Celle qui n’avait pas « rêvé de materner » et qui fut « foudroyée par le désir d’enfanter »…

19 Fév

Non, non, je ne suis pas (encore… soyons positif…) enceinte. J’en suis même au 4ème jour de pikouzes que je réussi d’ailleurs à faire toute seule ! Applauze ! Même pas eu peur ! Même pas hésité !

Le titre est trompeur, je l’accorde.

Alors de quoi qu’elle parle donc ?

C’est en lisant certaines (Kaymet, Gribouilette….) que je me suis dit, marde alors, autant que je me souvienne j’ai jamais eu les enfants dans le sang comme ça moi !

J’ai certes gardé des mômes, mais c’était pas que pour les mômes. C’était surtout pour la thune (ce qui n’empêche que je m’en occupais très très bien, soyons clairs !). Et puis, je refusais de garder des moins de 5 ans, ça me foutait trop les chtouilles. J’avais jamais eu de bébé dans les bras, alors imagines !

Beaucoup plus jeune (mini ado), je ne voulais pas d’enfant, ou plutôt pas faire d’enfant. Par contre je me voyais déjà bien adopter. Le concept est particulier n’est-ce pas ? Et pourtant pas tant que ça. En adoptant j’étais sûre de ne pas risquer de transmettre une maladie, un handicap (même si au fond cela n’aurait rien changé). Par contre je voulais adopter un (des) enfant handicapé. J’en ai versé des litres de larmes sur des reportages de ce style. Je ne comprenais pas qu’on puisse abandonner des enfants dits différents, des comme my bro’, en somme des parties de moi. Alors je voulais tous les recueillir, travailler dans les orphelinats de France et de Navarre, et faire médecine « humanitaire ». Ou grand reporter, pour montrer, expliquer et faire changer. Raté. Enfin un jour peut-être…

Grande ado, idem. Toujours pas envie d’avoir des enfants. Alors quand on m’a appris que j’avais des ovaires polykystiques et qu’avoir des enfants ne seraient pas forcément simple, je m’en foutais. A vrai dire, j’ai même pas vraiment saisi. Tout ce que je voulais c’était avoir « mes » premières règles, être comme les autres filles. A 16/17 ans c’était pas trop demander quand même !

Ensuite, au début de l’âge adulte. Toujours les mêmes idées de fond, avec un basculement vers « la première médecine c’est la nourriture, la nourriture c’est la terre », adios médecine bonjour l’agri. Alors, devant ce monde en perdition (dont le dernier truc à la mode est d’acheter les terres d’autres pays, d’y virer les paysans pauvres qui les occupent depuis des lustres, y vivent et s’y nourrissent- je sens que ça va plaire à Mdam’ Pimpin – et d’exploiter les parcelles acquises au titre du profit. Dixit l’accaparement des terres ou le land grabbing – suis gentille jvous ai mis un lien avec une carte du monde), que nenni, point d’enfant. Car que lui léguerais-je ? Une terre aride, inféconde et un cataclysme. Et puis il m’en voudra tant de l’avoir mis au monde dans ce bourbier à venir. Et puis, je ne peux pas aller bosser aux 4 coins du monde et fonder une famille en même temps de toute façon. C’est trop prenant, trop de choses à faire. Bref, l’argumentaire no kids, more green (et pourtant suis très loin d’être estampillée AB), more peace (y’avait même un article rien que là-dessus la semaine dernière dans Biba d’ailleurs). Bref, juste pas possible !

Puis, bam. J’ai rencontré Chérid’A, dans mon « village » natal, autour d’un ti’punch, alors que je partais justement 10 jours plus tard pour quelques mois au Sénégal, puis à l’autre bout de la France à mon retour pour étudier, et allais ensuite commencer à passer la moitié de mes années à l’étranger. C’est malin hein ?! Mais quand on s’aime, la distance n’existe pas (véridique jte dis !). Notre histoire s’est ainsi construire à coup de skype, téléphone, avion, train… et autour des discussions du début je lui ai dit que je ne voulais pas d’enfant. On avait moins du quart de siècle, il s’est dit que je pouvais changer d’avis. Lui, il s’est toujours vu avec des enfants, alors ça l’avais un peu choqué tu vois… Mais bon, on était jeunes et amoureux (tiens, ça n’a pas changé !).

Donc voilà, la version « ze veux pas d’enfants » a duré encore quelques temps.

Puis, je ne sais plus trop comment cela s’est passé. Enfin si, des brides. Je me souviens qu’un jour, ayant du retard (sous pilule), j’ai été cherché un test. Je l’ai fait en étant au bout du fil avec Chérid’A (ben oui, si tu suis c’est logique ! nous étions à l’autre bout de la France l’un l’autre, à 800 km exactement. Ça me fait penser qu’avec tout ce qu’on a refourgué à la sncf, faudrait que je leur écrive un ti’mot pour voyager gratos désormais). Négatif. Au fond de moi, même si je ne sais pas ce que nous aurions fait (enfin si, lui voulais lâcher ses études, travailler et élever le bambin), j’étais déçu. Ben voilà, ça a commencé comme ça… Et je me souviens aussi m’être dit que j’aurai bien voulu être enceinte, rien que pour dire fuck aux opk, et parce qu’un petit pincement au cœur (le premier de la longue série en cours) s’est fait ressentir. Finalement j’avais du (gros) retard car je prenais un traitement hormonal, en plus de la pilule, pour contrer certains effets indésirables des opk… et que c’était trop dosé.

C’était la première fois que j’achetais un test. Première déception. Premier moment où j’ai su qu’avec lui, rien qu’avec lui, oui je voulais des enfants.

Oh, c’est pas pour autant que je me suis mise à admirer les bébés, ni à jouer avec les petits. De toute façon, ma famille étant très petite (3 mains suffissent), pas de gazouillis, et toujours pas d’ailleurs (faut dire que jsuis la plus vieille), donc ce n’était juste pas possible. Par contre, à l’étranger, j’en ai eu des gamins dans les bras et dans les pattes. Des qui jouaient avec mes cheveux tout lisses et intressables, des qui criaient et pleuraient en me voyant, des qui me suivaient à travers champs, des qui sont nées avec mon prénom (et chialaient dans mes bras) (« la » premier nouveau-né que j’ai tenu dans mes bras est mon homonyme, c’est dingue en y repensant), des qui dormaient à côté de moi, des qui chantaient faux sous ma fenêtre (aka le post précédent avec son passage sur la Daara), des qui s’accrochaient littéralement à mes jambes au moment où je partais à jamais… Pleins au final qui m’ont confirmé que moi aussi je voulais enfanter. Et puis lui, mon Chérid’A, que je rêve de voir papa.

Alors, parce que c’est lui, parce que je veux voir le mélange de nous 2, et parce que d’un coup « ça » m’est venu (réellement), on s’est dit on veut pleins de baby. 4 au moins ! (Ouaich, je suis passé du « 0 z’en veux pas » à « 4 z’en veut pleins », pas mal non ?!)

Et puis, la suite, vous la connaissez…

PS : Je suis fière de vous annoncer que c’est la 100ème ! Punaise j’en reviens pas, j’ai déjà gribouillé 100 fois !

Publicités

30 Réponses to “Celle qui n’avait pas « rêvé de materner » et qui fut « foudroyée par le désir d’enfanter »…”

  1. Kaymet 19 février 2013 à 11:46 #

    C’est chouette! J’aime la diversité – nos histoires qui diffèrent, nos envies qui évoluent, et nos soutiens qui s’en enrichissent.
    En tout cas je vous la souhaite votre famille nombreuse!
    Bises

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 16:21 #

      Et moi donc !
      Merci pour ce souhait précieux…
      Et à mon tour je te souhaite un « mes enfants » de tes rêves devenu réalités…
      Bises

  2. LE GALL 19 février 2013 à 12:19 #

    merci pour tous tes témoignages!!!! quel parcours et c’est super que tu en ai consciente, ce bébivous arrivera un jour!!!!

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 16:23 #

      Merci pour tes encouragements ! Ca me touche beaucoup !
      Je te souhaite à toi aussi très fort ce minivous… Peu importe le chemin qui nous y aura amené, l’amour est déjà là, et juste ça, c’est déjà « incroyable » !

  3. oblomov22 19 février 2013 à 12:38 #

    C’est marrant je me reconnais un peu, plus jeune je n’ai jamais rêvé d’avoir des enfants non plus ! Et quand j’y pensais, c’était plus par le biais de l’adoption aussi. Et paf, ça a changé, quand ma nièce est née je crois, et puis quand j’ai rencontré mon chéri.

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 16:24 #

      Ouf ! Suis pas la seule !
      C’est fort le paf hein ?!
      Bises

  4. gribouillette 19 février 2013 à 15:58 #

    On a toutes notre histoire mais au bout du compte, on désire toutes la même chose au fond.

    Félicitations pour le 100ème article! 😉

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 16:26 #

      C’est certain ! J’avais envie d’écrire et de partager mon histoire, car c’est déjà un peu l’histoire du ti’bout toussa aussi… même si ce sera plus la notre que la sienne…
      Merci !
      PS : J’ai pensé à toi jeudi dernier avec un « toujours rien ? » de ma collègue dont j’ai souvent parlé.
      Bises

  5. missbelly2 19 février 2013 à 17:54 #

    C’est vrai que c’est notre histoire personnelle qui forge nos désirs et nos limites 🙂 C’est ce qui fait la diversité humaine, et notre richesse quelque part !
    Je t’embrasse

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 18:55 #

      C’est clair !
      Des bises !
      PS : dis donc, c’est moi qui suit nulle, ou ta page de blog est en cours de création ?

    • missbelly2 19 février 2013 à 19:11 #

      C’est parce que j’ai du créer un truc pour avoir un identifiant wordpress, mais moi je suis sur blogger 😉
      Bisous !

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 20:18 #

      Je confirme, je suis une très très très mauvaise geek ! Lol !
      Et du coup jme demandais si tu ramenais le tout sur wordpress…
      Bises

  6. lisette84 19 février 2013 à 19:08 #

    Ah j’aime trop ton histoire, et j’adore ton coté passionnel et humaniste !! Tu as l’air d’être une sacrée femme ! Bravo pour les piquouze, on pourra bientôt être junkie sans avoir peur !!!

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 20:26 #

      C’est trop gentil ! trop gentil ! faut pas… (suis toute rouge maintenant, m’en fiche Chérid’A est pas là). Merci, et de mémoire toi aussi !
      Mais au fond y’a rien de spécial dans toussa… c’est juste un peu « plus atypique »…
      Bon en attendant… J’étais passionnée… et je re serais. Marde alors!
      Suis clouée dans le froid pour l’instant… en mode stand by quoi… mais c’est tellement Pour le Meilleur Avenir, que ca va ! car c’est une chance !
      De vraies junkies, ca c’est certain. Je pensais avoir peur, mais même pas, je me suis étonnée moi même, et me suis dit que finalement j’aurais peut etre bien pu faire médecine ! Lol !
      Bises et je commence déjà à croiser pour jeudi 😉 !

  7. So chic so zen so Biscotte 19 février 2013 à 20:35 #

    Quand j’avais 22… 25 ans peut-être, mon cousin, de 10 ans mon aîné, m’a dit : « Tu verras, un jour, assez subitement, tu en auras envie, et… ça sera vital. Tu ne penseras plus qu’à ça. »
    J’ai eu du mal à le croire. (Gné ? Moi ? Vouloir à tout prix un enfant un jour ? Ah bon.)

    Ah ah ah…. Il avait raison le bougre !

    Je change de sujet :
    Dis donc, j’ai l’impression que tu n’as jamais eu le temps dans ta vie de sentir le renfermé !!!

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 20:56 #

      On est d’accord ! C’est fou hein ?! On sera les mamans et cousines qui diront la même chose…
      Ben là si si, ça commence à sentir le renfermé (bientôt 2 ans au même endroit…
      Bises 😉

  8. 28joursculottealamain 19 février 2013 à 20:45 #

    les pikous seule bravo ma belle j’en suis incapable

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 20:52 #

      Oh t’inquiètes, avec un Chérid’A pas là, tu fermes les yeux et c’est parti !
      Je t’embrasse fort fort fort…

  9. Mastacloue 19 février 2013 à 21:15 #

    Féloches pour le 100ème!!
    Et féloches pour les injections!!
    Je trouve ça très touchant pour ton Chéri d’A que tu aies changé d’avis pour lui, parce que c’est lui, par amour pour lui. C’est la meilleure raison pour avoir changé d’avis!

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 22:01 #

      Merci ! Du moment que je ne fête pas la 100ème injections ! le 100 se fête !
      C’est surtout lui qui a subit mes déplacements et mouvements précédents. Maintenant c’est bientot son tour et c’est tout ce que je lui souhaite. Quant à mon retour, mon stand by, disons qu’on a plutôt mis le chronogramme de nos envies en commun… et que demain on sait que j’y reviendrai, et que lui me suivra. Inversement aussi d’ailleurs. Aujourd’hui ce choix est le bon, c’est certain. Les concessions faites par amour n’en sont plus finalement… Tu as raison, c’est la meilleur raison ! Bises

  10. madamepimpin 19 février 2013 à 21:25 #

    Tu gères les piquouzes ! Je profite de cet article pour te le redire, ton parcours me laisse admirative, j’adore l’image de cet enfant qui chante sous ta fenêtre dans un pays lointain !
    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu nous livres. Le non-désir d’enfant, puis la réflexion sur l’adoption avant d’avoir trouvé le bon, et enfin l’envie de ce « chair de notre chair » qui est arrivée en même temps que Monsieur dans ma tête et dans ma vie 🙂
    Merci pour ce très bel article.
    Bises

    • Bounty Caramel 19 février 2013 à 21:54 #

      Je suis une junkie ! Je l’ajoute au CV où c’est pas la peine ?
      C’est adorable ! Merci ! Mais tu sais mon parcours est d’un banal et si faible par rapport à d’autres de mon entourage. Je trouve ça chouette de connaitre d’autres parcours de vie à travers nos blogs, car finalement c’était pas prévu que nos vies différentes, nos train-train quotidiens se croisent (tiens ça me fait penser que c’est exactement pour cela que j’adore le covoiturage, le couchsurfing et tout le tintouin, pour rencontrer des gens (et ce sont toujours de belles rencontres) dont je n’aurais assurément pas croiser la route autrement), et je trouve ça si génial ! D’ailleurs tu le sais, ton parcours m’intrigue beaucoup, and u know it!
      Et que c’est rassurant de savoir que le désir d’enfant peut arriver à n’importe quel moment !… Finalement peut-être que la nature est bien faite …
      Des bises

  11. laqueteduplus 20 février 2013 à 08:59 #

    Qu’il est beau ton 100ème article…

  12. Melle Pirouette 20 février 2013 à 10:18 #

    Lol je l’ai lu aussi cet article dans Biba…à la base je ne voulais pas le lire par « superstition » pfffffffffffff

    Pour ma part, je ne m’étais jamais vraiment posé la question, je me voyais dans très longtemps avec des enfants oui, deux même, la normale quoi…mais je n’avais jamais réellement réfléchi à tout ça…avant qu’il me pose LA question il y a presque 2 ans…
    Chacune construit son désir d’enfant, y’a pas de « norme ».

    Moi aussi je suis OPK mais je le sais que depuis septembre 2012 alors que je suis en essai depuis septembre 2011 oui madame, toutes les gynés que j’ai vu m’ont prescrit du duphaston et m’ont volontairement caché que j’étais OPK me laissant dans l’incompréhension en me disant de patienter. J’ai halluciné quand l’une d’elle m’a dit « ah mais ça on s’en doutait » alors qu’elle ne m’avait rien dit, c’est moi qui un an après après avoir découvert la chose qui suit revenir la voir avec le diagnostic ! ça m’a trop mis en colère.

    Bisous

    • Bounty Caramel 20 février 2013 à 21:05 #

      C’est lui qui t’as demandé !!! C’est trop mimi !
      Ma moitié aussi se voyait un jour avec des enfants, moi même pas. Et boum ! Comme tu dis, no normes…
      Et pour les OPK, fuck fuck fuck !
      Ca m’ennerve t’imagines même pas, c’est pourtant si simple à détecter ! Et elle attendait quoi au juste ?!
      Ma gygy 1 m’a saoulé au duphaston quelques mois, puis je lui ai montré mon dossier de mes 16 ans, et bien voulu commencer à se poser les bonnes questions. Mais je ne lui aurait rien montré, j’aurai eu le même topo.
      Je trouve que c’est aux limites du professionnalisme leurs façons de faire. Re fuck quoi !
      Bon, j’espère que désormais tu seras bien pris en charge, et je croise! Bises

  13. Apo / 6 cellules 20 février 2013 à 13:36 #

    Parfois l’envie d’avoir un enfant vient tard, parfois elle ne vient pas, il n’y a pas de normes et heureusement. Comme toi, je n’ai jamais été particulièrement attirée par les enfants des autres, ni sure d’en vouloir d’ailleurs. Je me disais « on verra, si un jour j’en ai envie ». Et le fait de savoir que j’avais un utérus distilbène ne m’avait pas particulièrement effrayée, je m’étais même dit que s’il s’avérait que c’était compliqué, passer par FI & co, très peu pour moi de mettre tout entre parenthèses pour ça… Si j’avais su…
    Et puis, la fin de ma vie d’avant, le ras-le-bol aussi peut-être au bout d’un moment d’une vie de fêtes et de « sans attaches » à prôner la liberté et le « pas de contraintes » et surtout la rencontre avec MrA (lui qui par contre a toujours eu envie d’enfant depuis tout jeune), à me dire que j’aimerais bien un petit bout qui ressemble à une certaine photo de lui quand il avait 4 ou 5 ans tout en sachant que cela serait très compliqué d’y parvenir… L’âge aussi où tu te dis que tu n’as plus le temps de ne pas savoir et qu’après il sera trop tard… Alors il y a la PMA qui te rattrape, qui t’engloutit et tu sais que tu ne lâcheras pas pour au moins t »être donné toutes les chances même si tu ne sais plus s’il faut y croire.
    Mais tu as raison, quels que soient nos parcours et nos vies, fort différentes souvent, c’est amusant et intéressant de se retrouver toutes ici avec ce même désir et cette même volonté et ce même quotidien pmesque. Merci pour ton texte ! Apo

    • Bounty Caramel 20 février 2013 à 21:29 #

      Oh oui ! Heureusement que les normes n’existent pas dans la réalité !
      Et que de belles rencontres d’hommes et de femmes « différents » dans un « identique » désir d’enfant, je ne te le fais pas dire !
      Merci pour ces généreuses confidences… Je me reconnais dans ton « sans attaches »… géographique et donc mouvante à la « qui m’aime me suive ou garde le contact » pour ma part. Comme tu dis, le « technique » tu le savais, mais le désir qui viendrait d’un coup d’un seul, l’envie de voir dans ton petit les traits de ton grand amour et que ce désir soit celui qui te donne (presque) au quotidien la force d’avancer, l’infertilité et son lot d’émotionnels, d’attentes, de douleurs, de souffrances, de doutes… tu ne pouvais pas savoir… même si tu savais que ce serait très compliqué. T’es une sacré battante ! Et une grande marrante avec ton « si j’avais su » 🙂 (bon j’essaye de te faire sourrire, voire rire !)
      Merci à toi d’être passé par ici chère Apo ! Des bises

  14. Fantomette 20 février 2013 à 14:32 #

    100 articles consacrés à l’envie de materner, je te souhaite que les 100 suivants soient dédiés à l’arrivée tant attendue de ce bébé… Bises

    • Bounty Caramel 20 février 2013 à 21:30 #

      J’adore !!!!!!!!!!
      Merci pour ce magnifique souhait !
      Bizou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :