heureusement, reste la douleur de sa propre infertilité renvoyée en pleine face.
      Bref, je suis remise depuis.
      Sinon, Chérdi’A a craqué, il m’a fait une surprise, il est venu 2 jours avant ! (Et ai juste sécher 2 journées de formation, ca va…). Il repart en fin de WE. Tu vois ton souhait de rapprochement en cm ça marche !
      Enfin voila voila… la journée infernale a laissé place à un « ben puisque c’est comme ça, zou, duphaston, je m’avance mon cycle et on repart (sans kyste hope) ».
      J’espère que de ton côté tout va pour le mieux ?
      Bisous

  24. Apo / 6 Cell 1 mars 2014 à 13:18 #

    Dur… Surtout quand les autres ne se rendent même pas compte de leur chance et osent se plaindre parce qu’il y a un petit truc pas facile dans leur vie mais une immense chose merveilleuse qu’on aimerait tant avoir nous… Courage, tu es forte et dans ces cas là, oui que c’est dur de rester stoïque jusqu’au retour à la maison… Bises Apo

Trackbacks/Pingbacks

  1. Entre peur et espoir… | Ti'punch contre Ti'bout ! - 18 février 2015

    […] auprès d’une belle amie que la PMA m’a fait haïr il y a quasi un an tout pile. Émue elle aussi de me voir […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :